La série documentaire

Parce que le travail de l’historien et de l’historienne est aussi de transmettre à un large public le fruit de ses découvertes, l’équipe GRAPH-EAST a été suivie sur le terrain par deux vidéastes, Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern, lors de la mission en Chypre en juillet 2021. La série documentaire peut être visionnée sur la chaîne YouTube du projet, n’hésitez pas à vous abonner :

Emmener le spectateur sur le terrain, c’est vulgariser l’histoire comme recherche, au moment où les hypothèses se construisent, où les expertises se confrontent, où les doutes surgissent également. C’est donc moins un résultat qui est proposé dans cette série documentaire qu’un processus : la recherche épigraphique à l’œuvre.

Au fil des épisodes et des dix jours de mission, l’équipe se construit, grâce aux compétences diverses et complémentaires de chacun, la méthodologie fait ses preuves, chaque inscription – sur pierre essentiellement – est étudiée sous toutes ses coutures, mesurée, photographiée, dessinée, transcrite… De Nicosie à Larnaca, en passant par Limassol, Kiti, Kivisili et Pyrga, les contacts avec les chercheurs locaux se nouent, les échanges avec les gardiens des clés et le clergé sur place enrichissent les perspectives. Enfin, les acteurs se livrent aussi sur leur métier, leur passion, leur rapport au travail et à la recherche, qu’on soit chercheur, doctorant, postdoc ou photographe. Bref, une petite tranche de vie du projet GRAPH-EAST qui n’en est qu’à ses débuts.

Le spectateur est lui-même invité à devenir acteur, en prenant conscience de ce patrimoine, souvent fragile comme les graffitis dans les châteaux et les églises, conservé dans de médiocres conditions par l’exposition aux intempéries, parfois en péril réel. En changeant le regard et en faisant parler les pierres inscrites, il s’agit de sensibiliser pour mieux protéger.   

Les acteurs par ordre alphabétique : Vladimir Agrigoroaei, Eva Avril, Clément Dussart, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Savvas Mavromatidis, Maria Villano.

Retour en images sur le workshop Epigraphic Writing

Un grand merci à Robert Kool (IAA) pour la co-organisation de ces deux journées d’études,  l’une au CRFJ l’autre sur le terrain dans la vieille ville de Jérusalem, à Clément Dussart pour la visite de l’église du Saint-Sépulcre à travers ses graffitis de pèlerins à la fin du Moyen Âge, au père Pol Vonck pour avoir ouvert les portes des réserves lapidaires de Sainte-Anne, au père Eugenio Alliata (ofm) pour avoir sorti des réserves du Terra Sancta Museum l’inscription de Lambert, tanneur d’Acre au XIIe siècle, aux collègues et étudiants qui ont nourri les riches discussions.

Many thanks to Robert Kool (IAA) for the co-organisation of these two study days, one at the CRFJ and the other in the field in the old city of Jerusalem, to Clément Dussart for the visit of the Church of the Holy Sepulchre through its pilgrims’ graffiti at the end of the Middle Ages, to Father Pol Vonck for having opened the doors of the storage room of Sainte-Anne, to Father Eugenio Alliata (ofm) for having brought out from the storage of the Terra Sancta Museum the inscription of Lambert, tanner of Acre in the 12th century, to the colleagues and students who nourished the rich discussions.

     

Plongée dans l’univers pictural d’Abu Gosh

Située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem, l’église fut construite par les Hospitaliers quand ils obtinrent le terrain en 1141 (selon l’opinion la plus partagée) sur le lieu baptisé Fontenoid. Cette église de pèlerinage commémorant l’apparition du Christ à Emmaüs, relatée dans l’évangile de Luc, 24, 13-35, a été bâtie en surélevant les parois d’une citerne romaine sur deux niveaux superposés : une église basse (sorte de crypte incluse dans le réservoir lui-même) et une église haute qui comporte trois nefs voûtées d’arêtes se terminant vers l’est par une abside flanquée de deux absidioles, toutes les trois voûtées en cul-de-four.

