Retour sur le colloque Signes graphiques à la Nativité de Bethléem

Seize mois après le lancement de GraphEast, ce colloque sur les Signes graphiques de l’église de la Nativité de Bethléem au Moyen Âge a constitué une étape importante du projet. Ce sanctuaire construit sur le lieu présumé de la naissance du Christ est un site épigraphique unique, en termes de richesse et de complexité, sur les dix pays de la Méditerranée orientale étudiés. Il fournit un laboratoire pour réfléchir aux signes graphiques médiévaux dans les lieux saints

Cette complexité est le fruit de son histoire, de sa longévité et de sa conservation. La basilique est en effet le seul bâtiment religieux pré-musulman à avoir survécu intact, avec sa forme du VIe siècle, en Palestine jusqu’à aujourd’hui. Si des zones significatives de la décoration du XIIe siècle ont survécu, ce sont les restaurations menées de 2013 à 2020, après l’inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012 et son classement en urgence sur la liste du patrimoine en péril, qui ont permis de révéler la beauté exceptionnelle du décor intérieur. Les travaux de restauration, allant du sol au plafond, ont même pris en compte les graffitis, quoique de justesse. Ils ont également relancé les recherches sur ce lieu saint :

Avec au moins 55 inscriptions en caractères latins conservées ou connues par les récits de pèlerinage et de voyageurs, ainsi que des centaines de graffitis depuis le VIe siècle en plusieurs langues et écritures, ce sanctuaire offre à la vue et la réflexion un enchevêtrement graphique resté inexploré. Nombre de graffitis sont encore inédits, leur connaissance est très partielle et aucune vision globale n’était à ce jour envisageable. C’était le défi de ces trois jours de colloque que de lancer les premiers jalons d’une collaboration internationale. Ainsi, deux des objectifs de GraphEast étaient mis à l’épreuve : 1) réunir inscriptions et graffitis pour proposer une histoire graphique au long cours, dépassant les catégories et les cloisonnements ; 2) proposer une histoire connectée des épigraphies, latine, grecque, syriaque, arabe, arménienne etc., ce qui suppose un vocabulaire et une méthodologie commune. 

L’expression générale “signes graphiques” a permis de questionner à nouveaux frais les appellations quelque peu “fourre-tout” d’inscriptions et de graffitis, grâce à Carlo Tedeschi. Celui-ci a notamment montré les deux grandes tendances de la pratique du graffiti au Moyen Âge, tant sur le plan chronologique que typologique. Si du VII au XIIe s., les graffitis à fonction cultuelle, liturgique, nécrologique, funéraire forment l’essentiel de ce type d’écrits dans les lieux de culte, au XIIIe s. se produit un changement profond qui touche la langue et la fonction mémorielle du texte. Le changement dans la réalisation et la perception de ces messages graphiques a également été illustré par la présentation de Marcello Piacenti sur les restaurations de la Nativité. Lors du lancement du projet en 2012, les graffitis n’avaient pas été pris en compte, car ils n’étaient pas considérés comme faisant partie de l’église. Une prise de conscience a eu lieu au moment de nettoyer les colonnes; la restauration de graffitis est un vrai changement de mentalités, qui doit désormais être diffusé dans les écoles de restauration.

Parler de “signes graphiques” n’était cependant pas une simple stratégie d’évitement, mais avait pour but d’intégrer dans la réflexion les signes héraldiques, emblématiques, avec l’intervention de Laurent Hablot, et les signes iconographiques, souvent inséparables des traces alphabétiques.  La Nativité de Bethléem est un exemple de l’emblématisation de l’espace sacré observée en Occident à travers la prééminence et les marquages votifs dans la seconde moitié du Moyen Âge. Ces signes étaient faits pour être apposés plus que pour être exposés; si certains peuvent marquer un lignage, une famille, donc un collectif, les cimiers monumentaux étaient des marques personnelles, très attachées à un individu en particulier.  

Comment étaient réalisés ces signes emblématiques et alphabétiques ? A partir des graffitis lapidaires en latin, arabe et arménien de la basilique, Thierry Grégor a analysé les types d’outils, de techniques et de compétences requis. Certains textes gravés dans la pierre, comme d’autres en peintures ou réalisés à l’aide de charbon et d’hématite montrent l’intervention de professionnels. Ce qui pose la question du statut de ces textes, de l’intervention d’intermédiaires, de la permission de réaliser ce geste dans ce lieu saint sous pouvoir mamelouk et ottoman. Peut-on imaginer des graveurs communs, pouvant réaliser des textes à la demande en des langues différentes ? Seule une analyse fine avec des datations précises permettra de faire ces comparaisons techniques. 

Le travail sur les graffitis de la Nativité, quelle que soit l’écriture, doit d’abord passer par une identification et un inventaire exhaustif de toutes les formes graphiques, qui pour l’heure n’est pas encore totalement réalisé. C’est à ce prix que se fera la compréhension de ce phénomène dans toute sa complexité et qu’un éclairage nouveau sur la “vie” de l’édifice pourra être apporté. C’est le but de la thèse de Clément Dussart sur les signes en alphabet latin, qu’il croise avec les récits de pèlerinage de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. 

Si quelques noms ont été retrouvés dès l’époque carolingienne, l’étude attentive des colonnes, une par une, des murs du cloître et des grottes, montre que le tournant quantitatif se situe au XIVe s. avec la réinstallation des Franciscains et la relance du voyage de dévotion et de curiosité en Terre Sainte. Le dossier arménien a été présenté par Khachik Harutyunyan : 61 textes épigraphiques au statut divers ont été recensés à Bethléem du XIIIe au XVIIIe s., le plus ancien étant gravé sur les portes en bois de l’entrée en 1227. Les frontières et les catégories d’inscriptions et graffitis ont également été remises en question, car le second terme n’existe pas en arménien. Enfin, l’écriture arabe a été abordée par Anna Lagaron, à travers une dizaine d’inscriptions/graffitis, s’appuyant sur le travail de Moshe Sharon et de Michael Stone (Rock Inscription Project). La difficulté est parfois de différencier graffiti islamique et chrétien dans ce lieu saint partagé, les formules et les noms n’étant pas toujours suffisants pour identifier l’auteur.

