Rédiger un Plan de gestion de données pour un projet ERC : l’expérience GRAPH-EAST

En quelques années, le Plan de gestion de données est devenu un document essentiel des programmes de recherche financés au niveau national (projets ANR) ou européen (projets H2020 puis ERC). Si les formations se multiplient pour apprendre aux chercheurs à rédiger ce nouveau type de document, les exemples en sciences humaines sont encore rares et nous semble utile de proposer une rapide synthèse sur les enjeux, avantages et difficultés de ce format à partir de la réflexion menée pour GRAPH-EAST.

Pour rappel : qu’est-ce qu’un PGD ?

Le Plan de gestion de données est souvent désigné par son acronyme français (PGD) ou anglais (DMP pour Data management plan).  Il s’agit d’un outil de planification de la recherche considéré par nos financeurs comme faisant partie des « livrables », c’est-à-dire des résultats attendus d’un projet de recherche. Son objectif est essentiellement de s’assurer que la gestion des données du projet respectera les principes FAIR, c’est-à-dire que les données produites seront Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables et Réutilisables. En ce sens, il permet d’évaluer, mais aussi et surtout de favoriser, le développement de la politique de Science Ouverte soutenue par nos institutions de tutelle.

Principes FAIR mis en œuvre dans les PGD (source)

Concrètement, le PGD est un texte de 4 à 20 pages où l’on détaille les formats de fichiers et leur système de nommage, les solutions de sauvegarde, les licences de diffusion et de réutilisation, les choix d’archivage… Bref, la gestion des données du début à la fin du projet de recherche (voir la checklist de la ETH-Bibliothek et de la bibliothèque EPFL pour se faire une idée plus précise de l’éventail des décisions à prendre). Le PGD est donc un excellent moyen pour ne pas faire des choix à court terme, en s’obligeant à prendre un peu de recul pour développer une vision d’ensemble, à l’échelle du projet mais aussi à celle de la communauté scientifique en prévoyant l’archivage ainsi que la réutilisation des données par d’autres personnes. Loin d’être figé, il doit être mis en place dès le début du projet pour évoluer ensuite avec la recherche : dans le cas des financements ANR et ERC, une première version doit être rendue dans les 6 premiers mois du programme, une deuxième est conseillée à mi-parcours, et une dernière est à nouveau obligatoire en fin de projet.

Afin d’accompagner à la rédaction de ce document quelque peu aride, il existe de nombreux modèles généralement proposés par des institutions importantes (l’Union européenne, l’ANR, mais aussi quelques universités et laboratoires importants). Ces aides sont utilement centralisées sur le site de référence anglais dmponline et sa déclinaison française Opidor : on y trouve des modèles au format .doc ou .pdf, mais ils peuvent également être renseignés de manière collaborative via un formulaire en ligne. Ces modèles de plan de gestion de données sont en réalité des plans détaillés qui guident la réflexion : plus ils sont développés, plus ils sont contraignants. Celui de l’ANR est par exemple plus directif que celui de l’ERC, et tous ne suivent pas le même plan pour s’adapter à des contextes de recherche variés. A noter : celui proposé pour les projets en archéologie par le consortium Huma-Num MASA est apprécié jusque chez les anthropologues. Il a notamment l’avantage d’être systématiquement illustré par des exemples et renvoie ponctuellement à des ressources en ligne plus détaillées.

Comparatif de Marie Puren

Marie Puren, à la page 106 de son excellent support de cours sur la rédaction d’un PDG, suggère de se faire accompagner dans la rédaction et renvoie à une liste de personnes référentes pour ce type de document. Elle renvoie également à deux grilles de relecture : une pour le modèle de l’ANR et l’autre pour le modèle de l’Union européenne. Quant au site OPIDoR, on peut y trouver inspiration ou comparaison avec des liens vers une vingtaine d’exemples de plans de gestion de données rédigés pour différents projets ainsi que 11 primés en 2020. Leur licence d’utilisation permet en outre d’en copier les éléments pertinents dans son propre document, sans avoir à citer leur auteur.

Un changement de paradigme dans la recherche

On aurait tort de ne voir dans les Plans de gestion de données qu’une nouvelle exigence bureaucratique, car les chercheurs y trouvent aussi le plus souvent leur intérêt : 83% des répondants d’une enquête réalisée sur les projets européens « Horizon 2020 » considèrent que la préparation du PGD leur a été utile (Etude). En effet, la FAIRisation des données mise en œuvre dans ces documents nous aide à mieux organiser, valoriser et pérenniser nos données.