L’église conserve l’ensemble de peintures murales le plus complet qui ait subsisté du Royaume latin de Jérusalem. Commande passée par les Hospitaliers à des artistes byzantins (sans doute au nombre de deux), ces peintures ont dû être réalisées dans les deux dernières décennies du règne de Manuel Ier Comnène (1143-1180). De nombreux rapprochements ont été établis entre ces peintures et celles de l’église Saint-Pantéleimon de Nérézi en Macédoine, fondée en 1164 par Alexis Ange Comnène, petit-fils de l’empereur Alexis Ier. À Abu Gosh, les peintures prennent place dans la moitié orientale, sur les parois, les voûtes et les piliers, et utilisent largement la technique picturale « à fresque » avec des finitions à sec.

Le programme iconographique fait montre d’une grande originalité. Le thème commun à l’ensemble est la résurrection du Christ, qui fait référence à l’apparition de Jésus vivant à Emmaüs, mais aussi à la volonté de l’Ordre de l’Hôpital de resserrer la proximité avec la figure du Christ ressuscité, tout en s’adressant également aux chrétiens locaux qui fréquentaient l’édifice paroissial. L’ensemble épigraphique est riche de 17 inscriptions, essentiellement sur les peintures murales, où le grec alterne avec le latin à l’instar des ensembles bilingues de la Nativité de Bethléem et du Saint-Sépulcre à Jérusalem, mais aussi sur pierre, notamment avec un graffiti arabe récemment découvert.

Avec la prise de Jérusalem par Saladin en 1187, l’église fut abandonnée aux musulmans, puis revint sans doute aux Francs entre 1229 et 1244. Sept siècles plus tard, l’empire ottoman en fit cadeau à la France, elle devint domaine national français en 1873. Il s’agit aujourd’hui d’un monastère bénédictin sous le vocable Sainte-Marie-de-la-Résurrection. De nombreuses restaurations furent entreprises au cours des deux derniers siècles (1902-1907, 1950, 1995, 2000-2001).

Pour avoir un petit aperçu du riche ensemble épigraphique d’Abu Gosh, en attendant la parution du corpus des inscriptions du Royaume latin de Jérusalem :

Pour aller plus loin :

Une étude magistrale dirigée par Jean-Baptiste Delzant fait désormais le point sur les fresques de l’église et 850 ans d’histoire du site : Delzant Jean-Baptiste dir., L’église d’Abu Gosh : 850 ans de regards sur les fresques d’une église franque en Terre sainte, Paris : Tohubohu éditions/Archimbaud éditeur, 2018.

Deux nouveaux articles, parus après cet ouvrage, peuvent également être signalés :

  • Rachel Ouizemann, « Between conservation and restoration : the wall paintings in the church of the Crusaders in Abu Gosh and the authentication of the site as Emmaus », Byzantinische Zeitschrift, vol. 112, n. 3, 2019, p. 935-958.
  •  Gil Fishhof, « The Meanings of Byzantium: The Church of Abu-Ghosh (Emmaus) and the Meanings of Byzantine Pictorial Language in the Latin Kingdom of Jerusalem », Convivium, 2020, vol. 7, iss. 2, p. 15-34.

Workshop 30/06-1/07: Epigraphic Writing in the Latin Kingdom of Jerusalem

Epigraphic Writing on Monuments, Objects, Seals and Coins

in the Latin Kingdom of Jerusalem

Jerusalem, June 30 – 1st of July, 2021

Co-organized by. E. Ingrand-Varenne (CNRS/CRFJ) and R. Kool (IAA)

 

Program

Wednesday 30th June (CRFJ) Israel Time

9:00 Introduction Vincent Lemire (director CRFJ) and Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CRFJ, GRAPH-EAST PI)

9:30 – 10h30 First Session

  • Jonathan Rubin (Bar Ilan University), “Intellectual life in the Latin kingdom of Jerusalem: An Overview”
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CRFJ), “The First Inscriptions in Outremer French in Acre”
  • Robert Kool (Archaeological Research Department, IAA): “Lingua, لُغَو يّ and Langue on Coins and Tokens in the 12-13th c. Crusader States

