Quand Graph-East se frotte à l’archéologie expérimentale

Graph-East vient de vivre son premier week-end d’atelier de taille de pierre. Thierry Gregor, spécialiste des techniques de taille de pierre dans l’Antiquité et le Moyen Âge, nous a généreusement ouvert les portes de son atelier – et de sa maison  – pour une immersion totale dans les aspects matériels et pratiques de l’épigraphie. Habitués à accéder au passé par un apprentissage théorique et spéculatif, un groupe de jeunes chercheurs (Clément Dussart, Savvas Mavromatidis, Hasan Sercan Sağlam, Yaroslav Stadnichenko et Maria Aimé Villano) s’est plongé dans l’expérience remarquable de prendre en mains les outils, travailler les matériaux et s’initier aux techniques. Samedi matin, Thierry nous a présenté les différents types d’outils utilisés au Moyen Âge : scies, maillets, broches, forets et ciseaux. Les outils n’étaient pas présentés sous forme de dessins ou de photographies, ils étaient là, en chair et en os, pour que nous puissions les prendre, comparer leurs poids, leurs couleurs, leurs textures et même les utiliser. On nous a ensuite montré les différentes sortes de pierres, calcaires, marbres et granits, que nous avons pu toucher, peser et “jouer” afin d’entendre le son que les différents matériaux émettent lorsqu’on les frappe. Plus tard, Thierry nous a fourni de petits blocs de calcaire et nous a proposé de passer à l’acte. Quelle découverte ! Pour la première fois, peut-être, nous avons réalisé à quel point il est difficile d’utiliser efficacement les outils, d’effectuer des mouvements qui correspondent à nos intentions, de composer avec la fatigue, la poussière et les positions inconfortables. Plus encore, lorsque le dimanche matin, nous avons troqué la pierre calcaire contre le marbre, un matériau beaucoup plus dur. Comment ne pas nous rappeler les belles inscriptions (et sculptures) que nous avons vues tout au long de nos études, en admirant encore plus la dextérité et la créativité de ces hommes et femmes qui les ont créées ! Et comment ne pas reconnaître le niveau de technique et de savoir-faire requis pour transformer, au prix de nombreuses heures de travail, un bloc de pierre brute extrait de la carrière en une œuvre digne de passer à la postérité. Même les inscriptions que nous aurions peut-être autrefois qualifiées avec arrogance de « laides », pourraient désormais mériter une certaine clémence si nous les comparons aux tentatives les plus abouties qui sont sorties de nos mains durant ces deux jours. 

Grâce à Thierry, nous avons également découvert l’importance de l’étude des traces laissées par les outils, qui offrent des informations significatives dans nos recherches, notamment lorsqu’il s’agit de spéculer sur les chronologies et les techniques.

Enfin, ce week-end nous a également donné l’occasion de rencontrer nos réalisateurs préférés, Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk, qui continuent à travailler sur la série documentaire, ainsi que notre talentueuse photographe Eva Avril qui nous a accompagnés tout au long du voyage.

En résumé, bien qu’infructueux en termes de résultats esthétiques – en ce qui concerne nos tentatives de gravure d’inscriptions –, l’atelier nous a apporté, de manière expérimentale, un éclairage précieux sur nos sujets, mettant à contribution tous nos sens pour proposer un ensemble de connaissances complètement différent. Merci encore Thierry!

When Graph-East takes on experimental archaeology

Graph-East has just had its first weekend stone-cutting workshop. Thierry Gregor, a specialist in stone cutting techniques in Antiquity and Middle Ages, generously opened the doors of his workshop – and his home – for us to have a full immersion into the material and practical aspects of epigraphy. Accustomed to accessing to the past through theorical and speculative learning, a group of young researchers (Clément Dussart, Savvas Mavromatidis, Hasan Sercan Sağlam, Yaroslav Stadnichenko et Maria Aimé Villano) plunged into the remarkable experience of touching with hand the tools, the materials and the techniques. Saturday morning Thierry introduced us to the different kinds of tools that were used in Middle Ages: a variety of saws, hammers, pikes, drills and chisels. The tools were not displayed in drawings of photographs, they were there, in the flesh, so we could see their dimensions in comparison, their weigh and their actual colours and textures. We were then shown the different kinds of stones, limestones, marbles and granites, that we could touch, weigh and “play” so we could hear the sound that different materials emit when hit. At a later time, Thierry provided us with small blocks of limestone and proposed us to experiment with the tools. What a discovery! Perhaps for the first time, we realized how difficult it is to effectively use the tools, to perform movements that correspond to our intentions, to deal with fatigue, with dust, and with uncomfortable positions. Even more, when on Sunday morning we swapped limestone for marble, a much harder material. How not to evoke to our minds the beautiful inscriptions (and sculptures) we have seen throughout our studies, admiring even more the dexterity and creativity of those men and women that created them! And how not to acknowledge the level of technology and know-how implied in the tools and in the people capable of transforming, through many hours of work, the rough stone dwelling in a quarry into a significant object. Even the inscriptions that perhaps we would have once arrogantly called “ugly”, might deserve some mercy from now on, when compared to the best attempts we could do, during our workshop.