Les inscriptions “officielles” réalisées au cours du XIIe s. ont été également discutées : les textes des conciles sur les mosaïques de la nef par Megan Boomer, en montrant qu’ils étaient le produit et la réponse à une “habitude épigraphique” locale, notamment avec la découverte de nouvelles sources manuscrites arabes ; l’arbre de Jessé à la contre-façade mais aujourd’hui disparu et la généalogie du Christ dans les mosaïques de la nef par Estelle Ingrand-Varenne, avec la mise en perspective liturgique des noms des ancêtres et des citations prophétiques. Enfin, Michele Bacci a proposé de réfléchir sur les différentes manières dont les portraits, les inscriptions, les armoiries et les offrandes votives fonctionnaient comme des substituts physiques de personnes individuelles, en les comparant avec l’usage à partir du XVIe siècle d’utiliser le corps du pèlerin lui-même comme porteur de signes permettant une incorporation symbolique de la sainteté du site.

 Le colloque n’est pas resté une discussion abstraite entre experts, mais s’est accompagné de visites de terrain, pour être au contact de ces signes et pour les appréhender dans leur contexte. Grâce à Michele Bacci, Marcello Piacenti et Khachik Harutyunyan, des secteurs peu connus de la basilique et des bâtiments environnants ont pu être accessibles. Les graffitis médiévaux et modernes sur les colonnes, à l’entrée et à la sortie de la grotte mais aussi à l’intérieur, et dans la grotte de saint Jérôme ont été étudiés sur place. 

A la Custodie de Terre Sainte à Jérusalem, ce sont les objets liturgiques provenant du “Trésor de Bethléem” (tuyaux d’orgue et cloches avec leur note de musique ou le texte Vox Domini, chandeliers avec inscriptions de malédiction, bassins de saint Thomas) découverts enfouis à la fin du XIXe et au début du XXe s., qui ont pu être observés grâce à l’aide précieuse du fr. Stéphane Milovitch.

    

Pour clôturer ce colloque, une conférence grand public sur les restaurations et les récentes découvertes de la basilique a été donnée par Michele Bacci à l’Ecole biblique et archéologique française ; elle est accessible en ligne sur YouTube : https://youtu.be/svzNcFjlHEQ

Le travail et la réflexion collective continuent avec la prévision de la publication des actes et l’ajout de textes inscrits dans d’autres écritures. 

 

GraphEast in the ICBS 2022

On 22-27 August 2022 will be held in Venice and Padua the 24th International Congress of Byzantine Studies: Byzantium – Bridge Between Worlds.

On Friday, 26th August, 17:00-19:00, the session of the GraphEast project (San Giobbe Aula 7B) will gather:

  • Savvas Mavromatidis, “The Funerary Inscriptions in Cyprus During the Lusignan Period (1192–1474/89): Typology and Functions”;
  • Thierry Gregor, “The Stone Cutting Techniques of the Latin and Byzantine Inscriptions in Cyprus During the Frankish Occupation”;
  • Mia Trentin, “Exploring Cypriot Socio-Cultural Interactions Through the Island’s Medieval Graffiti”;
  • Maria Aimé Villano, “Cras dabor non hodie: The case of a mysterious inscribed vessel from the Musée du Louvre”;
  • Nikiforos Tsougarakis, “Latin Graffiti in the Churches of Venetian Crete: The Problems of an Ambiguous Source”;
  • Vladimir Agrigoroaei, “The Ambiguous Scarcity of Medieval Moreote Inscriptions in Latin Alphabet”;
  • Hasan Sercan Sağlam, “The Epigraphic Inventory of Galata (Pera) as an Intercultural Urban Memory”;
  • Dmitri Valkov, “L’epigrafia genovese tra la Gazaria e la Romania negli anni 1300-1400: Modalità di funzionamento nell’Oltremare”.

On Monday, 22nd August, at 17:00 (San Giobbe Aula 10 A), Estelle Ingrand-Varenne will talk about “Latin Epigraphic Testimonies
in 13th Century Constantinople” in the session convened by Andreas Rhoby and Ida Toth on “The epigraphies of Constantinople”. 

To have more information and to see the whole programme: https://byzcongress2022.org/ 

Call for contribution – IMC Leeds 2023

Inscriptions as Networks and Entanglements in the Medieval Eastern Mediterranean

Deadline: 15 September 2022.

The ERC GRAPH-EAST project (CESCM, University of Poitiers and CNRS) will sponsor three sessions that explore topics dealing with “Inscriptions as Networks and Entanglements in the Medieval Eastern Mediterranean” for the International Medieval Congress 2023 in Leeds (UK).

The Medieval Mediterranean has long been thought of in terms of networks, circulations, and dynamics of exchanges, at different scales. One type of “network” has not yet been studied: the epigraphic network formed by the inscriptions and graffiti in Latin alphabet of pilgrims, travellers, crusaders, military orders and merchants. The theme for the IMC Leeds 2023, “Networks and Entanglements,” presents an opportunity to explore the complex set of relationships between the epigraphic writing and its web of interactions in the Eastern Mediterranean.