Contrairement à une idée reçue très fréquente, les 15 principes FAIR à mettre en œuvre dans les PGD n’imposent pas une publication des données en libre accès : la devise est de prévoir une diffusion « as open as possible, as closed as necessary », car certaines restrictions peuvent être dictées par diverses contraintes (non divulgation des données personnelles utilisées pour des recherches en sociologie, par exemple). Néanmoins, l’objectif des politiques publiques est bien d’améliorer sans cesse l’accessibilité des études scientifiques. Les publications scientifiques ont ainsi été les premières à faire l’objet d’incitations ou d’obligations à une diffusion en libre accès, au point qu’une publication nativement numérique et ouverte (« open access diamant ») est imposée pour les études financées par l’Europe depuis le programme-cadre de recherche « Horizon 2020 » (2014-2020). Le nouveau programme-cadre européen, « Horizon Europe » (2021-2027), ainsi en France que le Deuxième plan national pour la science ouverte (2021-2024) étendent désormais cette exigence aux données de la recherche et plus généralement aux codes sources. Mieux, depuis le 3 décembre 2021, le décret 2021-1572 sur l’intégrité scientifique précise que « les établissements publics et fondations reconnues d’utilité publique […] promeuvent la diffusion des publications en accès ouvert et la mise à disposition des méthodes et protocoles, des données et des codes sources associés aux résultats de la recherche afin d’en garantir la traçabilité et la reproductibilité ». Cette nouvelle étape dans le partage des données vise non seulement une plus grande visibilité de la recherche, mais aussi une plus grande transparence, une meilleure reproductibilité et de véritables possibilités de réutilisation des informations… le tout à long terme. Or, pour réussir cela, il est indispensable d’anticiper de « cycle de vie des données » : dans le cas contraire, les pertes de temps et de contenu sont inévitables (format de fichier obsolète après quelques années, fichiers corrompus ou introuvables faute de métadonnées et/ou d’un système de nommage efficace…).

Les plans de gestion de données s’inscrivent donc dans cette dynamique de science ouverte : ils permettent d’anticiper dès le début de chaque projet les besoins associés, mais aussi ceux de futurs recherches, qu’elles soient menées par les mêmes personnes ou de nouvelles. En ce sens, dans le contexte d’un financement de la science par projet, les PGD sont aussi des outils essentiels pour favoriser une continuité et une efficacité de la recherche au-delà du morcellement des programmes scientifiques financés.

L’expérience GRAPH-EAST

Les projets ERC ont 6 mois pour rendre une première version de leur PGD. Celui de GRAPH-EAST a été rédigé par moi-même, en tant qu’ingénieure de recherche en charge de l’infrastructure des données, en lien étroit avec la directrice du projet Estelle Ingrand-Varenne. Il s’agissait d’un nouveau format pour nous. J’ai d’abord renseigné le modèle détaillé de PGD de l’ANR, avec uniquement les informations dont je disposais, pour servir de support de réflexion. Cette première étape a permis de discuter précisément des choix de gestion de données à prendre (quelle licence d’utilisation pour les images produite dans le cadre du projet, quelle organisation de la documentation au sein de l’équipe…) et d’identifier les questionnements à approfondir :

– Faut-il attribuer un DOI par inscription, pour l’ensemble des inscriptions du projet, ou distinguer des sous-ensembles (un DOI pour le corpus réunissant toutes les inscriptions d’un même pays, par exemple) ?

– Comment gérer les métadonnées : le standard Dublin Core est-il trop généraliste ?

– Quel entrepôt de données prévoir pour l’archivage ?

– …

La caractérisation précise des besoins a permis de trouver des réponses dans les nombreuses ressources diffusées en accès ouvert sur la gestion des données. Les supports pédagogiques sont en effet à la fois nombreux et variés : conte humoristique sur les principes FAIR,  cours en ligne Basics of managing and sharing research data, documentation technique diverse, portail DoraNum sur l’apprentissage des données de la recherche … Ce complément de formation m’a ensuite permis de rédiger sans difficulté le plan de gestion de données selon le modèle requis par l’ERC. Après discussion avec la responsable du projet et vérification avec la grille d’évaluation de l’ERC, le texte a finalement été traduit en anglais.

Un joli conte illustré pour prendre le point de vue des personnes qui chercheront nos travaux

La rédaction du plan de gestion de données de GRAPH-EAST a été facilitée par plusieurs facteurs :

– La préparation en amont du projet. GRAPH-EAST a été pensé dès le départ par Estelle Ingrand-Varenne dans un esprit de partage et était en parfait accord avec les principes FAIR. L’enjeu était donc uniquement, même si ce n’est pas si simple, de faire les choix techniques nécessaires à leur mise en œuvre.

– L’utilisation d’une base de données commune à toute l’équipe de recherche. L’utilisation d’un outil centralisant toutes les données du projet facilite leur harmonisation et leur gestion. Le choix d’un SGBD libre, Heurist, a en outre permis l’utilisation d’un format de fichier de base de données à la fois ouvert et pérenne.

– L’utilisation des outils de la TGIR Huma-Num. Spécialisée dans l’accompagnement numérique des laboratoires en sciences sociales, Huma-Num est bien reconnue au niveau européen et propose une large offre de service parfaitement adaptée à de nombreux programmes de recherche et respectant les principes FAIR. Leur utilisation facilite donc aussi bien la mise en œuvre des projets que la rédaction des PGD. Outre l’hébergement de notre base de données par Huma-Num, nous avons choisi un partage de la documentation interne à l’équipe dans leur outil ShareDocs, et une diffusion des images avec Nakala.