10:30 – 11:00 Coffee Break

11:00 – 11:30 Second Session

  • Iris Shagrir (Open University of Israel), ““Latin Liturgy and Diverse Audience in 12th c. Jerusalem”
  • Liza Lurie (Curator Islamic Art and Archaeology, Israel Museum), “Speaking Objects: Inscribed Textiles from the Israel Museum Collection”

11:30 – 13:30 Discussion

13:30 – 14:30 Lunch

14:30 –15:30 Third Session

  • Clément Dussart (University of Poitiers, CESCM), “Reconsidering Pilgrim Graffiti”
  • Laurent Hablot (EPHE), “Affixing Signs: Forms and Functions of Heraldic Traces and Ex-voto” [Zoom]

15:30 – 16:00 Coffee Break

16:00 – 17:00 Discussion

 

Thursday 1st July

9:00 – 13:00 Field Excursion

Meeting point Jaffa Gate. Sites to visit:

  • Holy Sepulchre (graffiti)
  • Church of Saint Mary of the Latins (the Calendar inscription)
  • Markets (various inscriptions)
  • Terra Sancta Museum storage (inscription of Lambert d’Acre)
  • Church of Saint Anne (inscriptions of the façade, garden and storage)

13:00-14:00 Lunch

14:00-15:00 (CRFJ) Discussion and Conclusion

 

Webinaire 23/06: Préparer la mission de terrain

Qu’on soit épigraphiste, archéologue, ou archéographe, “l’appel du terrain” se fait entendre encore plus fortement en cette année de confinement et restrictions. Une mission de terrain se prépare bien en amont : les objectifs, les acteurs, la liste du matériel, la gestion des données mais aussi la gestion de groupe, sans compter les éléments administratifs (autorisations etc.) et logistiques ; et elle doit aussi inclure la “post-mission” permettant de ne pas perdre d’informations. Cependant, c’est un sujet sur lequel les chercheurs échangent peu, un travail qu’on apprend sur le tas, au fil des années, parfois sans vraiment le questionner, ni le croiser avec les pratiques d’autres disciplines, alors qu’il est souvent similaire. 

Cet atelier, qui aura lieu en ligne mercredi 23 juin, 14h-16h30, propose un retour d’expérience de plusieurs chercheurs, d’horizon divers, sur l’organisation de mission et l’après terrain. Le but est de partager nos méthodes et protocoles, les réussites et les difficultés, échanger nos conseils et astuces, mais aussi nous questionner sur les données produites (fiches de terrain, croquis, photos) et leur devenir (transformation, archivage, propriété etc.).

N’hésitez pas à venir avec vos réflexions et vos questions ! 

Intervenants:

  • Manon Durier (CESCM, GRAPH-EAST)
  • Bertrand Riba (archéologue, chercheur associé à l’IFPO)
  • Carolina Sarrade (archéographe CESCM)
  • et l’équipe GRAPH-EAST

Animatrice : Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CRFJ)

Lien de connexion:
https://us02web.zoom.us/j/84949445157?pwd=WGo5RHltSzJVYWNySVJLdDZnVER4dz09

ID de réunion : 849 4944 5157
Code secret : 456583

Du support à la lettre

Telle une scène de crime, c’est ainsi que Thierry Grégor (Université de Poitiers) a proposé d’observer la pierre gravée lors de l’atelier de réflexion du 19 mai 2021, pour mieux aiguiser notre regard. De fait, tout lapicide ou tailleur de pierre laisse des traces sur la matière qu’il travaille. Infimes ou grossières, elles permettent de retrouver les trois éléments clés de son action : l’outil, le geste et la technique, une trilogie qui n’est pas sans rappeler le titre d’un colloque consacré à l’écriture en 1988 : Le cerveau, l’œil et la main, dirigé par C. SiratJ. IrigoinÉ. Poulle.