The aim of the sessions is to explore, among others that might arise from the proposals, the following four sets of questions:

  • Pilgrims, churchmen, merchants, and artists moved across Europe, Africa and Asia, back and forth. The inscriptions referring to the movements of such social groups bear precious information about their producer’s intentions, which can be reckoned both from their textual and linguistical content and from their technical and material features. Do some or all of these characteristics form a network or an entanglement? What kinds of networks, entanglements, paths, and circulations are revealed by the graphic signs? Is it possible to trace epigraphical recurrent patterns or connections within a small and/or a large area such as the one between the Eastern and Western coast of the Mediterranean basin?
  • What is the relationship between inscriptions and micro (within a building) and macro space (within a continent)? For instance, from an architectural point of view the memory of the Holy Sepulchre was echoed in a large series of buildings and shrines which studded the Medieval Western realm. Is it possible to say the same about epigraphy? Were inscriptions conceived as to evoke the Holy Land or any other area of the Eastern Mediterranean? And vice versa, did inscriptions in the Eastern Mediterraneanrecall any Western region?
  • Beyond the Latin alphabet, is it possible to think of inscriptions in different languages and scripts together, such as Arabic, Greek, Armenian, Syriac etc., as forming a vast graphic network in the East? For instance, in the Holy Places as the basilica of the Holy Sepulchre in Jerusalem or the Nativity church of Bethlehem?
  • Medieval inscriptions formed a network also within a large span of time both backwards and forwards. If the classical Greek and Roman inscriptions were related to medieval ones in terms of content and form, medieval inscriptions had at their turn an impact on men and women of the modern and contemporary era. What was the political, intellectual, devotional, and social role of medieval inscriptions in modern societies? What were the connections and the entanglements linking the men and women of the past to the men and women of the present?

Art historic, archaeological, historic, and literary approaches are welcome, in particular through precise case studies.

Submission guidelines

Proposals are due by September 15th to Maria Aimé Villano (maria.aime.villano01@univ-poitiers.fr), Sercan Saglam (hasan.sercan.saglam@univ-poitiers.fr) and Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr) and must include:

• Full name

• email address

• Full affiliation details (department, institution) if applicable

• Paper title

• Abstract (250 words max.)

• Keywords

• Brief bio (300 words max.)

Applicants will be notified of the outcome by September 30, 2022. Each panel will host three papers of 20 minutes each, plus 10 minutes for discussion.

Keywords: Inscription, Epigraphy, Eastern Mediterranean, Written Culture, Material culture

For further information, please contact: Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM, Poitiers – France) estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr.

Follow us  on  Twitter: @ErcGraphEast    &      Instagram: graph_east

The Graphic Signs in the Church of the Nativity in Bethlehem

2nd International Conference, 21-23 June 2022

Organisers:

Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr),

Clément Dussart (clement.dussart@univ-poitiers.fr)  

On-site: Centre de Recherche Français de Jérusalem (Shimshon street 3) 

 

 

Online Link Zoom: https://us02web.zoom.us/j/89620986239?pwd=bR3nLn6khmskqFDAZK4qIduSmnuAUs.1

ID meeting: 896 2098 6239; Passcode: 987835

[Attention, the times indicated are those of Jerusalem, so 1 hour more than in Europe: CET+1]

Programme:

Tuesday June 21st

9:00     Coffee

9:30     Welcome: Vincent Lemire (Head of the CRFJ)

10:00 Introduction: Estelle Ingrand-Varenne (CNRS CRFJ-CESCM) and Clément Dussart (CESCM, University of Poitiers)

10:30-12:30   1st session, moderator: Maria Villano (ERC GRAPH-EAST, CESCM)

  • “Towards a Periodisation of Graffiti between Antiquity and the Middle Ages” Carlo Tedeschi (Università degli Studi “G. d’Annunzio” Chieti Pescara)
  • “The Tree of Abraham in the Nativity Church and its epigraphic exegesis”  Estelle Ingrand-Varenne (CNRS CRFJ-CESCM)

Lunch at the CRFJ

14:30-18:00     2nd session, moderator: Sercan Saglam (ERC GRAPH-EAST, CESCM)

  • “Scratch, Incise, Engrave: Technical Study of the Lapidary Graffiti of the Nativity” Thierry Grégor (CESCM, University of Poitiers)
  • “The discovery and the conservation of Graffiti on the columns of the Church of the Nativity”  Marcello Piacenti (Piacenti SpA Centro Restauri

 Coffee Break

  • “Apposer son emblème. La mise en signe des espaces sacrés au Moyen Âge. L’exemple de l’église de la Nativité de Bethléem en perspective”  Laurent Hablot (EPHE, SAPRAT) [visio]

Dinner

 Wednesday June 22nd

 9:00   Coffee

9:30-12:00    3rd session, moderator: Gil Fishhof (University of Haifa)

  • “Portraits, graffiti, and tattoos: pilgrims and the appropriation of Bethlehem’s sanctity” Michele Bacci (Freiburg University)
  • “Quotation and Glorification: Bethlehem’s Conciliar Texts in Local Context” Megan Boomer (Columbia University)

Lunch at the CRFJ

13:00   Departure to the Nativity Church, Bethlehem

14:00-17:00  Epigraphic tour of the basilica, and the cave of St. Jerome and the chapel of St. Joseph

18:00    Return to Jerusalem

Dinner

Thursday June 23rd

9:00   Coffee

9h30-12:30    4th session, moderator: Yana Tchekhanovets (Ben-Gurion University of the Neguev)

  • “The Armenian Inscriptions and Graffiti of the Church of the Nativity in Bethlehem”  Khachik A. Harutyunyan (Scientific Research Center of the Historical and Cultural Heritage, Matenadaran)
  • “The Arabic inscriptions of the Basilica of the Nativity: inventory and research perspectives”  Anna Lagaron-Khalifa (ERC Horn-East, Iremam Aix-Marseille Université) [visio
  • “Recent discoveries of Latin graffiti and signs in the Nativity Church: new contributions to the history of a holy place and to pilgrimage practices (9th-16th )”  Clément Dussart (CESCM, University of Poitiers)

Lunch at the CRFJ

13:45   Departure to the Custody

14:00-16:00    Visit of the Treasure of Bethlehem at the Custody of the Holy Land, with fr. Stéphane Milovitch (ofm, Director of the Cultural Heritage Office)

 

18:00    Public Conference of Michele Bacci at the École biblique et archéologique française: “The Nativity Church in Bethlehem: New Approaches and Discoveries”

 

Closing Dinner

 

 

Conference_ERC_GRAPHEAST_21-23.06.2022_Programme

Le film “GRAPH-EAST en Chypre” au Festival du film archéologique d’Amiens

Moment majeur de la médiation archéologique, le festival du film d’archéologie d’Amiens tiendra sa 16e édition du 28 mars au 2 avril 2022:  [bande annonce

Après une séance d’inauguration consacrée à la Préhistoire et plus particulièrement au rôle des femmes, c’est plus de 70 documentaires qui seront projetés afin d’offrir un vaste panorama géographique des découvertes et des problématiques archéologiques
récentes. Parmi eux, le film sur la mission de terrain à Chypre, réalisé par Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern,  qui se sont immergés dans l’univers de GraphEast pour en faire ressortir le son et les images. Le film sera présenté le samedi 2 avril. 