– Le facteur humain. L’excellente communication entre les deux personnes impliquées a beaucoup contribué au bon déroulement du processus.

Au final, la préparation de ce plan de gestion de données aura pris environ un mois, ce qui reste raisonnable pour un projet de 5 ans. Elle a contribué à mettre la méthodologie de la recherche au cœur de la mise en place du projet et à mieux se rendre compte de la masse documentaire à gérer. Concrètement, elle a par exemple permis de mieux anticiper les licences d’utilisation des images produites par ou pour l’équipe. Elle a également été l’occasion d’affiner le planning de la diffusion des corpus qui seront édités : elle sera faite au fur et à mesure, plutôt que regroupée en fin de projet. La rédaction du PGD de GRAPH-EAST a donc été une expérience utile, à la fois pour le projet et pour les personnes qui s’en empareront à l’avenir, mais aussi pour la préparation de futurs projets de recherche : ce qui a été appris sur la gestion de données facilitera et accélèrera le développement de prochains programmes scientifiques.  

Quand Graph-East se frotte à l’archéologie expérimentale

Graph-East vient de vivre son premier week-end d’atelier de taille de pierre. Thierry Gregor, spécialiste des techniques de taille de pierre dans l’Antiquité et le Moyen Âge, nous a généreusement ouvert les portes de son atelier – et de sa maison  – pour une immersion totale dans les aspects matériels et pratiques de l’épigraphie. Habitués à accéder au passé par un apprentissage théorique et spéculatif, un groupe de jeunes chercheurs (Clément Dussart, Savvas Mavromatidis, Hasan Sercan Sağlam, Yaroslav Stadnichenko et Maria Aimé Villano) s’est plongé dans l’expérience remarquable de prendre en mains les outils, travailler les matériaux et s’initier aux techniques. Samedi matin, Thierry nous a présenté les différents types d’outils utilisés au Moyen Âge : scies, maillets, broches, forets et ciseaux. Les outils n’étaient pas présentés sous forme de dessins ou de photographies, ils étaient là, en chair et en os, pour que nous puissions les prendre, comparer leurs poids, leurs couleurs, leurs textures et même les utiliser. On nous a ensuite montré les différentes sortes de pierres, calcaires, marbres et granits, que nous avons pu toucher, peser et “jouer” afin d’entendre le son que les différents matériaux émettent lorsqu’on les frappe. Plus tard, Thierry nous a fourni de petits blocs de calcaire et nous a proposé de passer à l’acte. Quelle découverte ! Pour la première fois, peut-être, nous avons réalisé à quel point il est difficile d’utiliser efficacement les outils, d’effectuer des mouvements qui correspondent à nos intentions, de composer avec la fatigue, la poussière et les positions inconfortables. Plus encore, lorsque le dimanche matin, nous avons troqué la pierre calcaire contre le marbre, un matériau beaucoup plus dur. Comment ne pas nous rappeler les belles inscriptions (et sculptures) que nous avons vues tout au long de nos études, en admirant encore plus la dextérité et la créativité de ces hommes et femmes qui les ont créées ! Et comment ne pas reconnaître le niveau de technique et de savoir-faire requis pour transformer, au prix de nombreuses heures de travail, un bloc de pierre brute extrait de la carrière en une œuvre digne de passer à la postérité. Même les inscriptions que nous aurions peut-être autrefois qualifiées avec arrogance de « laides », pourraient désormais mériter une certaine clémence si nous les comparons aux tentatives les plus abouties qui sont sorties de nos mains durant ces deux jours. 

Grâce à Thierry, nous avons également découvert l’importance de l’étude des traces laissées par les outils, qui offrent des informations significatives dans nos recherches, notamment lorsqu’il s’agit de spéculer sur les chronologies et les techniques.

Enfin, ce week-end nous a également donné l’occasion de rencontrer nos réalisateurs préférés, Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk, qui continuent à travailler sur la série documentaire, ainsi que notre talentueuse photographe Eva Avril qui nous a accompagnés tout au long du voyage.

En résumé, bien qu’infructueux en termes de résultats esthétiques – en ce qui concerne nos tentatives de gravure d’inscriptions –, l’atelier nous a apporté, de manière expérimentale, un éclairage précieux sur nos sujets, mettant à contribution tous nos sens pour proposer un ensemble de connaissances complètement différent. Merci encore Thierry!