Thanks to Thierry we have also discovered the value of the traces left by the tools, which offer significant pieces of information to our research, in particular when speculating about chronologies and techniques.

Last but not least, this weekend also gave us the opportunity of meeting our favourite film makers, Philippe Kern and Stéphane Kowalczyk, who continue working on the documentary series, and our gifted photographer Eva Avril who accompanied us all the way.

To sum up, although unsuccessful in terms of aesthetical results – as far as our attempts at carving inscriptions are concerned –, the workshop provided us with precious insight on our subjects, in an experimental way, capable of activating both the senses and a completely different set of knowledge. Merci Thierry!

La série documentaire

Parce que le travail de l’historien et de l’historienne est aussi de transmettre à un large public le fruit de ses découvertes, l’équipe GRAPH-EAST a été suivie sur le terrain par deux vidéastes, Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern, lors de la mission en Chypre en juillet 2021. La série documentaire peut être visionnée sur la chaîne YouTube du projet, n’hésitez pas à vous abonner :

Emmener le spectateur sur le terrain, c’est vulgariser l’histoire comme recherche, au moment où les hypothèses se construisent, où les expertises se confrontent, où les doutes surgissent également. C’est donc moins un résultat qui est proposé dans cette série documentaire qu’un processus : la recherche épigraphique à l’œuvre.

Au fil des épisodes et des dix jours de mission, l’équipe se construit, grâce aux compétences diverses et complémentaires de chacun, la méthodologie fait ses preuves, chaque inscription – sur pierre essentiellement – est étudiée sous toutes ses coutures, mesurée, photographiée, dessinée, transcrite… De Nicosie à Larnaca, en passant par Limassol, Kiti, Kivisili et Pyrga, les contacts avec les chercheurs locaux se nouent, les échanges avec les gardiens des clés et le clergé sur place enrichissent les perspectives. Enfin, les acteurs se livrent aussi sur leur métier, leur passion, leur rapport au travail et à la recherche, qu’on soit chercheur, doctorant, postdoc ou photographe. Bref, une petite tranche de vie du projet GRAPH-EAST qui n’en est qu’à ses débuts.

Le spectateur est lui-même invité à devenir acteur, en prenant conscience de ce patrimoine, souvent fragile comme les graffitis dans les châteaux et les églises, conservé dans de médiocres conditions par l’exposition aux intempéries, parfois en péril réel. En changeant le regard et en faisant parler les pierres inscrites, il s’agit de sensibiliser pour mieux protéger.   

Les acteurs par ordre alphabétique : Vladimir Agrigoroaei, Eva Avril, Clément Dussart, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Savvas Mavromatidis, Maria Villano.  

Et la voix et l’œil derrière les images :  Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk.

Plongée dans l’univers pictural d’Abu Gosh

Située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem, l’église fut construite par les Hospitaliers quand ils obtinrent le terrain en 1141 (selon l’opinion la plus partagée) sur le lieu baptisé Fontenoid. Cette église de pèlerinage commémorant l’apparition du Christ à Emmaüs, relatée dans l’évangile de Luc, 24, 13-35, a été bâtie en surélevant les parois d’une citerne romaine sur deux niveaux superposés : une église basse (sorte de crypte incluse dans le réservoir lui-même) et une église haute qui comporte trois nefs voûtées d’arêtes se terminant vers l’est par une abside flanquée de deux absidioles, toutes les trois voûtées en cul-de-four.