Lancée en 1990 par le Centre interdisciplinaire de recherches archéologiques de la Somme (CIRAS), cette rencontre a pour but de faire découvrir au public le plus large, le déroulement et les étapes de la recherche archéologique de la fouille à la reconstitution en passant par les travaux de laboratoire. Chercheurs et archéologues, réalisateurs et producteurs s’y côtoient et donnent une vision nouvelle et attrayante de l’étude du passé.

Le festival est aussi l’occasion de récompenser les meilleures productions à travers quatre prix :

  • le Grand Prix du Festival,  attribué au meilleur film du Festival,
  • le Prix de la DRAC des Hauts-de-France, attribué au meilleur film consacré à l’archéologie métropolitaine,
  • le Prix Jules Verne, attribué au film faisant ressortir le mieux l’aspect aventure humaine de l’archéologie
  • le Prix Boucher de Perthes récompensant le meilleur court métrage.

Pour en savoir plus, retrouvez le dossier de présentation et le programme complet : programme    dossier de présentation V11

Pour retrouver la série GraphEast  et le podcast épisode 1  

Signes graphiques de la basilique de la Nativité de Bethléem au Moyen Âge / Graphic Signs in the Nativity Church of Bethlehem in the Middle Ages

21-23 juin 2022 / June 21-23, 2022

La grande campagne de restauration de l’église de la Nativité de Bethléem, débutée en 2013 et achevée en 2020, et la bibliographie récente dédiée à ce lieu saint[1] permettent de questionner à nouveaux frais les centaines d’inscriptions et graffitis présents sur les mosaïques, les peintures et la pierre des murs de la basilique, bâtie sur le lieu présumé de la naissance du Christ. Véritable symphonie – voire cacophonie – graphique, il a semblé important pour mieux cerner ce phénomène de rassembler et de questionner ensemble les divers signes graphiques c’est-à-dire épigraphiques, héraldiques, emblématiques etc., réalisés au cours du Moyen Âge par les pèlerins et voyageurs tout comme par les autorités du Royaume latin de Jérusalem, alors qu’ils ont jusque-là été étudiés séparément et partiellement. Cet isolement lié à la typologie (les catégories « inscriptions » vs « graffitis »), au type d’alphabet (latin, grec, arabe, arménien etc.) et aux langues, est certes le corollaire de l’histoire même du lieu : jalonnée par les tutelles différentes, avec des moments-clés à l’instar de la vaste d’entreprise de rénovation et d’embellissement menée conjointement par le roi Amaury et l’empereur byzantin Manuel Comnène ; mais il est tout autant le fait du cloisonnement des disciplines et d’une vision de l’écriture épigraphique imperméable à son environnement.

Le but de ce workshop est donc de rassembler des épigraphistes issus de différentes spécialités, ainsi que des historiens, des historiens d’art et des restaurateurs pour interroger ces signes sous divers angles. Quelles typologies de signes graphiques sont présentes et faut-il en finir avec la dualité « graffitis » et « inscriptions » ? Quelles sont leurs fonctions ? Quelles langues et écritures sont employées ? Dans quelles matières et avec quelles techniques sont-ils réalisés ? Où ces signes graphiques sont-ils placés dans la basilique ? Peut-on dégager à la fois des strates situées dans le temps et une cartographie générale ? Qui dirige et a accès à ces espaces en fonction des périodes ? Quels sont donc les auteurs/commanditaires et les lecteurs ? Peut-on distinguer une hiérarchie des écritures ? Y a-t-il des interactions entre ces différents signes graphiques ? Comment ces signes ont-ils été reçus et transmis depuis leur production ? Cette liste de questions, qui n’est pas exhaustive, montre la variété des pistes qui pourront être abordées.

Ce workshop est pensé comme un atelier de travail avec un petit groupe, privilégiant la discussion, en deux temps au CRFJ à Jérusalem et dans la basilique, à Bethléem. Des conférences ouvertes au grand public seront également proposées. Il est organisé dans le cadre du projet ERC Starting Grant GRAPH-EAST, financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne dans le cadre de la convention de subvention n° 948390.

***

The major restoration campaign of the Nativity Church of Bethlehem (2013-2020) and the recent bibliography dedicated to this holy site[2] let us question hundreds of inscriptions and graffiti figuring on mosaics, paintings, and on the walls of the Church built in the presumed Christ birthplace. As the site exhibits a real graphic symphony, if not cacophony, it necessarily implies to collect and to question the multiple graphic signs altogether, i.e. the epigraphic, heraldic and emblematic signs (etc.) that were made in the Middle Age by pilgrims and travellers as well as authorities from the Latin Kingdom of Jerusalem. Yet, to date, they have been studied separately and partially. This partition related to the typology (“inscriptions” versus “graffiti”), to the type of alphabet (Latin, Greek, Arabic, Armenians etc.) and to the various languages is the result of the history of the site itself. Throughout its history, the Nativity Church was indeed under different authorities and went through key historical moments such as the extensive renovation and embellishment initiated jointly by the King Amaury and the Byzantine Emperor Manuel Comnenus. This dissociation stems as well from the traditional discipline boundaries and from an approach of epigraphic writing elaborated outside of his environmental context.

              The objective of this workshop is therefore to bring together epigraphists from different backgrounds, as well as historians, art historians and conservators to question those signs under different angles. Which typologies of graphic signs are uncovered and can we escape from the labels “graffiti” and “inscriptions”? What purpose do they serve? Which languages and writing are used? In which material and with which techniques are they realized? In which place are they located in the Church? Can we shed light to the strata located in time and the overall cartography? Who’s leading and has access to those places depending on which historical period? Who are the authors/the sponsors and the readers? Is there a hierarchy between the writings? Are there interactions between the different graphic signs? How were those signs received and communicated since their creation? This list of questions is not exhaustive and shows how various are the avenues that could be explored.