When Graph-East takes on experimental archaeology

Graph-East has just had its first weekend stone-cutting workshop. Thierry Gregor, a specialist in stone cutting techniques in Antiquity and Middle Ages, generously opened the doors of his workshop – and his home – for us to have a full immersion into the material and practical aspects of epigraphy. Accustomed to accessing to the past through theorical and speculative learning, a group of young researchers (Clément Dussart, Savvas Mavromatidis, Hasan Sercan Sağlam, Yaroslav Stadnichenko et Maria Aimé Villano) plunged into the remarkable experience of touching with hand the tools, the materials and the techniques. Saturday morning Thierry introduced us to the different kinds of tools that were used in Middle Ages: a variety of saws, hammers, pikes, drills and chisels. The tools were not displayed in drawings of photographs, they were there, in the flesh, so we could see their dimensions in comparison, their weigh and their actual colours and textures. We were then shown the different kinds of stones, limestones, marbles and granites, that we could touch, weigh and “play” so we could hear the sound that different materials emit when hit. At a later time, Thierry provided us with small blocks of limestone and proposed us to experiment with the tools. What a discovery! Perhaps for the first time, we realized how difficult it is to effectively use the tools, to perform movements that correspond to our intentions, to deal with fatigue, with dust, and with uncomfortable positions. Even more, when on Sunday morning we swapped limestone for marble, a much harder material. How not to evoke to our minds the beautiful inscriptions (and sculptures) we have seen throughout our studies, admiring even more the dexterity and creativity of those men and women that created them! And how not to acknowledge the level of technology and know-how implied in the tools and in the people capable of transforming, through many hours of work, the rough stone dwelling in a quarry into a significant object. Even the inscriptions that perhaps we would have once arrogantly called “ugly”, might deserve some mercy from now on, when compared to the best attempts we could do, during our workshop.

Thanks to Thierry we have also discovered the value of the traces left by the tools, which offer significant pieces of information to our research, in particular when speculating about chronologies and techniques.

Last but not least, this weekend also gave us the opportunity of meeting our favourite film makers, Philippe Kern and Stéphane Kowalczyk, who continue working on the documentary series, and our gifted photographer Eva Avril who accompanied us all the way.

To sum up, although unsuccessful in terms of aesthetical results – as far as our attempts at carving inscriptions are concerned –, the workshop provided us with precious insight on our subjects, in an experimental way, capable of activating both the senses and a completely different set of knowledge. Merci Thierry!

Webinar “Epigraphic Transmissions”

The SEMPER seminar on writing outside the manuscript world resumes this year as a transversal webinar, bringing together all the epigraphy research projects linked to the CESCM (the CIFM/Titulus, CARMECA, IGAMA, the ERC GRAPH-EAST), in partnership with the CRFJ Jerusalem. Nine sessions will take place between October 2021 and June 2022, one per month, around the theme “Epigraphic Transmissions”.

“Transmitting a message to the widest possible audience” is one of the functions of inscription. But what does this transmission consist of? What is it about and what does it involve? To speak of “epigraphic transmissions” makes it possible to question the idea not of permanence, which erases the relationship to time, but of continuity, which integrates the upheavals of history, the variations of interpretations, the transformations of the support. The continuous use of writing forms such as the capital (understood in the sense of a large letter placed in a bilinear system), the recurrence of certain funerary formulas that cross the Middle Ages and are still used in our modern languages, or the intentional material replacement of a stone inscribed in a wall, are three of the most obvious examples of the duration conveyed by the inscription. This continuity takes place through the passing on (trans-); it is inscribed in a temporal and/or spatial chain. It implies a movement, as shown by the cartography of epigraphic formulas in Europe or the transfers between East and West. It also puts forward the intermediaries who participate in this mesh, even this spiral.

Beyond the content and form of a message, the epigraphic text is also a trajectory, an itinerary in time, that of the history of its transmission on other media than its own support. Since the Middle Ages, inscriptions have been copied into manuscripts; in the 16th-17th centuries, printers redoubled their originality in order to faithfully reproduce and display these monumental texts; drawings, stamping, the first photographs in the mid-19th century, up to photogrammetry today, are all part of this transmission work. The work of publishing – because the publisher is a “passer” – must also be questioned.

This webinar will therefore be an opportunity, through this transversal theme, to collectively question the object of “inscription” as much as the history of the discipline of epigraphy itself, the staging of the work of history as a methodology in action, to borrow an expression from Étienne Anheim (Le travail de l’histoire).

The 9 sessions from October 2021 to June 2022 will take place with the same link Zoom below :

https://us02web.zoom.us/j/89842541808?pwd=c0hyQ1o4OVR6OXFuZ0hHOU1vQmRKQT09

(ID de réunion : 898 4254 1808 ; Code secret : 013157)

