Au coeur de la recherche avec GRAPH-EAST

Billet rédigé par Amélie Deshayes, stagiaire, Master 1 Mondes Médiévaux au CESCM

À l’occasion de la semaine interdisciplinaire organisée par le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale à l’Université de Poitiers au mois d’Octobre 2021, le chercheur postdoctoral spécialiste de l’histoire urbaine Sercan Sağlam et l’historienne de l’art post-doctorante, spécialiste de l’art italien et byzantin au Moyen Âge, Maria Villano, ont présenté un projet inédit dans le monde de la recherche épigraphique sur la Méditerranée Orientale au Moyen Âge. Allant de Chypre, de la Grèce à la Turquie, en passant par la Syrie et la Palestine, la Méditerranée Orientale constitue un réel berceau qui reste encore inexploré pour l’étude de l’écriture épigraphique latine dans l’empire byzantin et islamique. La prise de conscience du potentiel que cette aire géographique représente dans la recherche en épigraphie a mené, en 2020, à la création du programme de recherche scientifique GRAPH-EAST par la chercheuse en épigraphie au CESCM à l’Université de Poitiers, Estelle Ingrand-Varenne. D’une très grande envergure, ce projet, qui est soutenu à la fois par l’European Research Council et le CNRS, projette de récolter de 2021 à 2026 près de 2500 inscriptions, qui, pour la grande majorité d’entre elles, n’ont encore jamais suscité d’études sérieuses.

Continue reading “Au coeur de la recherche avec GRAPH-EAST”

Retour sur le colloque Signes graphiques à la Nativité de Bethléem

Seize mois après le lancement de GraphEast, ce colloque sur les Signes graphiques de l’église de la Nativité de Bethléem au Moyen Âge a constitué une étape importante du projet. Ce sanctuaire construit sur le lieu présumé de la naissance du Christ est un site épigraphique unique, en termes de richesse et de complexité, sur les dix pays de la Méditerranée orientale étudiés. Il fournit un laboratoire pour réfléchir aux signes graphiques médiévaux dans les lieux saints

Cette complexité est le fruit de son histoire, de sa longévité et de sa conservation. La basilique est en effet le seul bâtiment religieux pré-musulman à avoir survécu intact, avec sa forme du VIe siècle, en Palestine jusqu’à aujourd’hui. Si des zones significatives de la décoration du XIIe siècle ont survécu, ce sont les restaurations menées de 2013 à 2020, après l’inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012 et son classement en urgence sur la liste du patrimoine en péril, qui ont permis de révéler la beauté exceptionnelle du décor intérieur. Les travaux de restauration, allant du sol au plafond, ont même pris en compte les graffitis, quoique de justesse. Ils ont également relancé les recherches sur ce lieu saint :

Avec au moins 55 inscriptions en caractères latins conservées ou connues par les récits de pèlerinage et de voyageurs, ainsi que des centaines de graffitis depuis le VIe siècle en plusieurs langues et écritures, ce sanctuaire offre à la vue et la réflexion un enchevêtrement graphique resté inexploré. Nombre de graffitis sont encore inédits, leur connaissance est très partielle et aucune vision globale n’était à ce jour envisageable. C’était le défi de ces trois jours de colloque que de lancer les premiers jalons d’une collaboration internationale. Ainsi, deux des objectifs de GraphEast étaient mis à l’épreuve : 1) réunir inscriptions et graffitis pour proposer une histoire graphique au long cours, dépassant les catégories et les cloisonnements ; 2) proposer une histoire connectée des épigraphies, latine, grecque, syriaque, arabe, arménienne etc., ce qui suppose un vocabulaire et une méthodologie commune. 