Retrouver la captation vidéo en ligne sur la chaîne YouTube du projet

Le processus de transformation de la pierre

Si l’épigraphiste se concentre d’habitude sur l’inscription même, son contenu, son contexte, son environnement, Thierry Grégor propose de remonter le temps et de saisir les étapes techniques et les modes opératoires pour qu’un support lapidaire (calcaire, marbre, granit, grès), extrait de la carrière, devienne une inscription. Les quatre opérations majeures sont 1) la préparation de la pierre, 2) la préparation du champ épigraphique, qui va recevoir l’écriture, 3) la gravure de l’inscription, 4) l’effacement des traces de préparation.

A chaque étape, des outils différents, et par chaque outil, des gestes et postures adaptées : 

  • Les outils à percussion lancée : le pic ou smille, le têtu, le taillant, la polka, la bretture, la boucharde et la patente.
  • Les outils à percussion posée avec percuteur : le ciseau, la gradine, le ciseau grain d’orge, le ciseau bout-rond, le ciseau langue de serpent,  la chasse, la broche, la gouge, le ciseau boucharde et les percuteurs : le maillet et la massette.
  • Les outils à percussion posée sans percuteur : la scie, la sciotte, le racloir, la ripe, la râpe, l’abrasif, le foret.

Chaque outil est unique : d’une part, parce qu’il n’y a pas de fabrication en série au Moyen Âge, mais aussi parce qu’il s’use différemment. Il peut ainsi imprimer ses propres marques d’usure sur la pierre, qui deviennent sa signature.

Les types de gravure sont également variés, suivant le matériau (notamment sa dureté), la mode, les compétences du lapicide ou d’autres facteurs externes. Chacune a des intérêts précis et va entraîner des jeux d’ombre et de lumière différents. On peut en relever au moins 4 :

  • la gravure en creux carrée, par exemple avec un foret, comme sur les voussures de l’église d’Argenton-Château (CIFM I-3, p. 125-126);
  • la gravure en creux et en V : réalisée par une incision profonde ou par percussion latérale, dite “stabbing” ;
  • la gravure en creux par points : ils peuvent reliés entre eux, comme on peut l’observer sur les inscriptions obituaires de l’église de Plaimpied-Givaudins (CIFM 26, n°164: inscription pour Arnoul ci-contre); mais les points peuvent aussi être faits avec un outil pointu percuté.
  • la gravure en relief, comme dans les inscriptions du XVe siècle, dans la crypte de l’église Saint-Eutrope à Saintes.

Références bibliographiques : 

  • R. Grasby, Letter cutting in stone (Oswerty, 1989) ;
  • T. Perkins, The art of letter carving in stone (Ramsbury, 2007) ;
  • A.J. Hibberd, Letter carving, techniques and projects to hone your skills (East Sussex, 2015) ;
  • P. Shaw, The eternal letter: two millennia of the classical roman capital (Cambridge, 2015).
    • Pour l’étude des techniques de taille de pierre : 
  • É. Cunrath, Pierre de taille (Tours, 2007) ;
  • Taille de la pierre. Guide pratique (Paris, 1999) ; Taille de pierre, savoir-faire et techniques (ouvrage collectif des Compagnons du devoir du tour de France) (Paris, 2005) ;
  • V. Aladenise, Technologie de la pierre de taille (Paris, 1991) ;
  • P. Noel, Technologie de la pierre de taille (Paris, 1994) ;
  • Encyclopédie des métiers : la maçonnerie et la taille de pierre (Compagnons du devoir du tour de France) (Paris, 2012), 8 vol.
    • Pour tout ce qui concerne l’outillage de taille de pierre :
  • J.-C. Bessac, L’outillage traditionnel du tailleur de pierre (Paris, 1987).