Program until the end of 2021

  • Thursday, October 14, 10am-12pm: Elisabetta Scirocco (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)« Dinamiche di ‘trasmissione epigrafica’ nella badia benedettina di Cava de’ Tirreni (Salerno): tradizione e creazione di una memoria monumentale ». Moderator: Maria Villano.
  • Thursday, November 25, 2-4pmJean-Baptiste Javel (IRAMAT CRP2A, Université Bordeaux Montaigne) et Thierry Grégor (CESCM, Université de Poitiers), « La basilique Saint-Eutrope de Saintes : Étude technique de deux inscriptions inédites »
  • Thursday, December 16, 2-4pm: Michele Bacci (Université de Friburg, Suisse), « Les graffitis de la Nativité de Bethléem, l’édition du manuscrit de Emérico Vicente Juhász, Pinturas y grafitos. Basílica de la Natividad en Belén (Milan: Edizioni Terra Santa, 2021) ». Moderators: Clément Dussart and Estelle Ingrand-Varenne.
  • Thursday, January 13, 10am-12pm: Antonino Tranchina (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome), « Ways of Indexicality. Graffiti and the Staging of the Sacred across the Norman South »
  • Thursday, February 17, 10am-12pm: Cécile Treffort (CESCM, Université de Poitiers), « La transmission manuscrite de la poésie épigraphique carolingienne »
  • Thursday, March 17, 10am-12pm: Vincent Debiais (EHESS, Paris), « Transmettre l’inscription par l’inscription : copier, refaire, augmenter les textes funéraires (Espagne, Empire, XIIIe-XVIe siècle) »
  • Thursday, April 9, 10am-12pm: Morgane Uberti (Universidad Complutense, Madrid), « Transmettre le temps : la date inscrite, entre temporalité et figure de l’histoire (Antiquité tardive, Moyen Âge) »
  • Thursday, May 19, 10am-12pm: Susanne Thürigen (GERMANISCHES NATIONALMUSEUM- Leibniz-Forschungsmuseum für Kulturgeschichte)
    « Objects that talk. Inscriptions on early modern table clocks »
    Moderator: Rachel Carslile (PhD candidate, Department of Art History, Florida State University)
  • Thursday, June 9, 10am-12pm: Rafał Quirini-Popławski (Jagiellonian University in Kraków), « Mission impossible between an inscription, a coat of arms and an ornament. The issue of assigning a “cultural identity” to the stone slabs in the late medieval Crimea »
    Moderator: Sercan Saglam (Post-doc member of Graph-East)

For more information: estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

The inscriptions in the Nativity Church of Bethlehem

Lecture Epigraphik in der Hollandstraße, 12 October 2021, 5:00 pm

Epigraphic Writing in the Nativity Church of Bethlehem. Case study of the ERC GRAPH-EAST, by Estelle Ingrand-Varenne

Seizing the opportunity to bring together people in a way not geographically feasible in normal times, the lecture will be given as a Zoom meeting. Even a larger online attendance should not affect a free-for-all discussion, the floor being opened for comments and questions by all participants.
If you are planning to attend the lecture, please register via an email to
andreas.rhoby@oeaw.ac.at.
Those who have registered will receive an email with the Zoom link on the 11th.
We are keen to make the talk available to a broad audience, so please feel free to share the invitation with anyone you think might be interested.
We look forward to welcoming a large audience!

Writing in the Nativity Church of Bethlehem

CONTACT:
Andreas Rhoby
andreas.rhoby@oeaw.ac.at

 

La série documentaire

Parce que le travail de l’historien et de l’historienne est aussi de transmettre à un large public le fruit de ses découvertes, l’équipe GRAPH-EAST a été suivie sur le terrain par deux vidéastes, Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern, lors de la mission en Chypre en juillet 2021. La série documentaire peut être visionnée sur la chaîne YouTube du projet, n’hésitez pas à vous abonner :

Emmener le spectateur sur le terrain, c’est vulgariser l’histoire comme recherche, au moment où les hypothèses se construisent, où les expertises se confrontent, où les doutes surgissent également. C’est donc moins un résultat qui est proposé dans cette série documentaire qu’un processus : la recherche épigraphique à l’œuvre.

Au fil des épisodes et des dix jours de mission, l’équipe se construit, grâce aux compétences diverses et complémentaires de chacun, la méthodologie fait ses preuves, chaque inscription – sur pierre essentiellement – est étudiée sous toutes ses coutures, mesurée, photographiée, dessinée, transcrite… De Nicosie à Larnaca, en passant par Limassol, Kiti, Kivisili et Pyrga, les contacts avec les chercheurs locaux se nouent, les échanges avec les gardiens des clés et le clergé sur place enrichissent les perspectives. Enfin, les acteurs se livrent aussi sur leur métier, leur passion, leur rapport au travail et à la recherche, qu’on soit chercheur, doctorant, postdoc ou photographe. Bref, une petite tranche de vie du projet GRAPH-EAST qui n’en est qu’à ses débuts.

Le spectateur est lui-même invité à devenir acteur, en prenant conscience de ce patrimoine, souvent fragile comme les graffitis dans les châteaux et les églises, conservé dans de médiocres conditions par l’exposition aux intempéries, parfois en péril réel. En changeant le regard et en faisant parler les pierres inscrites, il s’agit de sensibiliser pour mieux protéger.   