L’expression générale “signes graphiques” a permis de questionner à nouveaux frais les appellations quelque peu “fourre-tout” d’inscriptions et de graffitis, grâce à Carlo Tedeschi. Celui-ci a notamment montré les deux grandes tendances de la pratique du graffiti au Moyen Âge, tant sur le plan chronologique que typologique. Si du VII au XIIe s., les graffitis à fonction cultuelle, liturgique, nécrologique, funéraire forment l’essentiel de ce type d’écrits dans les lieux de culte, au XIIIe s. se produit un changement profond qui touche la langue et la fonction mémorielle du texte. Le changement dans la réalisation et la perception de ces messages graphiques a également été illustré par la présentation de Marcello Piacenti sur les restaurations de la Nativité. Lors du lancement du projet en 2012, les graffitis n’avaient pas été pris en compte, car ils n’étaient pas considérés comme faisant partie de l’église. Une prise de conscience a eu lieu au moment de nettoyer les colonnes; la restauration de graffitis est un vrai changement de mentalités, qui doit désormais être diffusé dans les écoles de restauration.

Parler de “signes graphiques” n’était cependant pas une simple stratégie d’évitement, mais avait pour but d’intégrer dans la réflexion les signes héraldiques, emblématiques, avec l’intervention de Laurent Hablot, et les signes iconographiques, souvent inséparables des traces alphabétiques.  La Nativité de Bethléem est un exemple de l’emblématisation de l’espace sacré observée en Occident à travers la prééminence et les marquages votifs dans la seconde moitié du Moyen Âge. Ces signes étaient faits pour être apposés plus que pour être exposés; si certains peuvent marquer un lignage, une famille, donc un collectif, les cimiers monumentaux étaient des marques personnelles, très attachées à un individu en particulier.  

Comment étaient réalisés ces signes emblématiques et alphabétiques ? A partir des graffitis lapidaires en latin, arabe et arménien de la basilique, Thierry Grégor a analysé les types d’outils, de techniques et de compétences requis. Certains textes gravés dans la pierre, comme d’autres en peintures ou réalisés à l’aide de charbon et d’hématite montrent l’intervention de professionnels. Ce qui pose la question du statut de ces textes, de l’intervention d’intermédiaires, de la permission de réaliser ce geste dans ce lieu saint sous pouvoir mamelouk et ottoman. Peut-on imaginer des graveurs communs, pouvant réaliser des textes à la demande en des langues différentes ? Seule une analyse fine avec des datations précises permettra de faire ces comparaisons techniques. 

Le travail sur les graffitis de la Nativité, quelle que soit l’écriture, doit d’abord passer par une identification et un inventaire exhaustif de toutes les formes graphiques, qui pour l’heure n’est pas encore totalement réalisé. C’est à ce prix que se fera la compréhension de ce phénomène dans toute sa complexité et qu’un éclairage nouveau sur la “vie” de l’édifice pourra être apporté. C’est le but de la thèse de Clément Dussart sur les signes en alphabet latin, qu’il croise avec les récits de pèlerinage de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. 

Si quelques noms ont été retrouvés dès l’époque carolingienne, l’étude attentive des colonnes, une par une, des murs du cloître et des grottes, montre que le tournant quantitatif se situe au XIVe s. avec la réinstallation des Franciscains et la relance du voyage de dévotion et de curiosité en Terre Sainte. Le dossier arménien a été présenté par Khachik Harutyunyan : 61 textes épigraphiques au statut divers ont été recensés à Bethléem du XIIIe au XVIIIe s., le plus ancien étant gravé sur les portes en bois de l’entrée en 1227. Les frontières et les catégories d’inscriptions et graffitis ont également été remises en question, car le second terme n’existe pas en arménien. Enfin, l’écriture arabe a été abordée par Anna Lagaron, à travers une dizaine d’inscriptions/graffitis, s’appuyant sur le travail de Moshe Sharon et de Michael Stone (Rock Inscription Project). La difficulté est parfois de différencier graffiti islamique et chrétien dans ce lieu saint partagé, les formules et les noms n’étant pas toujours suffisants pour identifier l’auteur.