Vidéo: Thierry Grégor, “Les techniques de sculpture dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge”, extrait du colloque “Classique et Barabe”. La sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles). Du corpus aux humanités numériques

Quelques pistes de travail pour l’ERC: 

Certes, la grande majorité des inscriptions sont en pierre; cependant, un tel travail serait à mener pour chacun des matériaux épigraphiques : la sculpture sur bois, sur os, la peinture murale (pour laquelle en général l’inscription est mise sur la dernière couche), la mosaïque, l’orfèvrerie, l’émaillerie, le vitrail, la broderie/tapisserie etc. La connaissance des procédés/processus techniques de production d’une inscription éclairerait de beaucoup le travail des épigraphistes ; et des rencontres – voire des études en commun – avec les professionnels et les restaurateurs de ces différents secteurs sont à souhaiter.    

Webinaire 19/05 : Lire une inscription: du support à la lettre

L’ERC GRAPH-EAST met en place un atelier de réflexion régulier sur les éléments fondamentaux de l’inscription. Le but général des premières séances est de réfléchir aux méthodes de travail de l’épigraphiste et d’établir un vocabulaire commun, compréhensible et utilisé par tous, en premier lieu au sein de l’équipe. Comment décrire une inscription, lire une pierre, préparer une mission, telles sont les questions qui seront abordées.

Après une première séance en petit comité, ce deuxième atelier est ouvert à tous, sous forme de webinaire d’une heure. Thierry Grégor nous expliquera comment observer les pierres (du calcaire au marbre en passant par le granit), exercer son œil pour reconnaître les traces laissées par les différents outils des lapicides, tant pour préparer le support que pour graver la lettre :

Rendez-vous mercredi 19 mai, de 13h30 à 14h30.

Lien Zoom pour se connecter :https://us02web.zoom.us/j/81622663553?pwd=YnRHaUNLamRENCtzbktrdlAzOElPZz09

ID de réunion : 816 2266 3553
Code secret : 416642

Notez déjà la troisième séance qui aura lieu en ligne mercredi 23 juin (13h30-16h30) et proposera une table ronde sur la mission de terrain : la préparation (acteurs de la mission, matériel nécessaire, fiche de terrain, autorisation nécessaire etc.) et la post-mission (comment ne pas perdre d’informations).

A l’issue des ces séances, qui se prolongeront en 2021-2022 (notamment pour l’établissement d’un glossaire bilingue français-anglais sur le vocabulaire de l’épigraphie médiévale), les documents produits seront mis en ligne sur le carnet. 

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr thierry.gregor@univ-poitiers.fr

Création de la base de données GRAPH-EAST

Le réseau international d’épigraphistes rassemblé par GRAPH-EAST pourra bientôt compter sur un outil commun, capable de faire converger les observations de terrain et les analyses historiques. Le premier mois d’avril du projet est en effet consacré à la conception d’une base de données ambitieuse. Voici ses principaux enjeux.  

Le choix logiciel

Les principes de pérennité et d’accessibilité FAIR sont aux fondements du projet GRAPH-EAST. Le choix d’un système de gestion de base de données reposant sur des technologies libres était donc important pour nous et Heurist s’est imposé comme une évidence.

Heurist est un environnement de base de données développé à l’université de Sydney et hébergée, pour les projets français, sur les serveurs d’Huma-Num. L’objectif de son directeur Ian Johnson est d’aider les chercheurs en sciences humaines de créer leur base de données, personnelle ou collaborative, sans l’intermédiaire d’un informaticien. Il permet ainsi de développer une base de données MySQL sans jamais voir une ligne de code. Mais Heurist est plus qu’une solution de facilité et va bien au-delà des systèmes de gestion de données libres ou propriétaires habituels. Pensé spécifiquement pour les SHS, il propose des modules qui permettent de gérer en quelques secondes des besoins complexes récurrents comme la géolocalisation avec OpenStreetMap ou l’import de références bibliographiques avec Zotero. Il intègre également des outils de visualisation des données, que ce soit en carte, en réseau ou en frise chronologique. Si ces premières analyses ne suffisent pas, Heurist favorise également l’export vers des logiciels spécifiques avec plusieurs formats (.CSV, .XML, .JSON, .GeoJSON, .KML et .GHEPHI). Enfin, Heurist prévoit la possibilité de publier sa base de données dans un site internet créé automatiquement et que l’on peut ensuite améliorer manuellement. Nous avons donc à faire à un outil de gestion et d’analyse des données extrêmement complet et bien pensé pour les sciences humaines.