Les acteurs par ordre alphabétique : Vladimir Agrigoroaei, Eva Avril, Clément Dussart, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Savvas Mavromatidis, Maria Villano.  

Et la voix et l’œil derrière les images :  Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk.

Retour en images sur le workshop Epigraphic Writing

Un grand merci à Robert Kool (IAA) pour la co-organisation de ces deux journées d’études,  l’une au CRFJ l’autre sur le terrain dans la vieille ville de Jérusalem, à Clément Dussart pour la visite de l’église du Saint-Sépulcre à travers ses graffitis de pèlerins à la fin du Moyen Âge, au père Pol Vonck pour avoir ouvert les portes des réserves lapidaires de Sainte-Anne, au père Eugenio Alliata (ofm) pour avoir sorti des réserves du Terra Sancta Museum l’inscription de Lambert, tanneur d’Acre au XIIe siècle, aux collègues et étudiants qui ont nourri les riches discussions.

Many thanks to Robert Kool (IAA) for the co-organisation of these two study days, one at the CRFJ and the other in the field in the old city of Jerusalem, to Clément Dussart for the visit of the Church of the Holy Sepulchre through its pilgrims’ graffiti at the end of the Middle Ages, to Father Pol Vonck for having opened the doors of the storage room of Sainte-Anne, to Father Eugenio Alliata (ofm) for having brought out from the storage of the Terra Sancta Museum the inscription of Lambert, tanner of Acre in the 12th century, to the colleagues and students who nourished the rich discussions.

     

Plongée dans l’univers pictural d’Abu Gosh

Située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem, l’église fut construite par les Hospitaliers quand ils obtinrent le terrain en 1141 (selon l’opinion la plus partagée) sur le lieu baptisé Fontenoid. Cette église de pèlerinage commémorant l’apparition du Christ à Emmaüs, relatée dans l’évangile de Luc, 24, 13-35, a été bâtie en surélevant les parois d’une citerne romaine sur deux niveaux superposés : une église basse (sorte de crypte incluse dans le réservoir lui-même) et une église haute qui comporte trois nefs voûtées d’arêtes se terminant vers l’est par une abside flanquée de deux absidioles, toutes les trois voûtées en cul-de-four.

L’église conserve l’ensemble de peintures murales le plus complet qui ait subsisté du Royaume latin de Jérusalem. Commande passée par les Hospitaliers à des artistes byzantins (sans doute au nombre de deux), ces peintures ont dû être réalisées dans les deux dernières décennies du règne de Manuel Ier Comnène (1143-1180). De nombreux rapprochements ont été établis entre ces peintures et celles de l’église Saint-Pantéleimon de Nérézi en Macédoine, fondée en 1164 par Alexis Ange Comnène, petit-fils de l’empereur Alexis Ier. À Abu Gosh, les peintures prennent place dans la moitié orientale, sur les parois, les voûtes et les piliers, et utilisent largement la technique picturale « à fresque » avec des finitions à sec.

Le programme iconographique fait montre d’une grande originalité. Le thème commun à l’ensemble est la résurrection du Christ, qui fait référence à l’apparition de Jésus vivant à Emmaüs, mais aussi à la volonté de l’Ordre de l’Hôpital de resserrer la proximité avec la figure du Christ ressuscité, tout en s’adressant également aux chrétiens locaux qui fréquentaient l’édifice paroissial. L’ensemble épigraphique est riche de 17 inscriptions, essentiellement sur les peintures murales, où le grec alterne avec le latin à l’instar des ensembles bilingues de la Nativité de Bethléem et du Saint-Sépulcre à Jérusalem, mais aussi sur pierre, notamment avec un graffiti arabe récemment découvert.

Avec la prise de Jérusalem par Saladin en 1187, l’église fut abandonnée aux musulmans, puis revint sans doute aux Francs entre 1229 et 1244. Sept siècles plus tard, l’empire ottoman en fit cadeau à la France, elle devint domaine national français en 1873. Il s’agit aujourd’hui d’un monastère bénédictin sous le vocable Sainte-Marie-de-la-Résurrection. De nombreuses restaurations furent entreprises au cours des deux derniers siècles (1902-1907, 1950, 1995, 2000-2001).

Pour avoir un petit aperçu du riche ensemble épigraphique d’Abu Gosh, en attendant la parution du corpus des inscriptions du Royaume latin de Jérusalem :

Pour aller plus loin :

Une étude magistrale dirigée par Jean-Baptiste Delzant fait désormais le point sur les fresques de l’église et 850 ans d’histoire du site : Delzant Jean-Baptiste dir., L’église d’Abu Gosh : 850 ans de regards sur les fresques d’une église franque en Terre sainte, Paris : Tohubohu éditions/Archimbaud éditeur, 2018.

