Séminaire d’épigraphie, 26 janvier, séance au CESCM

Le séminaire SEMPER propose une seconde séance en présentiel jeudi 26 janvier 2023 en salle Crozet. Vous y êtes toutes et tous les bienvenus.

Ce séminaire se focalisera sur la poésie épigraphique ; il est organisé avec le soutien de l’Institut Universitaire de France.

Programme :

9h30 Accueil – Café

1re session : Actualités épigraphiques

10h   Tour de table des actualités épigraphiques

10h15   Maria Aimé Villano (ERC GRAPH-EAST, CESCM), « Objet liturgique ou objet profane? Questions autour d’une inscription énigmatique sur un vase de Chypre »

2e session : Focus sur la poésie

11h15   Cécile Treffort (Université de Poitiers/CESCM, Institut universitaire de France), « Les actualités de la poésie épigraphique » Déjeuner

14h   Robert Favreau (professeur honoraire de l’Université de Poitiers), « Les épitaphes métriques de la fin du Moyen Âge dans l’Epitaphier du Vieux Paris »

15h    Morgane Uberti (Université Complutense de Madrid, UNA4CAREER, Marie Skłodowska-Curie Actions), « La tombe, l’autel, la page : le poème funéraire pour Nymus en lieux et places (CIL XIII , 128 ; CLE 2099) »

16h   Eléonore Venturelli (Université catholique de Louvain), « Des poèmes funéraires à l’usage des rouleaux mortuaires. Le cas normand (premier quart du XIIe siècle) »

17h   Clôture

Séminaire accessible en ligne :  Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475

Code secret : FSt39w

Programme_séminaire_SEMPER_26.01.2023

Séminaire d’épigraphie (suite) : séance au CESCM 1/12/22

Le séminaire reprend en présentiel jeudi 1er décembre 2022 en salle Crozet. Vous y êtes toutes et tous les bienvenus.

Au cœur de la thématique des “Indéchiffrables”, les graffitis occupent une place de choix tant ils sont difficiles à lire par leur écriture hâtive, parfois non conventionnelle ou peu soignée. Les graffitis seront donc l’objet de la séance de la matinée, à travers des questions historiques, archéologiques et éditoriales ; l’après-midi proposera un focus sur deux projets de recherche en cours.

Programme :

9h30 Accueil – Café

1re session : Focus sur les graffitis

10h   Andrzej S. Chankowski (Université de Poitiers, HeRMA), “La communauté des jeunes gens dans les gymnases du monde grec: apport des graffitis”

11h   Roman Chambonnet (Université de Caen Normandie), “Le graffiti comme objet archéologique : le cas de l’église Saint-Georges du château de Caen”

12h   Clément Dussart (Université de Poitiers, CESCM), “Comment éditer les graffitis ?”

Buffet ouvert à tous

2e session : Actualité épigraphique

14h30   Morgane Uberti (Université Complutense de Madrid, UNA4CAREER, Marie Skłodowska-Curie Actions), “Pourquoi (et comment) faire des pratiques de datation dans l’inscription un objet de recherche ?”

15h30   Silvia Gómez Jiménez (Universidad Complutense de Madrid), “Una aproximación a la poesía epigramática edilicia”

16h30 Présentation de la “Maison de l’épigraphie”

17h   Clôture

Séminaire accessible en ligne : 

Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475
Code secret : FSt39w

Séminaire_SEMPER_épigraphie_CESCM_1_12_2022_ok

Jérusalem et les traces graphiques des croisés et pèlerins : les dernières recherches présentées au colloque de l’IAA

Les 19-20 octobre 2022 s’est tenu le 15e congrès annuel sur les nouvelles études archéologiques sur Jérusalem et sa région, organisé par l’Autorité des Antiquités Israéliennes (IAA). Pour la période médiévale, la part belle a été faite aux questions (épi)graphiques. Trois communications se sont attachées à remettre en question certains poncifs tant par l’utilisation de technologie de pointe que par la réinterprétation de certaines sources bien connues (programme : כנס ירושלים 2022 תכנייה למייל (5) (1)).

Les monuments funéraires tels qu’ils apparaissent dans les publications du XVIIe au XIXe s.: A) Cotwyck (1619); B. C. D.) Horn (1724-44); E.) de Vogüé (1860); F.) Smith and Howitt (1857).

Pendant plus de sept cents ans, les monuments des huit premiers dirigeants du Royaume latin de Jérusalem ont trôné dans la nécropole royale qu’était devenu le Saint-Sépulcre au XIIe siècle. Godefroy de Bouillon, mort en 1100, Baudouin Ier en 1118, les deux fondateurs du Royaume et les six autres rois qui leur ont succédé, reposaient au pied du calvaire, derrière l’entrée principale de l’église. Au fil des siècles, ces tombes ont subi plusieurs destructions qui peuvent être résumées par trois jalons chronologiques : le sac de l’église du Saint-Sépulcre par les Khwarezmiens en 1244, le grand incendie de 1808, et les travaux de rénovation et de construction à l’intérieur de l’église au XXe siècle. Mais en quoi ont réellement consisté les dommages ? Qu’est-ce qui a été détruit et quel a été le degré de destruction à chaque étape ? Que reste-t-il aujourd’hui ? Les sources narratives, archéologiques et épigraphiques peuvent sembler contradictoires, tout comme les récits occidentaux et orientaux. De plus, quand il est question des monuments funéraires, il y a souvent une confusion entre les différents éléments qui les constituent (la sépulture, la pierre tombale, l’épitaphe etc.). Or chacun de ces éléments a sa propre “vie”, sa propre histoire. Les copies très précises des épitaphes de Godefroy, Baudouin Ier et Baudouin V réalisées par le Franciscain Observant, Quaresmio, dans son œuvre majeure Terrae Sanctae Elucidatio parue en 1639, ainsi que les dessins d’autres érudits au cours des XVIe-XVIIIe s. (Jean Zuallart, Bernardino Amico, Elzéar Horn, Cornelis de Bruyn, Buck Whaley), montrent avec certitude que les épitaphes, bien qu’endommagées et difficiles à lire, existaient encore en 1808. Le sac de l’église par les Khwarezmiens n’a pas été aussi destructeur pour les tombes que les historiens contemporains semblent le suggérer, du moins pour ces monuments. Cela est confirmé par la présence de plus d’une dizaine de tombes scellées de l’époque des Croisés à proximité immédiate du mausolée royal. Les épitaphes ont disparu en 1808, lorsque les monuments ont été enlevés, leurs fragments enterrés sous le nouveau sol, emportés dans des réserves ou utilisés comme spolia dans la structure rénovée de l’église. L’histoire de ces tombes n’est cependant pas terminée et il faut espérer que les travaux en cours de restauration du pavement de la basilique apporteront plus de lumière sur les tombes royales.