Interface d’Heurist : l’onglet de conception de la structure de la base et son manuel intégré.

Lancée en 2021, la version 6 d’Heurist devrait permettre une large diffusion de cet outil déjà éprouvé sur des centaines de projets. Plusieurs programmes ERC, dont certains en épigraphie comme DHARMA, l’utilisent déjà. Une communauté francophone d’utilisateurs et de développeurs est en train de se mettre en place, avec notamment une liste de diffusion. Il ne manque plus que la mise en ligne des tutoriels actuellement en cours de préparation.

La création d’un outil sur mesures

La création du modèle de données de l’outil GRAPH-EAST se fait à partir d’un précédent projet de l’équipe d’épigraphie du CESCM. L’inscription est l’entité (aussi appelée « table » dans la majorité des systèmes de gestion de bases de données relationnelles) autour de laquelle gravite les informations de contextualisation qui la complète.

Modèle de la base de données à l’origine de celui de GRAPH-EAST.

Le cœur de la base est constitué par les données d’inventaire. Elles sont essentielles car en grande partie inédites. De ce fait, nous la construisons en parallèle du modèle des fiches descriptives de terrain, pour qu’aucune information nécessaire à l’analyse des inscriptions ne soit oubliée sur place, puis qu’aucune information collectée ne se perde faute de catégorie appropriée. La localisation actuelle ainsi que les éventuelles localisations successives, le contexte archéologique, l’état de conservation, l’identification du support et de la technique d’écriture, le texte inscrit (transcription, édition, traduction), la documentation iconographique (photographies, relevés, estampages…) et textuelle (sources manuscrites, sources éditées, bibliographie) sont ainsi soigneusement consignées.

Néanmoins, le projet GRAPH-EAST ne se limite pas à un vaste inventaire. La base doit donc permettre de répondre aux axes de recherche du projet en centralisant de manière normalisée les données nécessaires à de nombreuses analyses détaillées. La difficulté d’un tel objectif, comme pour toute base de donnée scientifique, est d’assurer un équilibre entre le temps de saisie des informations et les possibilités d’explorations ultérieures des données. L’enjeu est ici augmenté par le nombre conséquent d’inscriptions à renseigner (estimé à environ 2 500) et la multiplicité des acteurs impliqués, puisque la base doit devenir l’outil de référence de doctorants, de post-doctorants et de chercheurs permanents, auxquels s’ajoute un réseau international d’épigraphistes. Une réflexion collective a déjà permis d’aboutir à une proposition concrète, qui sera implémentée dans Heurist dans les prochains jours pour être testée.

Un prochain billet présentera plus en détail les choix qui ont été faits ainsi que l’interface de saisie.

GRAPH-EAST TEAM

Principal Investigator: Estelle Ingrand-Varenne

I am a CNRS researcher at the CESCM in Poitiers  (France), specialized in medieval epigraphy. After having studied the inscriptions’ shift from Latin to French in my doctoral thesis (Langues de  bois, de pierre et de verre. Latin et français dans les inscriptions médiévales, Classiques Garnier, 2018), my research focus has now turned to the Outremer. I am currently working on the inscriptions of the Latin kingdom of Jerusalem, my goal is to make a new corpus with an electronic edition on TITULUS (digital epigraphy project I have created for the Corpus des inscriptions de la France médiévale; I published two volumes of the CIFM) and to study this specific epigraphy. I am now seconded to the French Research Center in Jerusalem (CRFJ).