Deux nouveaux articles, parus après cet ouvrage, peuvent également être signalés :

  • Rachel Ouizemann, « Between conservation and restoration : the wall paintings in the church of the Crusaders in Abu Gosh and the authentication of the site as Emmaus », Byzantinische Zeitschrift, vol. 112, n. 3, 2019, p. 935-958.
  •  Gil Fishhof, « The Meanings of Byzantium: The Church of Abu-Ghosh (Emmaus) and the Meanings of Byzantine Pictorial Language in the Latin Kingdom of Jerusalem », Convivium, 2020, vol. 7, iss. 2, p. 15-34.

Workshop 30/06-1/07: Epigraphic Writing in the Latin Kingdom of Jerusalem

Epigraphic Writing on Monuments, Objects, Seals and Coins

in the Latin Kingdom of Jerusalem

Jerusalem, June 30 – 1st of July, 2021

Co-organized by. E. Ingrand-Varenne (CNRS/CRFJ) and R. Kool (IAA)

 

Program

Wednesday 30th June (CRFJ) Israel Time

9:00 Introduction Vincent Lemire (director CRFJ) and Estelle Ingrand-Varenne (CNRS-CRFJ, GRAPH-EAST PI)

9:30 – 10h30 First Session

  • Jonathan Rubin (Bar Ilan University), “Intellectual life in the Latin kingdom of Jerusalem: An Overview”
  • Estelle Ingrand-Varenne (CNRS/CRFJ), “The First Inscriptions in Outremer French in Acre”
  • Robert Kool (Archaeological Research Department, IAA): “Lingua, لُغَو يّ and Langue on Coins and Tokens in the 12-13th c. Crusader States

10:30 – 11:00 Coffee Break

11:00 – 11:30 Second Session

  • Iris Shagrir (Open University of Israel), ““Latin Liturgy and Diverse Audience in 12th c. Jerusalem”
  • Liza Lurie (Curator Islamic Art and Archaeology, Israel Museum), “Speaking Objects: Inscribed Textiles from the Israel Museum Collection”

11:30 – 13:30 Discussion

13:30 – 14:30 Lunch

14:30 –15:30 Third Session

  • Clément Dussart (University of Poitiers, CESCM), “Reconsidering Pilgrim Graffiti”
  • Laurent Hablot (EPHE), “Affixing Signs: Forms and Functions of Heraldic Traces and Ex-voto” [Zoom]

15:30 – 16:00 Coffee Break

16:00 – 17:00 Discussion

 

Thursday 1st July

9:00 – 13:00 Field Excursion

Meeting point Jaffa Gate. Sites to visit:

  • Holy Sepulchre (graffiti)
  • Church of Saint Mary of the Latins (the Calendar inscription)
  • Markets (various inscriptions)
  • Terra Sancta Museum storage (inscription of Lambert d’Acre)
  • Church of Saint Anne (inscriptions of the façade, garden and storage)

13:00-14:00 Lunch

14:00-15:00 (CRFJ) Discussion and Conclusion

 

Webinaire 23/06: Préparer la mission de terrain

Qu’on soit épigraphiste, archéologue, ou archéographe, “l’appel du terrain” se fait entendre encore plus fortement en cette année de confinement et restrictions. Une mission de terrain se prépare bien en amont : les objectifs, les acteurs, la liste du matériel, la gestion des données mais aussi la gestion de groupe, sans compter les éléments administratifs (autorisations etc.) et logistiques ; et elle doit aussi inclure la “post-mission” permettant de ne pas perdre d’informations. Cependant, c’est un sujet sur lequel les chercheurs échangent peu, un travail qu’on apprend sur le tas, au fil des années, parfois sans vraiment le questionner, ni le croiser avec les pratiques d’autres disciplines, alors qu’il est souvent similaire. 

Cet atelier, qui aura lieu en ligne mercredi 23 juin, 14h-16h30, propose un retour d’expérience de plusieurs chercheurs, d’horizon divers, sur l’organisation de mission et l’après terrain. Le but est de partager nos méthodes et protocoles, les réussites et les difficultés, échanger nos conseils et astuces, mais aussi nous questionner sur les données produites (fiches de terrain, croquis, photos) et leur devenir (transformation, archivage, propriété etc.).

N’hésitez pas à venir avec vos réflexions et vos questions ! 

Intervenants:

  • Manon Durier (CESCM, GRAPH-EAST)
  • Bertrand Riba (archéologue, chercheur associé à l’IFPO)
  • Carolina Sarrade (archéographe CESCM)
  • et l’équipe GRAPH-EAST

Animatrice : Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CRFJ)

Lien de connexion:
https://us02web.zoom.us/j/84949445157?pwd=WGo5RHltSzJVYWNySVJLdDZnVER4dz09

ID de réunion : 849 4944 5157
Code secret : 456583

Du support à la lettre

Telle une scène de crime, c’est ainsi que Thierry Grégor (Université de Poitiers) a proposé d’observer la pierre gravée lors de l’atelier de réflexion du 19 mai 2021, pour mieux aiguiser notre regard. De fait, tout lapicide ou tailleur de pierre laisse des traces sur la matière qu’il travaille. Infimes ou grossières, elles permettent de retrouver les trois éléments clés de son action : l’outil, le geste et la technique, une trilogie qui n’est pas sans rappeler le titre d’un colloque consacré à l’écriture en 1988 : Le cerveau, l’œil et la main, dirigé par C. SiratJ. IrigoinÉ. Poulle.