This workshop is designed as a small group discussion with two main phases, one in the CRFJ in Jerusalem, and the second in the Nativity Church in Bethlehem. Conferences opened to the wider public will be offered. The workshop is organized in the frame of the ERC Starting Grant project GRAPH-EAST, funded by the European Union research and innovation program Horizon 2020 in the framework of the Grant Agreement n° 948390.

Comité scientifique :

Comité d’organisation :


[1] Pour ne citer que les publications des 5 dernières années : Emérico Vicente Juhász, Pinturas y graffitos. BasÍlica de la Natividad en Belén, Introducción y edición a cargo de Michele Bacci, 2021 ; Lucy-Anne Hunt, “Melkite-Latin artistic interaction at the Church of the Nativity, Bethlehem, and in the Melisende psalter : art, liturgy and politics between Antioch and the Latin kingdom of Jerusalem in the twelfth century”, Aram Periodical, 2019, vol. 31, p. 233-316 ; Bianca and Gustav Kühnel, The Church of the Nativity in Bethlehem. The Crusader Lining of an Early Christian Basilica, Regensburg : Schnell & Steiner, 2019 ; Michele Bacci, The mystic cave : a history of the Nativity Church in Bethlehem, Brno : Masaryk University ; Roma : Viella, March 2017.

[2] To mention only the publications of the last 5 years: Emérico Vicente Juhász, Pinturas y graffitos. BasÍlica de la Natividad en Belén, Introducción y edición a cargo de Michele Bacci, 2021 ; Lucy-Anne Hunt, “Melkite-Latin artistic interaction at the Church of the Nativity, Bethlehem, and in the Melisende psalter : art, liturgy and politics between Antioch and the Latin kingdom of Jerusalem in the twelfth century”, Aram Periodical, 2019, vol. 31, p. 233-316 ; Bianca and Gustav Kühnel, The Church of the Nativity in Bethlehem. The Crusader Lining of an Early Christian Basilica, Regensburg : Schnell & Steiner, 2019 ; Michele Bacci, The mystic cave : a history of the Nativity Church in Bethlehem, Brno : Masaryk University ; Roma : Viella, March 2017.

Photography Workshop: A Report

(this and the following photos are by Maria Aimé Villano)

In the last week of January, we spent two days exploring the different aspects of digital photography and its role during the epigraphic research. The role of photography will be crucial for the Graph-East project, because we will not be accompanied by a professional photographer during our personal missions, and also because our field is located rather far from France, so we will not be able to return there often. Thus, we will need to make proper photos in order to analyze them later.

This brief course was conceptualized and organized by Clément Dussart, our fellow team member, and divided in two parts. On the first day we dedicated ourselves to photography, and on the next day we were dealing with more intricate subjects, such as photogrammetry and ultraviolet/infrared photography. Each day was also split in two parts, we began it with theory and finished with practice. As it was an open event, there were not only Graph-East team members in the audience, but also our colleagues from the CESCM, the University of Poitiers, and other universities. Among them were participants of another ERC project, HornEast, based in Aix-Marseille University. The number of attendees varied during the day, however, the peak number was fifteen, although including the lecturers.

We began with basics. As everything on the first day, they were taught to us by Lisa-Oriane Crosland and Eva Avril. During the first half of the first day, we were told about the camera construction, its working principle, learned about exposure, aperture and ISO – the three pillars of photography, and also about focal length, different types of objectives, white balance and different camera modes.

Then, it was time to test all the newly acquired – or refreshed, as all of us had different backgrounds and experience – knowledge on practice. Some of us brought their own cameras and tripods, some were provided with them by the lecturers, and some, including the humble author of these lines, had a possibility to test a new camera, purchased specially for the Graph-East needs. The practice was twofold: we started in the classroom with some separate stones, inscriptions, and seals, and then, after lunch, under the shy winter sun we moved to the Baptistery of St. John. There, inside the walls adorned by inscribed frescoes and among the carved sarcophagi, we were placed in field conditions. Despite the chilling cold, whose hand became even more firm as the evening descended, we managed rather well, even those who took cameras for the first time. At the end of the day, Estelle Ingrand-Varenne, our most beloved leader, took our guests from other cities to an excursion to the Church of St. Radegund, of which excursion, unfortunately, I cannot tell anything.

Next day, straight after having learned the most simple basics, we delved into depths of much more complicated methods. Divided in two groups, we learned first about photogrammetry (thanks to Daniel Morleghem, an independent archaeologist from Poitiers), and then (with help of Jean-Baptiste Javel, PhD student in Bordeaux) about some additional ways to take photos, such as macro- and microphotography, as well as ultraviolet and infrared photography, and new research possibilities opened by them. Or vice versa. Given our diverse backgrounds, those subjects were not something very new for some of us, however, those were not necessarily the same people who had not learned anything new on the previous day. To those, who, as myself, has not heard about the aforementioned methods (except maybe for macro) before, let it be known that photogrammetry consists of making a 3D image of an object, which was previously photographed from all possible angles, with help of a special software. In terms of epigraphy, it makes inscriptions more readable. However, there is also a disadvantage: the 3D models occupy quite a lot of space on the disk. As for the IR/UV photography, it requires a special filter, or a partly disassembled camera (infrared blocker removed), and literally allows to see the invisible, when it comes to the painted inscriptions or some very slight incisions. The latter can also be discovered and depicted using macro- and microphotography. So it is.

As on the previous day, we went on to practice after lunch in the same baptistery. As there was only one IR-conditioned camera, we were mostly occupied with photogrammetry, taking photos of different sarcophagi for a model, which then would be made according to them. However, those interested had the possibility to lend Jean-Baptiste’s camera for a few moments.

In general, it was an interesting experience, which also offered a rare possibility to gather all the team together. It was not definitely the last workshop organized by Graph-East team, as some other ideas were voiced during the group discussion in the evening of the last day, such as the initiation into Adobe Photoshop or InDesign, or a workshop on edition of the inscriptions, or even a workshop on heraldry, as many slabs do have different coats of arms on them. So, please stay tuned for further announcements and such reports.