Les inscriptions “officielles” réalisées au cours du XIIe s. ont été également discutées : les textes des conciles sur les mosaïques de la nef par Megan Boomer, en montrant qu’ils étaient le produit et la réponse à une “habitude épigraphique” locale, notamment avec la découverte de nouvelles sources manuscrites arabes ; l’arbre de Jessé à la contre-façade mais aujourd’hui disparu et la généalogie du Christ dans les mosaïques de la nef par Estelle Ingrand-Varenne, avec la mise en perspective liturgique des noms des ancêtres et des citations prophétiques. Enfin, Michele Bacci a proposé de réfléchir sur les différentes manières dont les portraits, les inscriptions, les armoiries et les offrandes votives fonctionnaient comme des substituts physiques de personnes individuelles, en les comparant avec l’usage à partir du XVIe siècle d’utiliser le corps du pèlerin lui-même comme porteur de signes permettant une incorporation symbolique de la sainteté du site.

 Le colloque n’est pas resté une discussion abstraite entre experts, mais s’est accompagné de visites de terrain, pour être au contact de ces signes et pour les appréhender dans leur contexte. Grâce à Michele Bacci, Marcello Piacenti et Khachik Harutyunyan, des secteurs peu connus de la basilique et des bâtiments environnants ont pu être accessibles. Les graffitis médiévaux et modernes sur les colonnes, à l’entrée et à la sortie de la grotte mais aussi à l’intérieur, et dans la grotte de saint Jérôme ont été étudiés sur place. 

A la Custodie de Terre Sainte à Jérusalem, ce sont les objets liturgiques provenant du “Trésor de Bethléem” (tuyaux d’orgue et cloches avec leur note de musique ou le texte Vox Domini, chandeliers avec inscriptions de malédiction, bassins de saint Thomas) découverts enfouis à la fin du XIXe et au début du XXe s., qui ont pu être observés grâce à l’aide précieuse du fr. Stéphane Milovitch.

    

Pour clôturer ce colloque, une conférence grand public sur les restaurations et les récentes découvertes de la basilique a été donnée par Michele Bacci à l’Ecole biblique et archéologique française ; elle est accessible en ligne sur YouTube : https://youtu.be/svzNcFjlHEQ

Le travail et la réflexion collective continuent avec la prévision de la publication des actes et l’ajout de textes inscrits dans d’autres écritures. 

 

GraphEast in the ICBS 2022

On 22-27 August 2022 will be held in Venice and Padua the 24th International Congress of Byzantine Studies: Byzantium – Bridge Between Worlds.

On Friday, 26th August, 17:00-19:00, the session of the GraphEast project (San Giobbe Aula 7B) will gather:

  • Savvas Mavromatidis, “The Funerary Inscriptions in Cyprus During the Lusignan Period (1192–1474/89): Typology and Functions”;
  • Thierry Gregor, “The Stone Cutting Techniques of the Latin and Byzantine Inscriptions in Cyprus During the Frankish Occupation”;
  • Mia Trentin, “Exploring Cypriot Socio-Cultural Interactions Through the Island’s Medieval Graffiti”;
  • Maria Aimé Villano, “Cras dabor non hodie: The case of a mysterious inscribed vessel from the Musée du Louvre”;
  • Nikiforos Tsougarakis, “Latin Graffiti in the Churches of Venetian Crete: The Problems of an Ambiguous Source”;
  • Vladimir Agrigoroaei, “The Ambiguous Scarcity of Medieval Moreote Inscriptions in Latin Alphabet”;
  • Hasan Sercan Sağlam, “The Epigraphic Inventory of Galata (Pera) as an Intercultural Urban Memory”;
  • Dmitri Valkov, “L’epigrafia genovese tra la Gazaria e la Romania negli anni 1300-1400: Modalità di funzionamento nell’Oltremare”.