L’église conserve l’ensemble de peintures murales le plus complet qui ait subsisté du Royaume latin de Jérusalem. Commande passée par les Hospitaliers à des artistes byzantins (sans doute au nombre de deux), ces peintures ont dû être réalisées dans les deux dernières décennies du règne de Manuel Ier Comnène (1143-1180). De nombreux rapprochements ont été établis entre ces peintures et celles de l’église Saint-Pantéleimon de Nérézi en Macédoine, fondée en 1164 par Alexis Ange Comnène, petit-fils de l’empereur Alexis Ier. À Abu Gosh, les peintures prennent place dans la moitié orientale, sur les parois, les voûtes et les piliers, et utilisent largement la technique picturale « à fresque » avec des finitions à sec.

Le programme iconographique fait montre d’une grande originalité. Le thème commun à l’ensemble est la résurrection du Christ, qui fait référence à l’apparition de Jésus vivant à Emmaüs, mais aussi à la volonté de l’Ordre de l’Hôpital de resserrer la proximité avec la figure du Christ ressuscité, tout en s’adressant également aux chrétiens locaux qui fréquentaient l’édifice paroissial. L’ensemble épigraphique est riche de 17 inscriptions, essentiellement sur les peintures murales, où le grec alterne avec le latin à l’instar des ensembles bilingues de la Nativité de Bethléem et du Saint-Sépulcre à Jérusalem, mais aussi sur pierre, notamment avec un graffiti arabe récemment découvert.

Avec la prise de Jérusalem par Saladin en 1187, l’église fut abandonnée aux musulmans, puis revint sans doute aux Francs entre 1229 et 1244. Sept siècles plus tard, l’empire ottoman en fit cadeau à la France, elle devint domaine national français en 1873. Il s’agit aujourd’hui d’un monastère bénédictin sous le vocable Sainte-Marie-de-la-Résurrection. De nombreuses restaurations furent entreprises au cours des deux derniers siècles (1902-1907, 1950, 1995, 2000-2001).

Pour avoir un petit aperçu du riche ensemble épigraphique d’Abu Gosh, en attendant la parution du corpus des inscriptions du Royaume latin de Jérusalem :

Pour aller plus loin :

Une étude magistrale dirigée par Jean-Baptiste Delzant fait désormais le point sur les fresques de l’église et 850 ans d’histoire du site : Delzant Jean-Baptiste dir., L’église d’Abu Gosh : 850 ans de regards sur les fresques d’une église franque en Terre sainte, Paris : Tohubohu éditions/Archimbaud éditeur, 2018.

Deux nouveaux articles, parus après cet ouvrage, peuvent également être signalés :

  • Rachel Ouizemann, « Between conservation and restoration : the wall paintings in the church of the Crusaders in Abu Gosh and the authentication of the site as Emmaus », Byzantinische Zeitschrift, vol. 112, n. 3, 2019, p. 935-958.
  •  Gil Fishhof, « The Meanings of Byzantium: The Church of Abu-Ghosh (Emmaus) and the Meanings of Byzantine Pictorial Language in the Latin Kingdom of Jerusalem », Convivium, 2020, vol. 7, iss. 2, p. 15-34.

Création de la base de données GRAPH-EAST

Le réseau international d’épigraphistes rassemblé par GRAPH-EAST pourra bientôt compter sur un outil commun, capable de faire converger les observations de terrain et les analyses historiques. Le premier mois d’avril du projet est en effet consacré à la conception d’une base de données ambitieuse. Voici ses principaux enjeux.  

Le choix logiciel

Les principes de pérennité et d’accessibilité FAIR sont aux fondements du projet GRAPH-EAST. Le choix d’un système de gestion de base de données reposant sur des technologies libres était donc important pour nous et Heurist s’est imposé comme une évidence.