=> Pour lire l’ensemble de l’article: “Surviving Three Cycles of Destruction: The Graves of the Crusader Kings in the Church of the Holy Sepulchre”, Amit Re’em, Estelle Ingrand-Varenne and Ilya Berkovich [en ligne]

Le visiteur qui descend l’escalier pour se rendre à la chapelle Sainte-Hélène (relevant des Arméniens) dans l’église du Saint-Sépulcre est frappé par les centaines de petites gravées sur chaque bloc de pierre. Celles-ci, souvent qualifiées de “graffitis”, ont longtemps été attribuées à des pèlerins croisés.

Photo tirée de la collection d’archives britanniques du musée Rockefeller. L’ancien autel de l’abside sud recouvert de croix gravées.

Les récentes restaurations (mai 2019) de la chapelle ont pu donner accès au mur de l’abside, lui aussi couvert de croix, et permis l’utilisation de technologies d’imagerie diverses et complémentaires :  la photographie 2Dpanoramique à haute résolution de type gigapixel, la photogrammétrie 3D, la stéréophotographie photométrique, la RTI notamment. Le relevé a mis en évidence l’uniformité des croix, la régularité de leur forme et dimension, l’homogénéité de leur technique; il a également permis de découvrir plusieurs inscriptions latines accompagnées d’armoiries datant des XVe et XVIe s. et une trentaine d’inscriptions arméniennes. La chronologie, la typologie et la stratigraphie des incisions ont pu être établies et démontrent que l’ensemble date des derniers siècles du Moyen Âge voire pour certaines des XVIIe et XVIIIe s. Les croix n’ont pas été réalisées au hasard par différents pèlerins, mais relevaient d’une action rituelle et d’une pratique institutionnelle établie sous le contrôle du clergé arménien local, sans doute en lien avec la tradition de la découverte de la Vraie Croix tout près. Si les signes graphiques de la chapelle Sainte-Hélène contrastent fortement avec les graffitis personnels incontrôlés et désordonnés réalisés par les pèlerins à la façade par exemple, ils participent du même désir de laisser une trace physique sur les murs des lieux saints, et peut-être d’une “industrie des souvenirs de pèlerins” comme le propose W. Purkis.

=> L’article Historical Archaeology of Medieval Pilgrimage: Dating the “Walls of the Crosses” in the Holy Sepulchre Chapel of St. Helena“, d’Amit Re’em, Moshe Caine, Doron Altaraz and Yana Tchekhanovets, est disponible  en ligne.

Photo de la salle du Cénacle réalisée au début du XXe s. par l’American Colony (Jerusalem). G. Eric et Edith Matson Photograph Collection; en ligne.

Le dernier focus épigraphique portait sur les inscriptions et symboles héraldiques du Cénacle, identifié comme le lieu de la dernière Cène. Un des rares vestiges de l’église Sainte-Marie du Mont Sion, l’un des plus importants sanctuaires du Royaume latin, la salle supérieure fut construite dans la seconde moitié du XIIe s. en style gothique.

Sous le plâtre qui recouvrait les murs jusqu’aux restaurations menées en 1995, une quarantaine de graffitis en différentes langues ont été découverts. L’ensemble des parois a été photographié en RTI et les traces graphiques, qu’elles soient gravées, peintes ou tracées au charbon, analysées. La majorité des graffitis date de la période ottomane et non de l’époque mamelouke, durant laquelle les Franciscains occupaient les lieux ; ceux-ci arrivèrent en 1332 et furent chassés en 1534. L’écriture latine est présente avec les mentions de pèlerins suisse (tel Adrian Ier ou II von Bubenberg au XVe s.), tchèque, d’Espagne, d’Italie ou encore de Malte, mais elle n’est pas majoritaire on relève aussi des traces de voyageurs des Balkans (grecs orthodoxes) et des Arméniens, et surtout des graffitis arabes. Ceux-ci sont essentiellement le fait de chrétiens locaux (41%), les graffitis islamiques représentant moins de 10%.

=> “Inscriptions and Heraldic Symbols from the Cenacle on Mount Zion: Material Evidence of Christian Pilgrimage in Mamluk Jerusalem”, Michael Chernin, Shai Halevi, Samvel Grigoryan and Arsen Harutyanyan [en hébreu, en ligne]

Ce rapide compte-rendu montre la place nouvelle acquise par les “graffitis” aux yeux de l’archéologie, la conscience de leur intérêt comme source historique, et l’urgence de leur sauvegarde sur un plan patrimonial. En devenant “objet archéologique” de plein droit, quatre nouvelles questions se posent : l’exhaustivité des relevés (et non plus les plus belles traces), les moyens techniques avancés pour faire ces relevés, leur restauration et leur conservation. Si les deux premières sont bien développées comme le montrent les recherches menées par l’IAA à Jérusalem, les deux dernières sont plus difficiles à mettre en place et sont le vœu conclusif de chacun des articles.

[Image en tête: Photo des travaux de restauration au Saint-Sépulcre, entre 1934 et 1939, faite par l’American Colony (Jerusalem). G. Eric et Edith Matson Photograph Collection. En ligne]

After an Epigraphic Expedition in Turkey and Greece…

Article written by Hasan Sercan Saglam

Acting as a postdoctoral researcher for the ERC GRAPH-EAST project and its scientific team, I carried out a long field mission during summer 2022 in Turkey and some adjacent island of Greece. After a quite long, exhaustive series of travel arrangements as well as bureaucratic processes for permissions to inaccessible sites, the mission was overall a productive and, in some occasions, even surprisingly novel experience in my opinion. Therefore, I am feeling very glad on behalf of our project. In this case, I would like to share my documentations and discoveries in brief, accompanied by my impressions and research, concerning the Late Medieval Latin epigraphy in Turkey and Greece, also including the sites that I failed this time. My primary aim during the field mission was to document the inscriptions through detailed photography and taking basic measurements of them, which were formerly either omitted or considered superficially in the literature, so that our efforts shall produce new readings and interpretation in the context of epigraphy. The research is actually still ongoing and will be further elaborated during the 2022-2023 academic year.

Following our Cyprus field mission as the whole GRAPH-EAST project team in June-July, I went to Lesbos, Greece and documented the inscriptions in the Mytilene Castle. Even though Mytilene had a castle starting from ancient times, it had a significant reconstruction during the Gattilusio rule on the island between 1355-1462. This noble family from Genoa set close diplomatic and family relationships with the Byzantine imperial Palaiologos family, therefore acquired the island as a fief and established a dynastic lordship there. However, the Ottomans conquered the island and the castle was upgraded and extended in accordance with the offensive and defensive requirements of the gunpowder artillery era. Today, the upper citadel forms the period remained from the Gattilusio period and has tall, massive towers that were apparently built against traditional siege engines. Much wider middle and lower parts of the castle are Ottoman works to a large extent, who curiously reused many Gattilusio slabs, with or without inscriptions, on those sections built by them. Only one Gattilusio slab has an in-situ position in the present day, needless to say on the upper citadel. Two reused Gattilusio slabs with inscriptions mention the reconstruction of the castle in 1373. Both of them are in the vicinity of the gate of the middle part of the castle. This part has further reused slabs, but without any inscriptions. An interesting slab from the Gattilusio rule is the tombstone of Angineta Spinola, which is on display in the Ottoman magazine building in the middle section of the castle. The bas-relief of a praying lady, accompanied by two coats of arms, is surrounded with a Gothic minuscule inscription. The slab was seemingly moved from somewhere else, most probably a church in the castle.