Retrouver la captation vidéo en ligne sur la chaîne YouTube du projet

Le processus de transformation de la pierre

Si l’épigraphiste se concentre d’habitude sur l’inscription même, son contenu, son contexte, son environnement, Thierry Grégor propose de remonter le temps et de saisir les étapes techniques et les modes opératoires pour qu’un support lapidaire (calcaire, marbre, granit, grès), extrait de la carrière, devienne une inscription. Les quatre opérations majeures sont 1) la préparation de la pierre, 2) la préparation du champ épigraphique, qui va recevoir l’écriture, 3) la gravure de l’inscription, 4) l’effacement des traces de préparation.

A chaque étape, des outils différents, et par chaque outil, des gestes et postures adaptées : 

  • Les outils à percussion lancée : le pic ou smille, le têtu, le taillant, la polka, la bretture, la boucharde et la patente.
  • Les outils à percussion posée avec percuteur : le ciseau, la gradine, le ciseau grain d’orge, le ciseau bout-rond, le ciseau langue de serpent,  la chasse, la broche, la gouge, le ciseau boucharde et les percuteurs : le maillet et la massette.
  • Les outils à percussion posée sans percuteur : la scie, la sciotte, le racloir, la ripe, la râpe, l’abrasif, le foret.

Chaque outil est unique : d’une part, parce qu’il n’y a pas de fabrication en série au Moyen Âge, mais aussi parce qu’il s’use différemment. Il peut ainsi imprimer ses propres marques d’usure sur la pierre, qui deviennent sa signature.

Les types de gravure sont également variés, suivant le matériau (notamment sa dureté), la mode, les compétences du lapicide ou d’autres facteurs externes. Chacune a des intérêts précis et va entraîner des jeux d’ombre et de lumière différents. On peut en relever au moins 4 :

  • la gravure en creux carrée, par exemple avec un foret, comme sur les voussures de l’église d’Argenton-Château (CIFM I-3, p. 125-126);
  • la gravure en creux et en V : réalisée par une incision profonde ou par percussion latérale, dite “stabbing” ;
  • la gravure en creux par points : ils peuvent reliés entre eux, comme on peut l’observer sur les inscriptions obituaires de l’église de Plaimpied-Givaudins (CIFM 26, n°164: inscription pour Arnoul ci-contre); mais les points peuvent aussi être faits avec un outil pointu percuté.
  • la gravure en relief, comme dans les inscriptions du XVe siècle, dans la crypte de l’église Saint-Eutrope à Saintes.

Références bibliographiques : 

  • R. Grasby, Letter cutting in stone (Oswerty, 1989) ;
  • T. Perkins, The art of letter carving in stone (Ramsbury, 2007) ;
  • A.J. Hibberd, Letter carving, techniques and projects to hone your skills (East Sussex, 2015) ;
  • P. Shaw, The eternal letter: two millennia of the classical roman capital (Cambridge, 2015).
    • Pour l’étude des techniques de taille de pierre : 
  • É. Cunrath, Pierre de taille (Tours, 2007) ;
  • Taille de la pierre. Guide pratique (Paris, 1999) ; Taille de pierre, savoir-faire et techniques (ouvrage collectif des Compagnons du devoir du tour de France) (Paris, 2005) ;
  • V. Aladenise, Technologie de la pierre de taille (Paris, 1991) ;
  • P. Noel, Technologie de la pierre de taille (Paris, 1994) ;
  • Encyclopédie des métiers : la maçonnerie et la taille de pierre (Compagnons du devoir du tour de France) (Paris, 2012), 8 vol.
    • Pour tout ce qui concerne l’outillage de taille de pierre :
  • J.-C. Bessac, L’outillage traditionnel du tailleur de pierre (Paris, 1987).

Vidéo: Thierry Grégor, “Les techniques de sculpture dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge”, extrait du colloque “Classique et Barabe”. La sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles). Du corpus aux humanités numériques

Quelques pistes de travail pour l’ERC: 

Certes, la grande majorité des inscriptions sont en pierre; cependant, un tel travail serait à mener pour chacun des matériaux épigraphiques : la sculpture sur bois, sur os, la peinture murale (pour laquelle en général l’inscription est mise sur la dernière couche), la mosaïque, l’orfèvrerie, l’émaillerie, le vitrail, la broderie/tapisserie etc. La connaissance des procédés/processus techniques de production d’une inscription éclairerait de beaucoup le travail des épigraphistes ; et des rencontres – voire des études en commun – avec les professionnels et les restaurateurs de ces différents secteurs sont à souhaiter.