Formation photos/relevés épigraphiques

25 et 26 janvier 2022, 9h-17h, CESCM, Poitiers

Objectifs

  1. Apprendre les techniques de base de la photographie pour être autonome en mission de terrain

  2. Découvrir les différentes techniques de relevé numérique

  3. Identifier ses besoins et avoir le réflexe de recourir à l’une ou l’autre de ces techniques

Programme

Jour 1

Intervenantes : Lisa-Oriane Crosland et Eva Avril

Activité : Prise en main d’un boitier réflex, apprentissage des réglages de base, mise en situation et expérimentation au Baptistère Saint-Jean avec la présence et le conseil de deux photographes professionnelles.

Matériel nécessaire : appareil photo et matériel personnel (lumières, trépied, optiques…)

Jour 2

Intervenants : Daniel Morleghem et Jean-Baptiste Javel

Activité : séparation de la journée en trois temps, partie théorique (explication du principe de chacune des techniques et de leur mode opératoire), mise en application pratique sur le terrain, traitement pratique des données acquises sur le terrain ou présentation d’autres données auxquelles le même traitement a été appliqué (si manque de temps pour faire les traitements).

Contacts :

Rédiger un Plan de gestion de données pour un projet ERC : l’expérience GRAPH-EAST

En quelques années, le Plan de gestion de données est devenu un document essentiel des programmes de recherche financés au niveau national (projets ANR) ou européen (projets H2020 puis ERC). Si les formations se multiplient pour apprendre aux chercheurs à rédiger ce nouveau type de document, les exemples en sciences humaines sont encore rares et nous semble utile de proposer une rapide synthèse sur les enjeux, avantages et difficultés de ce format à partir de la réflexion menée pour GRAPH-EAST.

Pour rappel : qu’est-ce qu’un PGD ?

Le Plan de gestion de données est souvent désigné par son acronyme français (PGD) ou anglais (DMP pour Data management plan).  Il s’agit d’un outil de planification de la recherche considéré par nos financeurs comme faisant partie des « livrables », c’est-à-dire des résultats attendus d’un projet de recherche. Son objectif est essentiellement de s’assurer que la gestion des données du projet respectera les principes FAIR, c’est-à-dire que les données produites seront Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables et Réutilisables. En ce sens, il permet d’évaluer, mais aussi et surtout de favoriser, le développement de la politique de Science Ouverte soutenue par nos institutions de tutelle.

Principes FAIR mis en œuvre dans les PGD (source)

Concrètement, le PGD est un texte de 4 à 20 pages où l’on détaille les formats de fichiers et leur système de nommage, les solutions de sauvegarde, les licences de diffusion et de réutilisation, les choix d’archivage… Bref, la gestion des données du début à la fin du projet de recherche (voir la checklist de la ETH-Bibliothek et de la bibliothèque EPFL pour se faire une idée plus précise de l’éventail des décisions à prendre). Le PGD est donc un excellent moyen pour ne pas faire des choix à court terme, en s’obligeant à prendre un peu de recul pour développer une vision d’ensemble, à l’échelle du projet mais aussi à celle de la communauté scientifique en prévoyant l’archivage ainsi que la réutilisation des données par d’autres personnes. Loin d’être figé, il doit être mis en place dès le début du projet pour évoluer ensuite avec la recherche : dans le cas des financements ANR et ERC, une première version doit être rendue dans les 6 premiers mois du programme, une deuxième est conseillée à mi-parcours, et une dernière est à nouveau obligatoire en fin de projet.

Afin d’accompagner à la rédaction de ce document quelque peu aride, il existe de nombreux modèles généralement proposés par des institutions importantes (l’Union européenne, l’ANR, mais aussi quelques universités et laboratoires importants). Ces aides sont utilement centralisées sur le site de référence anglais dmponline et sa déclinaison française Opidor : on y trouve des modèles au format .doc ou .pdf, mais ils peuvent également être renseignés de manière collaborative via un formulaire en ligne. Ces modèles de plan de gestion de données sont en réalité des plans détaillés qui guident la réflexion : plus ils sont développés, plus ils sont contraignants. Celui de l’ANR est par exemple plus directif que celui de l’ERC, et tous ne suivent pas le même plan pour s’adapter à des contextes de recherche variés. A noter : celui proposé pour les projets en archéologie par le consortium Huma-Num MASA est apprécié jusque chez les anthropologues. Il a notamment l’avantage d’être systématiquement illustré par des exemples et renvoie ponctuellement à des ressources en ligne plus détaillées.

Comparatif de Marie Puren

Marie Puren, à la page 106 de son excellent support de cours sur la rédaction d’un PDG, suggère de se faire accompagner dans la rédaction et renvoie à une liste de personnes référentes pour ce type de document. Elle renvoie également à deux grilles de relecture : une pour le modèle de l’ANR et l’autre pour le modèle de l’Union européenne. Quant au site OPIDoR, on peut y trouver inspiration ou comparaison avec des liens vers une vingtaine d’exemples de plans de gestion de données rédigés pour différents projets ainsi que 11 primés en 2020. Leur licence d’utilisation permet en outre d’en copier les éléments pertinents dans son propre document, sans avoir à citer leur auteur.

Un changement de paradigme dans la recherche

On aurait tort de ne voir dans les Plans de gestion de données qu’une nouvelle exigence bureaucratique, car les chercheurs y trouvent aussi le plus souvent leur intérêt : 83% des répondants d’une enquête réalisée sur les projets européens « Horizon 2020 » considèrent que la préparation du PGD leur a été utile (Etude). En effet, la FAIRisation des données mise en œuvre dans ces documents nous aide à mieux organiser, valoriser et pérenniser nos données.