   

Fig. 1-3 : Mytilene Castle from the east (upper citadel is on the left and lower citadel is on the right); and two Gattilusio inscriptions from the castle (Hasan Sercan Saglam).

After Mytilene, in the end of July, I moved to Bodrum. On the way, I visited the Anaia (Kadikalesi) archaeological excavations in Kusadasi with the hope of finding some epigraphic materials. Here, many examples of Middle-Late Byzantine pottery were discovered, which were actually ordered by Latin patrons, as the figures on them display, and since Anaia was a busy trade destination during the Late Medieval Period, where Italian merchants frequented its harbour. However, no inscription survived so far, except for a corroded seal. Near Anaia, the Güvercinada Castle and city walls in Kusadasi are often attributed to the Genoese but it is simply an urban myth and both structures remained from Ottoman times. In the further south, the St. Pierre Castle of Bodrum (ancient Halikarnassos) was primarily built by the Knights Hospitaller starting from the beginning of the 15th century, after their expulsion from the namesake castle in Smyrna due to the successful siege of Tamerlane in December 1402. The castle was continuously extended and upgraded with significant additions, which were all commemorated by mural slabs with coats of arms that most of them have inscriptions of different kinds in the context of style, content and language. The knights were able to hold the castle until the fall of Rhodes in 1522 to the Ottomans. From an architectural history point of view, the castle appears as a hybrid example, where a coastal citadel needed to be quickly upgraded to a massive cannon emplacement, throughout a period of one century during the turning point of Medieval times. The epigraphic inventory of the St. Pierre Castle can be defined quite rich, including more than fifty inscriptions on ramparts and a similar number of memorial inscriptions as well as graffiti remained from the resident knights that almost entirely can be seen in the so-called Tower of England. Nevertheless, the so-called towers of France, Germany, Italy, Spain and Gatineau, the Naillac Bastion, and the caponier also have such epigraphic materials of individual attempts, though with a relatively limited scale. A few inscriptions of the knights on the exterior corners of the former chapel in the courtyard of the castle can be mentioned as additional epigraphic examples in this case. I was able to document perhaps the majority of them, thanks to the generous collaboration of the Bodrum Museum of Underwater Archaeology centred in the castle. Personally, I found the bilingual, supposedly apotropaic inscriptions of Jacques Gatineau on the counterscarp rampart, who served as the castellan around the 1510s, as the most striking examples, which are waiting to be explained from many perspectives. Furthermore, multiple names of the knights in the Tower of England constitute a curious epigraphic group that require an interdisciplinary approach in order to be interpreted as well as to be linked with other inscriptions. Bilingual mural inscriptions with different combinations (Latin with Greek, French or English) are other distinctive features of the St. Pierre Castle in Bodrum.

   

Fig. 4-6: Entrance to the outer courtyard of the Bodrum St. Pierre Castle with several mural slabs; and two Knights Hospitaller inscriptions from the castle (Hasan Sercan Saglam).

My next stop was Amasra (ancient Amastris) next to the Black Sea, in the beginning of August. This place was a renowned Genoese colony called Samastro during the 14th-15th centuries. The Amasra Castle is originally a Middle Byzantine fortification that protected the shrunk post-classical city against Arab raids. The successor Genoese needed to make several additions to the castle during their colonial occupation, which include a partition wall to create an inner castle area, a rectangular citadel within the inner castle, doubling the main gates, and heightening some towers. All these alterations were commemorated by mural slabs with coats of arms and inscriptions by the Genoese. The collaboration between the GRAPH-EAST project and the Amasra Museum was another fruitful work. Finding the trace of one of the former consuls of Samastro called Bartolomeo Zoaglio, in the expense registries of Caffa, whose name can be seen on a slab in the museum, was an unexpected discovery when the mission was still ongoing. Moreover, rereading the inscription about a former ruler called Pietro, which was previously misread, was another novel outcome of the detailed documentation in the Amasra Castle.

   

Fig. 7-9: Entranceto the inner citadel of the Amasra Castle; and two Genoese inscriptions from the site (Hasan Sercan Saglam).

In the middle of August, I visited Chios through Cesme, Izmir, where another alleged Genoese castle is located, which is just another Ottoman work like the case of Kusadasi. Chios is right opposite Cesme and it has a castle that had numerous major construction phases during the Byzantine, Genoese, Ottoman and Venetian periods. The island was also Genoese colony starting from the 14th century, until 1566, and was ruled by a specialized organization called maona, of the noble Giustiniani family. In the end of the 17th century, there was a short Venetian occupation for a couple of years in Chios, after the successful siege of Antonio Zeno, who restored the castle and hastily coated the predecessor Genoese defensive work. In this case, a Genoese inscription and a Venetian mural inscription on the castle with very close intervals around the main gate (Porta Maggiore) formed perhaps one of the unique epigraphic combinations that I encountered during this field mission, concerning two former Italian maritime states that were famous for their rivalry. Further domestic and funerary inscriptions from the Genoese period are currently on display in the Chios Byzantine Museum. As far as I am able to remember, the epigraphic inventory of Chios formed by far the richest collection in terms of functional diversity. 

   

Fig. 10-12: One of the bastions of the Chios Castle, built by the Genoese and was upgraded by a Venetian external work; and two inscriptions from the museum (Hasan Sercan Saglam). 

In September, I visited Enez (ancient Ainos) in Thrace, next to the border between Turkey and Greece that is marked by River Maritsa. The Ainos Archaeological Excavations kindly welcomed me as a member of the scientific board this season, on behalf of the GRAPH-EAST project. This place was the second Gattilusio lordship like Lesbos during the 14th-15th centuries, which gradually extended its territories to the nearby North Aegean islands, including Samothrace, Imbros, Lemnos and Thasos. The city lies on a triangular peninsula with three hills, surrounded by lagoons and estuaries. There is a Late Byzantine castle on the central hillside, which was sufficient only to provide shelter to its former inhabitants during a threat. Then, during the naval supremacy of the Gattilusio rule, two wall courses were stretched with a right angle from the castle towards the lagoon, in order to reclaim the formerly abandoned coastal parts. There used to be many Gattilusio inscriptions in Ainos, both in Greek and in Latin, though only two of them remained, which are on the both arms of the aforementioned coastal walls and are dated 1385 and 1413. These inscriptions are important to display the multi-layered architectural phases of the Enez Castle starting from its Byzantine origin and the transformation it had over time.

   

Fig. 13-15: Coastal extensions and the main enceinte of the Enez Castle; and two Gattilusio inscriptions on its walls (Hasan Sercan Saglam). 