Heurist est un environnement de base de données développé à l’université de Sydney et hébergée, pour les projets français, sur les serveurs d’Huma-Num. L’objectif de son directeur Ian Johnson est d’aider les chercheurs en sciences humaines de créer leur base de données, personnelle ou collaborative, sans l’intermédiaire d’un informaticien. Il permet ainsi de développer une base de données MySQL sans jamais voir une ligne de code. Mais Heurist est plus qu’une solution de facilité et va bien au-delà des systèmes de gestion de données libres ou propriétaires habituels. Pensé spécifiquement pour les SHS, il propose des modules qui permettent de gérer en quelques secondes des besoins complexes récurrents comme la géolocalisation avec OpenStreetMap ou l’import de références bibliographiques avec Zotero. Il intègre également des outils de visualisation des données, que ce soit en carte, en réseau ou en frise chronologique. Si ces premières analyses ne suffisent pas, Heurist favorise également l’export vers des logiciels spécifiques avec plusieurs formats (.CSV, .XML, .JSON, .GeoJSON, .KML et .GHEPHI). Enfin, Heurist prévoit la possibilité de publier sa base de données dans un site internet créé automatiquement et que l’on peut ensuite améliorer manuellement. Nous avons donc à faire à un outil de gestion et d’analyse des données extrêmement complet et bien pensé pour les sciences humaines.

Interface d’Heurist : l’onglet de conception de la structure de la base et son manuel intégré.

Lancée en 2021, la version 6 d’Heurist devrait permettre une large diffusion de cet outil déjà éprouvé sur des centaines de projets. Plusieurs programmes ERC, dont certains en épigraphie comme DHARMA, l’utilisent déjà. Une communauté francophone d’utilisateurs et de développeurs est en train de se mettre en place, avec notamment une liste de diffusion. Il ne manque plus que la mise en ligne des tutoriels actuellement en cours de préparation.

La création d’un outil sur mesures

La création du modèle de données de l’outil GRAPH-EAST se fait à partir d’un précédent projet de l’équipe d’épigraphie du CESCM. L’inscription est l’entité (aussi appelée « table » dans la majorité des systèmes de gestion de bases de données relationnelles) autour de laquelle gravite les informations de contextualisation qui la complète.

Modèle de la base de données à l’origine de celui de GRAPH-EAST.

Le cœur de la base est constitué par les données d’inventaire. Elles sont essentielles car en grande partie inédites. De ce fait, nous la construisons en parallèle du modèle des fiches descriptives de terrain, pour qu’aucune information nécessaire à l’analyse des inscriptions ne soit oubliée sur place, puis qu’aucune information collectée ne se perde faute de catégorie appropriée. La localisation actuelle ainsi que les éventuelles localisations successives, le contexte archéologique, l’état de conservation, l’identification du support et de la technique d’écriture, le texte inscrit (transcription, édition, traduction), la documentation iconographique (photographies, relevés, estampages…) et textuelle (sources manuscrites, sources éditées, bibliographie) sont ainsi soigneusement consignées.

Néanmoins, le projet GRAPH-EAST ne se limite pas à un vaste inventaire. La base doit donc permettre de répondre aux axes de recherche du projet en centralisant de manière normalisée les données nécessaires à de nombreuses analyses détaillées. La difficulté d’un tel objectif, comme pour toute base de donnée scientifique, est d’assurer un équilibre entre le temps de saisie des informations et les possibilités d’explorations ultérieures des données. L’enjeu est ici augmenté par le nombre conséquent d’inscriptions à renseigner (estimé à environ 2 500) et la multiplicité des acteurs impliqués, puisque la base doit devenir l’outil de référence de doctorants, de post-doctorants et de chercheurs permanents, auxquels s’ajoute un réseau international d’épigraphistes. Une réflexion collective a déjà permis d’aboutir à une proposition concrète, qui sera implémentée dans Heurist dans les prochains jours pour être testée.

Un prochain billet présentera plus en détail les choix qui ont été faits ainsi que l’interface de saisie.

ERC GRAPH-EAST

The GRAPH-EAST project has received funding from the EU’s Horizon 2020 research and innovation programme under Grant Agreement n° 948390. The goal is to explore Latin epigraphic writing in the Eastern Mediterranean (7th-16th c.), from Greece and Turkey to Egypt via the coast of Palestine-Syria and Cyprus, in contact, interaction, and competition with Greek, Arabic, Hebrew, Armenian, Syriac etc. inscriptions, reflecting the political, religious, social and cultural issues of the area. The project proposes an innovative study of an outstanding body of texts, an estimated 2,500 inscriptions and graffiti, many unpublished, that opens a new field of research. It aims at understanding the representation and practice of the Latin script, alien in the Byzantine and Islamic empires, providing a connected history of epigraphy in this area, and analysing this migrant Latin writing through the prism of cultural transfers between West and East, with an international and pluridisciplinary team.