Contrairement à une idée reçue très fréquente, les 15 principes FAIR à mettre en œuvre dans les PGD n’imposent pas une publication des données en libre accès : la devise est de prévoir une diffusion « as open as possible, as closed as necessary », car certaines restrictions peuvent être dictées par diverses contraintes (non divulgation des données personnelles utilisées pour des recherches en sociologie, par exemple). Néanmoins, l’objectif des politiques publiques est bien d’améliorer sans cesse l’accessibilité des études scientifiques. Les publications scientifiques ont ainsi été les premières à faire l’objet d’incitations ou d’obligations à une diffusion en libre accès, au point qu’une publication nativement numérique et ouverte (« open access diamant ») est imposée pour les études financées par l’Europe depuis le programme-cadre de recherche « Horizon 2020 » (2014-2020). Le nouveau programme-cadre européen, « Horizon Europe » (2021-2027), ainsi en France que le Deuxième plan national pour la science ouverte (2021-2024) étendent désormais cette exigence aux données de la recherche et plus généralement aux codes sources. Mieux, depuis le 3 décembre 2021, le décret 2021-1572 sur l’intégrité scientifique précise que « les établissements publics et fondations reconnues d’utilité publique […] promeuvent la diffusion des publications en accès ouvert et la mise à disposition des méthodes et protocoles, des données et des codes sources associés aux résultats de la recherche afin d’en garantir la traçabilité et la reproductibilité ». Cette nouvelle étape dans le partage des données vise non seulement une plus grande visibilité de la recherche, mais aussi une plus grande transparence, une meilleure reproductibilité et de véritables possibilités de réutilisation des informations… le tout à long terme. Or, pour réussir cela, il est indispensable d’anticiper de « cycle de vie des données » : dans le cas contraire, les pertes de temps et de contenu sont inévitables (format de fichier obsolète après quelques années, fichiers corrompus ou introuvables faute de métadonnées et/ou d’un système de nommage efficace…).

Les plans de gestion de données s’inscrivent donc dans cette dynamique de science ouverte : ils permettent d’anticiper dès le début de chaque projet les besoins associés, mais aussi ceux de futurs recherches, qu’elles soient menées par les mêmes personnes ou de nouvelles. En ce sens, dans le contexte d’un financement de la science par projet, les PGD sont aussi des outils essentiels pour favoriser une continuité et une efficacité de la recherche au-delà du morcellement des programmes scientifiques financés.

L’expérience GRAPH-EAST

Les projets ERC ont 6 mois pour rendre une première version de leur PGD. Celui de GRAPH-EAST a été rédigé par moi-même, en tant qu’ingénieure de recherche en charge de l’infrastructure des données, en lien étroit avec la directrice du projet Estelle Ingrand-Varenne. Il s’agissait d’un nouveau format pour nous. J’ai d’abord renseigné le modèle détaillé de PGD de l’ANR, avec uniquement les informations dont je disposais, pour servir de support de réflexion. Cette première étape a permis de discuter précisément des choix de gestion de données à prendre (quelle licence d’utilisation pour les images produite dans le cadre du projet, quelle organisation de la documentation au sein de l’équipe…) et d’identifier les questionnements à approfondir :

– Faut-il attribuer un DOI par inscription, pour l’ensemble des inscriptions du projet, ou distinguer des sous-ensembles (un DOI pour le corpus réunissant toutes les inscriptions d’un même pays, par exemple) ?

– Comment gérer les métadonnées : le standard Dublin Core est-il trop généraliste ?

– Quel entrepôt de données prévoir pour l’archivage ?

– …

La caractérisation précise des besoins a permis de trouver des réponses dans les nombreuses ressources diffusées en accès ouvert sur la gestion des données. Les supports pédagogiques sont en effet à la fois nombreux et variés : conte humoristique sur les principes FAIR,  cours en ligne Basics of managing and sharing research data, documentation technique diverse, portail DoraNum sur l’apprentissage des données de la recherche … Ce complément de formation m’a ensuite permis de rédiger sans difficulté le plan de gestion de données selon le modèle requis par l’ERC. Après discussion avec la responsable du projet et vérification avec la grille d’évaluation de l’ERC, le texte a finalement été traduit en anglais.

Un joli conte illustré pour prendre le point de vue des personnes qui chercheront nos travaux

La rédaction du plan de gestion de données de GRAPH-EAST a été facilitée par plusieurs facteurs :

– La préparation en amont du projet. GRAPH-EAST a été pensé dès le départ par Estelle Ingrand-Varenne dans un esprit de partage et était en parfait accord avec les principes FAIR. L’enjeu était donc uniquement, même si ce n’est pas si simple, de faire les choix techniques nécessaires à leur mise en œuvre.

– L’utilisation d’une base de données commune à toute l’équipe de recherche. L’utilisation d’un outil centralisant toutes les données du projet facilite leur harmonisation et leur gestion. Le choix d’un SGBD libre, Heurist, a en outre permis l’utilisation d’un format de fichier de base de données à la fois ouvert et pérenne.

– L’utilisation des outils de la TGIR Huma-Num. Spécialisée dans l’accompagnement numérique des laboratoires en sciences sociales, Huma-Num est bien reconnue au niveau européen et propose une large offre de service parfaitement adaptée à de nombreux programmes de recherche et respectant les principes FAIR. Leur utilisation facilite donc aussi bien la mise en œuvre des projets que la rédaction des PGD. Outre l’hébergement de notre base de données par Huma-Num, nous avons choisi un partage de la documentation interne à l’équipe dans leur outil ShareDocs, et une diffusion des images avec Nakala.

– Le facteur humain. L’excellente communication entre les deux personnes impliquées a beaucoup contribué au bon déroulement du processus.

Au final, la préparation de ce plan de gestion de données aura pris environ un mois, ce qui reste raisonnable pour un projet de 5 ans. Elle a contribué à mettre la méthodologie de la recherche au cœur de la mise en place du projet et à mieux se rendre compte de la masse documentaire à gérer. Concrètement, elle a par exemple permis de mieux anticiper les licences d’utilisation des images produites par ou pour l’équipe. Elle a également été l’occasion d’affiner le planning de la diffusion des corpus qui seront édités : elle sera faite au fur et à mesure, plutôt que regroupée en fin de projet. La rédaction du PGD de GRAPH-EAST a donc été une expérience utile, à la fois pour le projet et pour les personnes qui s’en empareront à l’avenir, mais aussi pour la préparation de futurs projets de recherche : ce qui a été appris sur la gestion de données facilitera et accélèrera le développement de prochains programmes scientifiques.  