Meanwhile, as a part of another scholarly occasion, I had chance to visit the southwestern provinces of Turkey and I looked for the Latin epigraphic testimonies there; more precisely at the St. Nicholas Church in Demre (ancient Myra), being a busy Christian pilgrimage site starting from the Middle Ages, and the city walls of Antalya (ancient Attaleia), where a few Lusignan mural slabs with coats of arms were placed during a short occupation by the Kingdom of Cyprus. I was unable to detect any inscriptions in those places yet, but my coincidental visits enabled me to realize the number of potential Medieval Latin epigraphy sites in Asia Minor, which require more attention in future studies. Likewise, the remaining Gattilusio fortifications along the Aegean coasts of Turkey, namely the towers of the BüyükMaden Island in Ayvalik and the Mardaliç Island in Dikiliand the Candarli Castle again in Dikilialso brought no epigraphic evidence during this mission.

Fig. 16: Kingdom of Cyprus mural slab with coat of arms, formerly on the city walls of Antalya, now in the Antalya Archaeological Museum (Hasan Sercan Saglam).

Finally, in the beginning of October, I visited Istanbul, once the capital of the Byzantine Empire called Constantinople. The city has two major periods of the Medieval Latin epigraphic testimony, being the Latin Empire (1204-1261) following the Fourth Crusade, and the colonial occupation of the Genoese on the other side of the Golden Horn, in Galata (whom called it Pera), which lasted between 1267-1453. During this visit, I was able to obtain permission to document and study the Latin as well as Genoese mural and funerary inscriptions kept in the Istanbul Archaeology Museums, for the GRAPH-EAST project. Those include the fragmentary Franciscan frescoes from a converted Byzantine church, construction slabs once stood on the Galata Walls, and the tombstones of the Genoese colonists, formerly covered the floor of the former San Domenico Church, which was converted into a mosque by the Ottomans in the late 15th century (now Arap Mosque). Other than the museum, three Genoese slabs are currently on display in the Galata Tower, a couple of them are in private possession,three tombstones were reused by the Ottomans on the Arap Mosque that one of them has a defaced inscription, and two Genoese mural slabs are still on the walls in the present day that one of them is inscribed, as the only in-situ example in this context. Moreover, the collaboration of the Latin Catholic Cemetery in Istanbul contributed to our inventory of funerary epigraphy as well, with two examples with long lives until finding their ultimate positions there. Finally, perhaps the most surprising outcome of the Istanbul mission has become a Late Medieval Latin graffiti found inside a converted Byzantine church, now a mosque. To my knowledge, it is the first graffiti example in Latin from the historical period in question in Istanbul. Thanks to the skills that we were taught as a part of the GRAPH-EAST project trainings, it is possible to return defaced or faded inscriptions to a large extent, which causes further curiosity and excitement. Nevertheless, the Istanbul phase is still a huge work in progress, therefore I must admit that more discoveries, naturally accompanied by efforts are waiting for the GRAPH-EAST project in 2023 from this magnificent city. Stay tuned…

   

Fig. 17-19: Ossuary of the Latin Catholic Cemetery, covered with numerous tombstones; and graffito and funerary inscription examples from Istanbul (Hasan Sercan Saglam). 

Offre de stages de Master

L’ERC GRAPH-EAST propose deux stages pour des étudiants de Master, afin de découvrir l’épigraphie médiévale et d’être au cœur d’un projet de recherche international.

Missions : 

1.       Participer  à l’enrichissement de la plateforme Bible en ses traditions (BEST) développée par l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem (EBAF), en entrant les citations bibliques des inscriptions du projet et d’autres du CIFM;

(pour en savoir plus sur la collaboration entre l’EBAF et le CESCM: https://epimed.hypotheses.org/1535) 

2.       Participer à la gestion de la documentation épigraphique du projet : à l’inscripthèque, sur la plateforme ShareDocs ;

3.       Participer au travail de communication/médiation du projet : augmenter la diffusion sur les réseaux sociaux (twitter, instagram, YouTube) en touchant le public étudiant.

Compétences à acquérir/développer :

  • Compétences en épigraphie médiévale (notamment en participant au webinaire/séminaire d’épigraphie : dates et horaires en ligne à voir : https://epimed.hypotheses.org/2662 ) ;
  • Capacité à travailler avec rigueur, organisation et autonomie ;
  • Capacité à travailler en équipe et dans un contexte interdisciplinaire et international ;
  • Maîtrise de l’anglais.

Modalité d’évaluation :

Sur le travail rendu, tout au long du stage, et en réalisant en fin de stage un article pour le carnet de recherche GRAPH-EAST (https://grapheast.hypotheses.org/ )

Calendrier :

Les stages peuvent étalés sur l’année 2022-2023 ou regroupés sur deux mois, afin d’atteindre les 280h.

Candidature : 

Si vous êtes intéressé, envoyez votre CV accompagné d’une lettre de motivation aux deux contacts suivants:

estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr et livie.candusso@univ-poitiers.fr

Pour lire un témoignage de stage, retrouvez le billet d’Amélie : https://grapheast.hypotheses.org/716 

Séminaire annuel d’épigraphie : les indéchiffrables

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend cette année 2022-23 sous forme de séminaire/webinaire transversal, réunissant tous les projets de recherche en épigraphie liés au CESCM. Il aura lieu une fois par mois sous une forme hybride, alternant les webinaires de 2h en ligne et les séminaires d’une journée au CESCM de Poitiers. Le thème choisi cette année est : indéchiffrables.

Un tel sujet permet en premier lieu de reconnaître que, si l’inscription a pour fonction de porter un message pour tous et sur la longue durée, elle n’en reste pas moins parfois difficile à déchiffrer, à lire, à comprendre. Cette résistance à donner d’emblée les clés de sa compréhension et de son interprétation fait sans doute partie de ses stratégies de communication. Une inscription demande un travail herméneutique, du plus basique au plus complexe. 

Tous ceux qui tentent de lire une inscription ou un graffiti aujourd’hui font souvent l’expérience d’un déchiffrement tâtonnant ; outre les compétences personnelles, les conditions de lecture ne sont pas toujours excellentes pour un texte juché à plusieurs mètres de haut, pas plus que l’état de conservation et les conditions de préservation. Le texte épigraphique se fait pierre d’achoppement. Ces problèmes concrets de lecture posent la question de la réception de ces textes au Moyen Âge, souvent évoquée en termes de visibilité et lisibilité, mais peut-être faut-il chercher ailleurs.

S’il faut déchiffrer, c’est aussi parce que les inscriptions peuvent être “chiffrées”, cryptées, encodées, voilées. C’est évident au niveau graphique, par les abréviations, par les jeux de lettres, jusque dans les monogrammes, ou encore par des formes de lettres originales (comme celle de l’inscription de Saint-Seurin, à Bordeaux, en tête de cette page); les recherches sur l’illisible volontaire en paléographie (voir la conférence de Marc Smith ici) ont mis en évidence la complexité de cette notion également dans les écritures documentaires et livresques, ainsi que pour les typographes contemporains.