On Monday, 22nd August, at 17:00 (San Giobbe Aula 10 A), Estelle Ingrand-Varenne will talk about “Latin Epigraphic Testimonies
in 13th Century Constantinople” in the session convened by Andreas Rhoby and Ida Toth on “The epigraphies of Constantinople”. 

To have more information and to see the whole programme: https://byzcongress2022.org/ 

Call for contribution – IMC Leeds 2023

Inscriptions as Networks and Entanglements in the Medieval Eastern Mediterranean

Deadline: 15 September 2022.

The ERC GRAPH-EAST project (CESCM, University of Poitiers and CNRS) will sponsor three sessions that explore topics dealing with “Inscriptions as Networks and Entanglements in the Medieval Eastern Mediterranean” for the International Medieval Congress 2023 in Leeds (UK).

The Medieval Mediterranean has long been thought of in terms of networks, circulations, and dynamics of exchanges, at different scales. One type of “network” has not yet been studied: the epigraphic network formed by the inscriptions and graffiti in Latin alphabet of pilgrims, travellers, crusaders, military orders and merchants. The theme for the IMC Leeds 2023, “Networks and Entanglements,” presents an opportunity to explore the complex set of relationships between the epigraphic writing and its web of interactions in the Eastern Mediterranean.

The aim of the sessions is to explore, among others that might arise from the proposals, the following four sets of questions:

  • Pilgrims, churchmen, merchants, and artists moved across Europe, Africa and Asia, back and forth. The inscriptions referring to the movements of such social groups bear precious information about their producer’s intentions, which can be reckoned both from their textual and linguistical content and from their technical and material features. Do some or all of these characteristics form a network or an entanglement? What kinds of networks, entanglements, paths, and circulations are revealed by the graphic signs? Is it possible to trace epigraphical recurrent patterns or connections within a small and/or a large area such as the one between the Eastern and Western coast of the Mediterranean basin?
  • What is the relationship between inscriptions and micro (within a building) and macro space (within a continent)? For instance, from an architectural point of view the memory of the Holy Sepulchre was echoed in a large series of buildings and shrines which studded the Medieval Western realm. Is it possible to say the same about epigraphy? Were inscriptions conceived as to evoke the Holy Land or any other area of the Eastern Mediterranean? And vice versa, did inscriptions in the Eastern Mediterraneanrecall any Western region?
  • Beyond the Latin alphabet, is it possible to think of inscriptions in different languages and scripts together, such as Arabic, Greek, Armenian, Syriac etc., as forming a vast graphic network in the East? For instance, in the Holy Places as the basilica of the Holy Sepulchre in Jerusalem or the Nativity church of Bethlehem?
  • Medieval inscriptions formed a network also within a large span of time both backwards and forwards. If the classical Greek and Roman inscriptions were related to medieval ones in terms of content and form, medieval inscriptions had at their turn an impact on men and women of the modern and contemporary era. What was the political, intellectual, devotional, and social role of medieval inscriptions in modern societies? What were the connections and the entanglements linking the men and women of the past to the men and women of the present?

Art historic, archaeological, historic, and literary approaches are welcome, in particular through precise case studies.

Submission guidelines

Proposals are due by September 15th to Maria Aimé Villano (maria.aime.villano01@univ-poitiers.fr), Sercan Saglam (hasan.sercan.saglam@univ-poitiers.fr) and Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) and must include:

• Full name

• email address

• Full affiliation details (department, institution) if applicable

• Paper title

• Abstract (250 words max.)

• Keywords

• Brief bio (300 words max.)

Applicants will be notified of the outcome by September 30, 2022. Each panel will host three papers of 20 minutes each, plus 10 minutes for discussion.

Keywords: Inscription, Epigraphy, Eastern Mediterranean, Written Culture, Material culture

For further information, please contact: Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM, Poitiers – France) estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr.

Follow us  on  Twitter: @ErcGraphEast    &      Instagram: graph_east

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search