Contact: estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr

 

Researcher: Vladimir Agrigoroaei

I am a researcher of the CNRS working on early vernacular translations of the Bible and cultural transfers between East and West during the Late Middle Ages. My BA in Latin and Old Greek (2002) provides a stable basis for my approach of Byzantine and Western sources after the Fourth Crusade. Two PhD dissertations (2011, 2016) in medieval French literature and Romance languages help me deal with language variation, while an MA in art history (2004) covers the common ground between art and literature as neighbouring categories of medieval culture. It is therefore no surprise that my primary role in the GRAPH-EAST project is the analysis of Greece and the Aegean Islands during the Latin occupation (after 1204/1205).

Contact: vladimir[dot]agrigoroaei[at]gmail[dot]com

 

Researcher: Cécile Treffort

I am full professor of medieval history at the University of Poitiers and my research focuses on the cultural, religious and funerary history of the 7th-12th centuries, and more particularly of the Carolingian period. I am specialist of the Western epigraphy in the early Middle Ages: Mémoires carolingiennes, 2007; Paroles inscrites, 2008; Epitaphes carolingiennes du Centre-Ouest, 2020) and the director of the collection of the Corpus des inscriptions de la France médiévale. I will co-direct the edition the epigraphic texts for the project. 

Contact: cecile.treffort@univ-poitiers.fr

 

Post-doc Researcher: Hasan Sercan Sağlam

As a researcher specialized in heritage studies, I am in charge of the inscriptions in Greece, islands, Turkey and Crimea for the project. As a part of my doctoral thesis, entitled Urban Palimpsest at Galata & An Architectural Inventory Study for the Genoese Colonial Territories in Asia Minor (Politecnico di Milano, 2018), I have compiled the Genoese mural slabs in the Eastern Mediterranean with a particular focus on Galata (Pera) and reinterpreted their inscriptions in Latin from an interdisciplinary perspective. I have continued my research on the same subject also in the postdoctoral level and published several articles, which include significant contributions in the context of epigraphy. My research interests are urban history, architectural heritage and archaeology.

Contact: saglam.h.sercan@gmail.com  

 

Post-doc Researcher: Maria Aimé Villano

I am an art historian, specialised in Italian and Byzantine middle ages. I obtained my MA degree at the Università degli Studi di Firenze with a dissertation on the sculpted columns of the ciborium of San Marco at Venice, under the direction of Guido Tigler. I continued the study of these columns as a PhD candidate, focusing on epigraphic and iconographic aspects, especially on the relationship between text and image. I received my doctoral degree in 2020 in cotutelle between the Università Ca’ Foscari of Venice and the Université de Poitiers, under the direction of Stefano Riccioni, Fabio Coden and Vincent Debiais. At the end of 2020 I was granted a post-doc position at the Università di Verona with a project on the liturgical furniture of San Marco. For the Graph-East project, I am currently working on the medieval Latin inscriptions of Cyprus.

Contact: mariaaime.villano@univr.it

 

Research Engineer: Manon Durier

I am a research engineer for the project and my goal is to build the database. I discovered the great interest in medieval inscriptions during my PhD on funerary sculpture at the University of Poitiers (CESCM), and have never been able to forget them since. I generaly work on religious history. I love open science, research methodology and database design.

Contact: manon.durier@univ-poitiers.fr

 

PhD Student: Yaroslav Stadnichenko

The youngest member of the team, I am a PhD student funded by the CNRS and working under the direction of Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CRFJ), Martin Aurell (CESCM), and Dominique Valérian (Paris 1 Panthéon Sorbonne). My project focuses on the epigraphic monuments of the Italian maritime republics (mostly Venice and Genoa, but also Pisa, Amalfi, maybe even Ancona and Ragusa) in the Eastern Mediterranean and the Black Sea region. More specifically, it deals with their role as signs of authority and power, but also with their place among other local inscriptions – Latin, Greek, Arabic ones. Having written my MA thesis on the miracle stories in the 14th century chronicles of the Latin East, I am also interested in spirituality and processes of intercultural dialogue and cultural transfer.