C’est aussi vrai par leur langage, la compacité stylistique des inscriptions pouvant obscurcir le sens,  mais celui-ci peut aussi être embrouillé à dessein, au travers une opacité volontaire, comme dans les textes poétiques. Réussir à décoder l’énigme, percer le mystère à l’instar de Champollion devant les hiéroglyphes (voir le colloque “Déchiffrement(s): des hiéroglyphes à l’ADN” au Collège de France, 20-21/10/2022 pour célébrer le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes), n’est pas sans un caractère ludique.  Mais, pour les hommes et femmes du Moyen Âge, le travail de déchiffrement que demande l’inscription, tel un microcosme,  peut s’appliquer au macrocosme qu’est le monde, à comprendre et interpréter.

Indéchiffrables, les inscriptions le sont aussi quand elles sont dans une écriture autre, différente de sa propre culture. Tel est le cas dans l’Orient latin face aux écritures grecques, arabes, arméniennes, syriaques rassemblées dans les lieux saints. Comment cette altérité graphique est-elle perçue ? Cherche-t-on même à la comprendre ? En tous les cas, on cherche parfois à l’imiter, à travers les pseudo-écritures. 

Le thème des “indéchiffrables”, comme en écho aux “intraduisibles” de Barbara Cassin, se propose donc d’ouvrir un vaste espace de réflexion sur l’interprétation des inscriptions, ses obstacles et ses clés. Ce séminaire est ouvert à tous.

Programme prévisionnel :

Lien Zoom: https://cnrs.zoom.us/j/99895575475?pwd=bWVjWS9KMWRZcll6dit1VUIzdTRHUT09

ID de réunion : 998 9557 5475
Code secret : FSt39w

  • Jeudi 13 octobre, 10h-12h : Webinaire, Guido Tigler (Università degli Studi di Firenze) et Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CESCM), “La chaire de Gropina (Arezzo, Toscane) et ses deux inscriptions fragmentaires: nouvelle lecture et datation”
  • Jeudi 17 novembre, 14h-16h : Webinaire, Alessandro Palumbo (University of Oslo), “‘It’s all runes to me.’ Reading and interpretative problems in medieval Scandinavian epigraphy”
  • Jeudi 1er décembre : Journée au CESCM, Focus sur les graffitis (programme ici)
  • Jeudi 26 janvier : Journée au CESCM, Focus sur la poésie épigraphique
  • Jeudi 23 février, 10h-12h : Webinaire, Gregor Meinecke (University of Hamburg), “Filippo Lippi’s use of Pseudo-Latin script in the Coronation of the Virgin
  • Jeudi 23 mars, 10h-12h : Webinaire, Marc Smith (Ecole nationale des chartes), “L’écriture réinventée par incompétence ? Questions sur quelques inscriptions hors norme”
  • Jeudi 27 avril : Webinaire, Pier Paolo Trevisi (Università per Stranieri di Perugia), “Graffiti de la Basilique Saint-François d’Assise” 
  • entre le 22 et le 27 mai : Journée au CESCM

Pour tout renseignement : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

France 3 Nouvelle Aquitaine sur les traces de GRAPH-EAST

En mai 2022, une équipe de reportage de France 3 Poitou-Charentes, composée du journaliste Clément Massé, d’Antoine Morel, à la caméra, et de Damien Dubly, au son, est venue à Jérusalem voir en direct et sur place le travail des chercheurs poitevins de GRAPH-EAST.

Magnifique occasion de partager le projet avec le grand public, de déambuler dans les rues de la Vieille Ville jusqu’au Saint-Sépulcre, de franchir les portes de la Custodie de Terre Sainte, d’entrer dans la bibliothèque de l’Ecole biblique, et au Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ), d’admirer l’église de la Nativité à Bethléem, et de le sensibiliser à ce patrimoine épigraphique du Moyen Âge, en Orient comme en Occident. En effet, le reportage s’est fait avec la complicité de Robert Favreau, fondateur de l’épigraphie médiévale en France, et du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (CESCM).

En résulte l’histoire de cette rencontre déclinée en trois dossiers différents :

  • une mini série de cinq épisodes dans les journaux régionaux de 12h et 19h, du 12 au 16 septembre 2022;
  • un reportage à Jérusalem, Bethléem et Poitiers diffusé le mercredi 28 septembre à partir de 23h15 dans le magazine Enquêtes de région sur France 3 Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine: vidéo ici ;
  • un article illustré, où l’on peut retrouver les liens des vidéos; 

Le tout est accessible en ligne: https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/a-jerusalem-une-chercheuse-poitevine-enquete-sur-les-traces-ecrites-laissees-par-les-croises-2548272.html

Photo du bandeau : Clément Massé – France Télévisions.

Photos du billet : Damien Dubly.

Les pratiques épigraphiques byzantines et latines au Congrès de Venise

C’est à Venise et Padoue, et non plus Istanbul, que s’est tenu le XXIVe congrès international des études byzantines, du 22 au 26 août 2022. Cinq ans après le dernier congrès qui avait lieu à Belgrade, le thème choisi était « Bridge between worlds ». Le très grand nombre de participants et la multiplicité des thèmes abordés ont clairement montré l’élargissement croissant du concept même d’ “études byzantines” et l’interdisciplinarité de méthode comme de contenu. Le théâtre de la Fenice a accueilli la conférence inaugurale de Paul Magdalino, « Byzantium : Bridge or Destination » qui a finiment analysé toutes les implications (et limites) du terme de “pont”: barrières, séparation, connexion, passage, circulation, et les enjeux pour l’histoire politique, religieuse, culturelle et artistique du monde byzantin (texte en ligne). Les sessions plénières et parallèles se sont ensuite égrainées, mettant en lumière les thématiques qui animent la recherche actuelle (programme). Pour ne citer que trois exemples : la session consacrée aux enjeux climatiques et leurs impacts ;  la création d’une nouvelle section “Patrimoine” portant sur les questions de patrimoine matériel et de l’histoire de l’art byzantin, montrant les collaborations fructueuses entre chercheurs et conservateurs de musées ; enfin, le numérique avec Digital Byzantinum, regroupement de projets tant pour les chercheurs que le grand public, issus d’institutions en Turquie et en Italie et qui offrent des représentations virtuelles de Byzance, dépassant les frontières spatiales et temporelles grâce à la combinaison de l’archéologie, l’art, l’histoire, la littérature, les traditions folkloriques et les études savantes. 

Hasard du programme, la première après-midi a débuté avec deux sessions consacrées à l’épigraphie byzantine de Constantinople organisées par Ida Toth and Andreas Rhoby (“the inscriptional habits of the city from Anitquity to the Ottoman Period”) tandis que, comme en écho, la dernière après-midi portait sur l’épigraphie latine dans l’Orient médiéval en contact avec le monde byzantin, avec GraphEast.