Quand Graph-East se frotte à l’archéologie expérimentale

Graph-East vient de vivre son premier week-end d’atelier de taille de pierre. Thierry Gregor, spécialiste des techniques de taille de pierre dans l’Antiquité et le Moyen Âge, nous a généreusement ouvert les portes de son atelier – et de sa maison  – pour une immersion totale dans les aspects matériels et pratiques de l’épigraphie. Habitués à accéder au passé par un apprentissage théorique et spéculatif, un groupe de jeunes chercheurs (Clément Dussart, Savvas Mavromatidis, Hasan Sercan Sağlam, Yaroslav Stadnichenko et Maria Aimé Villano) s’est plongé dans l’expérience remarquable de prendre en mains les outils, travailler les matériaux et s’initier aux techniques. Samedi matin, Thierry nous a présenté les différents types d’outils utilisés au Moyen Âge : scies, maillets, broches, forets et ciseaux. Les outils n’étaient pas présentés sous forme de dessins ou de photographies, ils étaient là, en chair et en os, pour que nous puissions les prendre, comparer leurs poids, leurs couleurs, leurs textures et même les utiliser. On nous a ensuite montré les différentes sortes de pierres, calcaires, marbres et granits, que nous avons pu toucher, peser et “jouer” afin d’entendre le son que les différents matériaux émettent lorsqu’on les frappe. Plus tard, Thierry nous a fourni de petits blocs de calcaire et nous a proposé de passer à l’acte. Quelle découverte ! Pour la première fois, peut-être, nous avons réalisé à quel point il est difficile d’utiliser efficacement les outils, d’effectuer des mouvements qui correspondent à nos intentions, de composer avec la fatigue, la poussière et les positions inconfortables. Plus encore, lorsque le dimanche matin, nous avons troqué la pierre calcaire contre le marbre, un matériau beaucoup plus dur. Comment ne pas nous rappeler les belles inscriptions (et sculptures) que nous avons vues tout au long de nos études, en admirant encore plus la dextérité et la créativité de ces hommes et femmes qui les ont créées ! Et comment ne pas reconnaître le niveau de technique et de savoir-faire requis pour transformer, au prix de nombreuses heures de travail, un bloc de pierre brute extrait de la carrière en une œuvre digne de passer à la postérité. Même les inscriptions que nous aurions peut-être autrefois qualifiées avec arrogance de « laides », pourraient désormais mériter une certaine clémence si nous les comparons aux tentatives les plus abouties qui sont sorties de nos mains durant ces deux jours. 

Grâce à Thierry, nous avons également découvert l’importance de l’étude des traces laissées par les outils, qui offrent des informations significatives dans nos recherches, notamment lorsqu’il s’agit de spéculer sur les chronologies et les techniques.

Enfin, ce week-end nous a également donné l’occasion de rencontrer nos réalisateurs préférés, Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk, qui continuent à travailler sur la série documentaire, ainsi que notre talentueuse photographe Eva Avril qui nous a accompagnés tout au long du voyage.

En résumé, bien qu’infructueux en termes de résultats esthétiques – en ce qui concerne nos tentatives de gravure d’inscriptions –, l’atelier nous a apporté, de manière expérimentale, un éclairage précieux sur nos sujets, mettant à contribution tous nos sens pour proposer un ensemble de connaissances complètement différent. Merci encore Thierry!

When Graph-East takes on experimental archaeology

Graph-East has just had its first weekend stone-cutting workshop. Thierry Gregor, a specialist in stone cutting techniques in Antiquity and Middle Ages, generously opened the doors of his workshop – and his home – for us to have a full immersion into the material and practical aspects of epigraphy. Accustomed to accessing to the past through theorical and speculative learning, a group of young researchers (Clément Dussart, Savvas Mavromatidis, Hasan Sercan Sağlam, Yaroslav Stadnichenko et Maria Aimé Villano) plunged into the remarkable experience of touching with hand the tools, the materials and the techniques. Saturday morning Thierry introduced us to the different kinds of tools that were used in Middle Ages: a variety of saws, hammers, pikes, drills and chisels. The tools were not displayed in drawings of photographs, they were there, in the flesh, so we could see their dimensions in comparison, their weigh and their actual colours and textures. We were then shown the different kinds of stones, limestones, marbles and granites, that we could touch, weigh and “play” so we could hear the sound that different materials emit when hit. At a later time, Thierry provided us with small blocks of limestone and proposed us to experiment with the tools. What a discovery! Perhaps for the first time, we realized how difficult it is to effectively use the tools, to perform movements that correspond to our intentions, to deal with fatigue, with dust, and with uncomfortable positions. Even more, when on Sunday morning we swapped limestone for marble, a much harder material. How not to evoke to our minds the beautiful inscriptions (and sculptures) we have seen throughout our studies, admiring even more the dexterity and creativity of those men and women that created them! And how not to acknowledge the level of technology and know-how implied in the tools and in the people capable of transforming, through many hours of work, the rough stone dwelling in a quarry into a significant object. Even the inscriptions that perhaps we would have once arrogantly called “ugly”, might deserve some mercy from now on, when compared to the best attempts we could do, during our workshop.

Thanks to Thierry we have also discovered the value of the traces left by the tools, which offer significant pieces of information to our research, in particular when speculating about chronologies and techniques.

Last but not least, this weekend also gave us the opportunity of meeting our favourite film makers, Philippe Kern and Stéphane Kowalczyk, who continue working on the documentary series, and our gifted photographer Eva Avril who accompanied us all the way.

To sum up, although unsuccessful in terms of aesthetical results – as far as our attempts at carving inscriptions are concerned –, the workshop provided us with precious insight on our subjects, in an experimental way, capable of activating both the senses and a completely different set of knowledge. Merci Thierry!

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search