Contact: yaroslav.stadnichenko@etu.univ-poitiers.fr

 

Expert : Thierry Gregor

I am a masonry teacher at the EREA in Saintes (Charente-Maritime), with a master’s degree in stone cutting and masonry. I am finishing my thesis under the supervision of Cécile Treffort (University of Poitiers) on the technical aspects of the lapidary inscriptions in the Antiquity and the Middle Ages, particularly in the Western France (the current Poitou-Charentes). I track down all the tool marks on the stone, and try to understand the history of cutting stone and engraving through these marks. I am a member of the epigraphy team of the CESCM and I participate in several archaeological projects in the Near and Middle East.

Contact: thierry.gregor@univ-poitiers.fr

 

Expert: Clément Dussart

I graduated from Ecole nationale des Chartes in 2019 (thesis dealing with medieval alphabetical graffiti in the castle of Selles in Cambrai ) and began to work, as a PhD student funded by the CNRS, on the marks and writings left by pilgrims and travellers in Holy Land (11th-16th century). This project, under the direction of Pr. Cécile Treffort (University of Poitiers) and Estelle Ingrand-Varenne (CESCM-CRFJ) was made possible by the collaboration between CESCM (Poitiers) and CRFJ (Jerusalem). I am mostly interested in studying and reassessing the importance of ‘ordinary writings’ during medieval and early modern period.

Contact: clement.dussart@univ-poitiers.fr 

 

Researcher: Martin Aurell

Professor of medieval history at the University of Poitiers and director of the Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, where Latin epigraphy is one of the outstanding sectors, I am a specialist on aristocracy and on literary culture around the Mediterranean and in Angevin Empire. I am recently working on transfers between France and the Middle East. My two last books: Des Chrétiens contre les croisades (XIIe-XIIIesiècles) (Paris, Fayard, 2013), on Western contestation against crusade, and Excalibur, Durendal, Joyeuse : la force de l’épée (Paris, PUF, 2021) on mentalities and ideologies related to swords.

Contact: martin.aurell@univ-poitiers.fr 

 

Researcher: Dominique Valérian

Professor of medieval history at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne, I am a specialist of Islam and the Mediterranean. More specifically I am interested in the interactions between Christians and Muslims, trade networks and intercultural relations, through the production of shared norms in the Mediterranean. I recently published Ports et réseaux d’échanges dans le Maghreb médiéval (Madrid, 2019) and edited Les Berbères, entre Maghreb et Mashreq (Madrid, 2021).

Contact: dominique.valerian@univ-paris1.fr 

 

Collaborator: Savvas Mavromatidis

I am a PhD student funded by the UCY and I work on the funerary sculpture of Lusignan Cyprus (1192-1474/89). The aim of my research is to interpret the Cypriot artistic production and topics presented in the tombstones (iconography, epigraphy, dress, heraldry), placing Cyprus at the centre of an intercultural dialogue that took place in the eastern Mediterranean. I have presented papers at various conferences on gender and ethnic identities as “inscribed” on Cypriot burial slabs, and recently participated in the SOAS University of London/Getty Foundation programme on “Medieval Eastern Mediterranean Cities as Places of Artistic Interchange.” I am interested in studying the performative roles of funerary inscriptions in a multicultural/religious framework and their roles in the construction of memory.

Contact: mavromatidis.savvas@ucy.ac.cy

 

Consultant: Chrystel Lupant

As an associate researcher at the CESCM, my scientific projects focus on iconography, in favor of the understanding of visual representation systems of social relations in an institutional setting, and are completed by research devoted to what arouses or proposes a sensory reflection. My past experiences as a teacher at the Universities of Aix-Marseille I and Poitiers and as an engineer at the CESCM Phototheca allow me today to work in a French national institution depending on the Ministries of Education and Culture, as a project manager for actions built around art, culture and heritage studies. It is in this capacity that I joined the ERC Graph-East as a consultant.

Contact: erc.graph-east@univ-poitiers.fr 

Address: Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM), UMR 7302

Bât. E13
24 rue de la chaîne
TSA 81118
86073 Poitiers cedex 9

FRANCE

Twitter: @ErcGraphEast