La première session a mis en valeur les nouvelles découvertes archéologiques (Mustafa H. Sayar, “The Epigraphy of Byzantion and Early Byzantine Constantinople: Old Habits and New Finds”; Andrey Vinogradov, “Justinianic” Brick Inscription From Hagia Sophia in the Light of New Findings”), mais également la nouvelle vision et la resémantisation des anciennes statues antiques avec le concept d’ “Epigraphic Plasticity” développé par Anna Sitz; celle-ci a démontré que, loin d’être une négligence, l’absence fréquente d’inscription était une stratégie intentionnelle visant à permettre aux statues de remplir diverses niches sociales. Paweł Nowakowski s’est, ensuite, concentré sur les questions d’identité épigraphique (“Keeping One’s Identity in the City of Many Cultures: The Evidence of Constantinopolitan Epitaphs), qui est un pan de son projet EPIDENTITY (projet d’épigraphie comparative interlinguistique, explorant les raisons et l’impact du choix de la langue dans les inscriptions sur pierre et en mosaïque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et de l’Arabie de l’Antiquité tardive). Puis Ida Toth  a expliqué comment les empereurs des VIIIe et IXe s. avaient utilisé les inscriptions pour se promouvoir et promouvoir leurs politiques (“Imperial Epigraphies in Constantinople’s Dark Ages”), tandis que Nicholas Melvani (“Protecting the City: Monumental Epigraphic Apotropeia”) s’est concentré sur le temps long, en retraçant la transformation des habitudes épigraphiques sur les murs défensifs de Constantinople, de Constantin aux Paléologues. 

Après une pause, la deuxième session, a évoqué les rapports entre Byzance et l’Occident. A partir des sources littéraires latines racontant le pillage des reliques à Constantinople, Brad Hostetler a analysé avec une grande finesse la perception/réception/transmission des inscriptions grecques (“Greek Inscriptions in the Eyes of Crusaders”). Dans le prolongement de ses recherches de thèse, Desi Marangon, a expliqué comment la reprise des formes de caractères grecs participait à l’appropriation de l’héritage byzantin par Venise et à la légitimation de son pouvoir politique et commercial (“Quasi Alterum Byzantium: The Role of Byzantine Epigraphy in Building the Myth of Venice”). En écho, Estelle Ingrand-Varenne a montré le corpus épigraphique de l’Empire latin de Constantinople (1204-1261), faible en nombre (moins de dix) mais symbolique (reprise de structure byzantine, recherche d’Union des Eglises) (“Latin Epigraphic Testimonies in 13th-Century Constantinople”). Nektarios Zarras a ensuite décrit comment, au Monastère de Chora, les inscriptions des images employaient différentes techniques narratives inspirées de la littérature mariologique et homilétique, et rhétoriques pour renforcer la relation entre la peinture et l’Évangile (“The Epigraphy of Narrative Compositions in the Chora Monastery”). Questionnant l‘utilisation des spolia inscrits au cours des deux derniers siècles de Constantinople comme capitale des Romains, Georgios Pallis a montré les essais d’adaptation et de conservation, la complexité du rapport au passé, entre motif pratique et remploi symbolique (“Spoliation and Reimaginings: The Use of Inscribed Spolia in Palaiologan Constantinople”). Prolongeant la période, Andreas Rhoby  a mis en lumière la continuité des traditions culturelles et littéraires byzantines après 1453, visible dans les inscriptions grecques, et donc la coexistence d’inscriptions composées dans le style “byzantin” et celles dans le style délibérément antiquaire dans les églises de Constantinople au XVIIIe-XIXe s. (“Post-Byzantine Epigraphy and the Cultural Memories of Byzantium”). 

La richesse des questionnements de ce deux sessions a montré la vitalité de l’épigraphie byzantine et la source d’inspiration qu’elle pouvait représenter. Andreas Rhoby et Ida Toth ont également annoncé la création de la nouvelle collection “Studies in Byzantine Epigraphy” chez Brepols dont le premier volume sortira le 30 septembre 2022.

Après ce focus sur la ville de Constantinople, la session GraphEast a proposé un élargissement à l’ensemble de la Méditerranée orientale et au monde des graffitis, en partageant les recherches en cours:

Les trois premiers intervenants se sont concentrés sur le cas de Chypre. Travaillant sur les monuments funéraires sous les Lusignan, Savvas Mavromatidis s’est penché sur la typologie et les fonctions performatives des inscriptions funéraires, au sein de la société mixte chypriote (Francs, Syriens, Grecs), abordant les questions de transculturation, de coexistence et d’interaction entre les groupes ethniques (“The Funerary Inscriptions in Cyprus During the Lusignan Period (1192–1474/89): Typology and Functions”). Ce sont ces mêmes dalles funéraires – à partir d’une étude de terrain – que Thierry Gregor a analysée pour comprendre les transferts techniques de taille de pierre et de gravure dans une région-carrefour de personnes, de savoir-faire, de méthodes et de procédés (“The Stone Cutting Techniques of the Latin and Byzantine Inscriptions in Cyprus During the Frankish Occupation”). Mia Trentin a également insisté sur la notion de carrefour en explorant les marques, griffées ou tracées sur les murs des bâtiments historiques de Chypre, comme un aperçu original de la vie quotidienne, et des modèles et habitudes graphiques de chaque communauté (“Exploring Cypriot Socio-Cultural Interactions Through the Island’s Medieval Graffiti”).

Les communications suivantes ont permis de voyager en Grèce, en Crète et en Turquie et en Mer Noire. Se concentrant sur un cas d’étude – un vase en pierre avec une inscription bilingue – Maria Aimé Villano a suivi la piste d’une formule de mauvais payeur qui l’a menée de l’Orient à divers pays d’Occident (“Cras dabor non hodie: The Case of a Mysterious Inscribed Vessel from the Musée du Louvre”). Nikiforos Tsougarakis s’est penché sur les problèmes d’interprétation posés par les graffitis dans les églises rurales de Crète entre XIVe et XVIIe s. (“Latin Graffiti in the Churches of Venetian Crete: The Problems of an Ambiguous Source”) :  Comment identifier les acteurs et leur relation avec ces églises ? Que nous apprend la présence de graffitis latins dans les églises grecques sur la fonction de ces églises dans la société religieusement mixte de la Crète vénitienne ? Constatant le petit nombre d’inscriptions en Morée franque,  Vladimir Agrigoroaei a émis l’hypothèse d’une damnatio memoriae de l’écriture latine (“The Ambiguous Scarcity of Medieval Moreote Inscriptions in Latin Alphabet”). Revenant à Constantinople, mais dans la colonie génoise de Pera (1267-1453), Hasan Sercan Sağlam a étudié plus d’une centaine de pierres tombales et d’inscriptions murales avec des armoiries, et examiné de manière critique ce processus d’information (erronée) pour présenter de nouvelles interprétations (“The Epigraphic Inventory of Galata (Pera) as an Intercultural Urban Memory”). Enfin, Dmitri Valkov a clos la séance en avançant de nouvelles pistes sur le but de la présence de matériel épigraphique génois dans les zones connexes de la Gazaria et de la Roumanie génoise, en s’appuyant sur la typologie des monuments, la forme et de l’héraldique en usage, la composition et l’ornementation en relation avec les traditions locales non latines (“L’epigrafia genovese tra la Gazaria e la Romania negli anni 1300-1400: Modalità di funzionamento nell’Oltremare”).

A noter également la parution en juin 2022 du livre sur les graffitis de Venise, I graffiti di Venezia, sous la plume de Alberto Toso Fei et Desi Marangon.

Premières publications

Articles: 

Clément Dussart, Estelle Ingrand-Varenne, Maria Aimé Villano, Savvas Mavromatidis, Thierry Grégor, Vladimir Agrigoroaei « L’inscription ‘palimpseste’ du château de Larnaca. Tour de force méthodologique interdisciplinaire », Museikon, 2021, p. 50-89. [en ligne]

Hasan Sercan Sağlam, « A Reevaluation for the Genoese Period of the Galata Tower: Epigraphy and Architectural History », In-Scription, 2021. [en ligne]

Estelle Ingrand-Varenne, « ‘Qui a mesuré les eaux dans le creux de sa main…’ Un relief inscrit inclassable à Emmaüs », Minimalia medievalia, 2021, p. 2-15.

Maria Aimé Villano, Estelle Ingrand-Varenne, « Les inscriptions en alphabet latin de Chypre au Moyen Âge : enquête exploratoire », Cahiers d’études chypriotes, Centre d’études chypriotes / École française d’Athènes, p. 305-328.

Estelle Ingrand-Varenne, « The Inscriptions of the Latin Kingdom of Jerusalem: New Corpus and Perspectives », Crusading and Archaeology. Some Archaeological Approaches to the Crusades, Vardit R. Shotten-Hallel, Rosie Weetch ed., Routledge, 2020, p. 328-344.

Au coeur de la recherche avec GRAPH-EAST

Billet rédigé par Amélie Deshayes, stagiaire, Master 1 Mondes Médiévaux au CESCM

À l’occasion de la semaine interdisciplinaire organisée par le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale à l’Université de Poitiers au mois d’Octobre 2021, le chercheur postdoctoral spécialiste de l’histoire urbaine Sercan Sağlam et l’historienne de l’art post-doctorante, spécialiste de l’art italien et byzantin au Moyen Âge, Maria Villano, ont présenté un projet inédit dans le monde de la recherche épigraphique sur la Méditerranée Orientale au Moyen Âge. Allant de Chypre, de la Grèce à la Turquie, en passant par la Syrie et la Palestine, la Méditerranée Orientale constitue un réel berceau qui reste encore inexploré pour l’étude de l’écriture épigraphique latine dans l’empire byzantin et islamique. La prise de conscience du potentiel que cette aire géographique représente dans la recherche en épigraphie a mené, en 2020, à la création du programme de recherche scientifique GRAPH-EAST par la chercheuse en épigraphie au CESCM à l’Université de Poitiers, Estelle Ingrand-Varenne. D’une très grande envergure, ce projet, qui est soutenu à la fois par l’European Research Council et le CNRS, projette de récolter de 2021 à 2026 près de 2500 inscriptions, qui, pour la grande majorité d’entre elles, n’ont encore jamais suscité d’études sérieuses.

La vaste aire géographique que souhaite recouvrir GRAPH-EAST qu’est la Méditerranée Orientale engage, a posteriori, à impliquer des acteurs internationaux dont les domaines d’études sont différents, en vue de mieux appréhender l’objet épigraphique. L’apport de la philologie, l’histoire de l’art, l’histoire des religions, l’histoire culturelle, l’archéologie, l’histoire des techniques de taille de pierre constitue une force essentielle pour le groupe de recherche, car du fait de leur complémentarité dans l’épigraphie, ceux-ci permettent de mieux entrevoir les inscriptions et paraissent plus qu’essentiels dans l’uniformisation et l’harmonisation du corpus d’inscription latines et de graffitis. Cette pluridisciplinarité que GRAPH-EAST tend à valoriser apporte un enrichissement tant qualitatif que quantitatif pour la récolte de ces inscriptions ainsi que leur analyse. La contribution de chercheurs issus d’horizons différents démontre ainsi l’ampleur du projet tant il enrichit les études sur l’épigraphie latine dans le bassin méditerranéen. C’est donc à l’occasion de cette présentation animée par ces deux chercheurs que l’envie et l’idée de réaliser mon stage de M1 Mondes Médiévaux au sein de ce groupe de recherche pluridisciplinaire me sont venues, m’ont traversé l’esprit. C’est à cette occasion que j’ai pu découvrir le projet GRAPH-EAST et réaliser mon stage au sein du groupe de recherche de fin Janvier 2022 jusqu’au mois de Juillet.

Afin de prendre plus amplement connaissance de ce projet, j’ai pu assister aux réunions GRAPH-EAST qui se sont avérées, pour moi, comme une réelle phase de démarrage de mon stage. Le premier jour de réunion avait vocation à présenter le bilan financier de GRAPH-EAST depuis sa création et, par-delà, d’expliquer la manière dont la totalité des missions du projet étaient financées, incluant les déplacements, les hébergements, les frais alimentaires sans oublier le matériel de recherches de 2021 jusqu’à 2026. Cette présentation financière, animée par Livie Candusso m’a fait prendre conscience de toute l’organisation nécessaire afin de maîtriser la totalité des dépenses prévues nécessaire à la vie de GRAPH-EAST. Un programme de recherche comme celui-ci ne peut échapper à une gestion rigoureuse des coûts, allant de l’estimation du budget de chaque mission au pilotage des coûts qui sont mis en œuvre, faisant apparaître une difficulté qui pourrait nous sembler au premier abord comme un simple détail, mais qui tient tout de même son importance quand il s’agit de justifier au CNRS, pour chaque membre de l’équipe, leurs dépenses réalisées lors de leur déplacement à l’étranger.

La seconde journée avait pour objectif de se focaliser non plus sur l’aspect financier du projet, mais essentiellement sur l’avancée des projets en cours de l’ensemble des chercheurs GRAPH-EAST. Le but étant, pour chaque chercheur, d’exposer l’avancée de leur recherche, leur corpus d’inscriptions et/ou de graffitis, leurs résultats, leurs interprétations qu’ils se font de leurs sources, de retracer leurs méthodes, mais aussi de présenter les difficultés rencontrées pouvant se heurter à l’avancée de leur recherche. Ces présentations m’ont appris davantage sur les sujets de recherche des membres de l’équipe, les objectifs vers lesquels ils tendaient ainsi que le type de questionnements qu’ils pouvaient se poser comme celle de la méthodologie pour l’analyse des inscriptions et des graffitis. En guise de réponse à ces questionnements, les échanges de conseils constructifs entre les chercheurs participaient à la création d’un certain dynamisme dans la réunion. Réunion dans laquelle le désir de partager et la convivialité se ressentaient vivement, mettant en évidence la dimension humaine de ce projet.

Suite à cette phase de démarrage dont l’immersion dans l’univers GRAPH-EAST a été très nette, les missions qui m’ont été proposées par Mme Ingrand-Varenne ont été de nature variée et ludiques afin que je puisse, au mieux, découvrir les différents domaines sur lesquels travaille GRAPH-EAST, comme ce qui est le cas de la communication, primordiale dans le processus de valorisation d’un projet de recherche. Le principal levier sur lequel le projet doit jouer est celui de la communication sur les différents réseaux sociaux existant tels qu’Instagram, Facebook, Twitter et Youtube, en vue de faire connaître dans un premier temps, le programme de recherche épigraphique et, dans un second temps, l’avancement des recherches de l’équipe GRAPH-EAST à un plus grand nombre de personnes. En vue de la sélection d’un documentaire suivant l’équipe GRAPH-EAST lors d’une mission en Chypre, qui a été réalisé en 2021 par Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk, à un festival international, ma première mission s’est articulée autour de la création de sous-titres français, afin que ceux-ci soient par la suite traduits en anglais, mais aussi de me pencher sur la traduction de l’ensemble des vidéos GRAPH-EAST.

Ces vidéos, archives à part entière des aventures de GRAPH-EAST, nous font suivre l’équipe GRAPH-EAST dans leur quotidien qu’est la recherche. Retraçant leurs péripéties et leurs découvertes, ces vidéos nous font découvrir non seulement les aspects techniques de leur méthodologie de recherche, c’est-à-dire les outils qu’ils utilisent pour reporter les inscriptions, les différents plans adoptés par la photographe afin de réaliser une photographie scientifique, mais aussi toute la dimension humaine arborant le projet et devenant quasiment palpable lorsque les chercheurs échangent avec les locaux, nous partagent leur vision de l’épigraphie, leur relation presque intime qu’ils entretiennent avec l’Histoire, leur parcours professionnel et, leur goût pour la recherche.

Ce goût pour la recherche a toujours été présent chez le jeune doctorant Clément Dussart, comme il nous l’explique dans l’interview qu’il nous avait accordée avec l’association JANUA. L’interview, malheureusement perdue, faisait partie intégrante de ma mission sur la communication et visait avant tout à sensibiliser les étudiants à la recherche, à l’épigraphie grâce à GRAPH-EAST ainsi qu’à faire connaître l’organisation de la vie d’un doctorant. L’interview aurait ainsi permis d’expliquer l’intégration du jeune chercheur dans le projet de recherche, de nous faire découvrir son sujet d’étude sur les graffitis et les écrits laissés par les pèlerins et les voyageurs en Terre Sainte du XIe au XVIe siècle et aussi sur sa méthodologie de recherche. Mon stage a également été rythmé par le suivie, tout au long de ces 5 mois, de séminaires organisés par l’EHESS et le CESCM, qui m’ont permis d’en apprendre davantage sur l’épigraphie.

Élaborer sa propre méthodologie de recherche est également ce que j’ai pu expérimenter lors d’une mission qui m’a été confiée par Sercan Sağlam. Celle-ci avait pour objectif de transcrire un corpus d’inscriptions rassemblé par des érudits. Ces inscriptions, issues de la tour d’Angleterre, situé dans la ville de Bodrum en Turquie, n’avaient jamais été transcrite pour la grande majorité d’entre elles. A l’aide de deux reproductions de ce corpus, le premier en blanc réalisé par l’archéologue Amedeo Maiurl au début de XXe siècle et, le second, d’un auteur inconnu, j’ai pu comparer les inscriptions entre elle, construire un tableau rassemblant les transcriptions de l’ensemble des inscriptions, émettre des hypothèses et tirer mes propres conclusions, ainsi que d’étoffer la base de données Heurist, qui a fait l’objet de ma dernière mission.

La base de données Heurist, dédiée spécialement pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, est un logiciel utilisé par l’équipe de recherche qui a pour fonction de recueillir et de trier des données scientifiques. L’objet de ma dernière mission qui allait clore mon stage a été de réaliser un logiciel ludique sur un onglet bien précis, l’onglet Explore. Rechercher, trier et classer ses sources est plus que fondamental afin de retrouver ses recherches et de les manipuler à notre guise. Il m’a fallu dans un premier temps explorer ce logiciel et comprendre les multiples options que pouvaient proposer l’onglet Explore, et m’a conduite à me renseigner sur la manière dont pouvait se créer un logiciel. Simple et efficace devaient être les mots qui allaient qualifier ce tutoriel. Pour cela, il m’a fallu imaginer et simuler des recherches perspicaces que les chercheurs auraient pu effectuer pour leur propre recherche comme chercher tout simplement son propre corpus de données ou bien faire des recherches bien plus complexe en croisant certaines données.

Les missions que j’ai pu réaliser tout au long de mon stage étaient, de par leur variété, très formatrices, et m’ont permis de me faire une idée plus précise sur ce qu’était un programme de recherche scientifique ainsi que sur la manière dont celui était mené par l’équipe GRAPH-EAST. Les réunions de GRAPH EAST m’ont énormément apprises sur la manière dont doit être gérée financièrement et administrativement un projet d’une telle envergure. J’ai pu également prendre conscience de la force de cette équipe pluridisciplinaire où la communication interne et la convivialité figurent comme les pièces maîtresses pour la bonne gestion du projet.

La communication, ayant occupée une place prépondérante dans mon stage, m’a permis avant tout de comprendre l’importance de la valorisation d’un projet. Ceci m’a également permis de découvrir les aspects techniques allant de la réalisation des sous-titres, à la préparation d’une vidéo et les angles à adopter pour mettre en valeur l’interlocuteur. L’exercice d’interprétation des inscriptions, qui m’a été légué par Sercan, a été l’occasion pour moi de me mettre à la place d’un épigraphiste en transcrivant des inscriptions et en émettant des hypothèses. La dernière mission, qui a clôt mon stage, m’a aidé à comprendre une base de données de recherche scientifique. Celle-ci m’a été bénéfique car j’ai pu, en créant des propositions de recherche, me mettre encore une fois à la place d’un chercheur et mieux appréhender les difficultés auxquelles il doit faire face, des difficultés concernant par exemple les différentes alternatives de recherche ou encore la multitude d’options qu’offre la base de données scientifique afin de resserrer ses proches recherches.

Finalement, participer au projet GRAPH-EAST a été une expérience très enrichissante et m’a permis de prendre conscience de la valeur que je pouvais ajouter au sein d’un groupe de recherche. Travailler avec une équipe pluridisciplinaire sur des missions variées a éclairci la vision que je me faisais d’un programme de recherche scientifique, mais aussi sur la manière dont pouvait se structurer un projet comme celui-ci, m’ayant permis de mieux appréhender les inscriptions épigraphiques latines, ainsi que les différents enjeux que celles-ci revêtent dans la Méditerranée Orientale. Je tiens à remercier finalement toute l’équipe GRAPH-EAST qui m’a accueillie chaleureusement au sein du CESCM, qui m’a accompagnée tant dans la découverte de ce projet que dans la réalisation de mes missions.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search