Du support à la lettre

Telle une scène de crime, c’est ainsi que Thierry Grégor (Université de Poitiers) a proposé d’observer la pierre gravée lors de l’atelier de réflexion du 19 mai 2021, pour mieux aiguiser notre regard. De fait, tout lapicide ou tailleur de pierre laisse des traces sur la matière qu’il travaille. Infimes ou grossières, elles permettent de retrouver les trois éléments clés de son action : l’outil, le geste et la technique, une trilogie qui n’est pas sans rappeler le titre d’un colloque consacré à l’écriture en 1988 : Le cerveau, l’œil et la main, dirigé par C. SiratJ. IrigoinÉ. Poulle.

Retrouver la captation vidéo en ligne sur la chaîne YouTube du projet

Le processus de transformation de la pierre

Si l’épigraphiste se concentre d’habitude sur l’inscription même, son contenu, son contexte, son environnement, Thierry Grégor propose de remonter le temps et de saisir les étapes techniques et les modes opératoires pour qu’un support lapidaire (calcaire, marbre, granit, grès), extrait de la carrière, devienne une inscription. Les quatre opérations majeures sont 1) la préparation de la pierre, 2) la préparation du champ épigraphique, qui va recevoir l’écriture, 3) la gravure de l’inscription, 4) l’effacement des traces de préparation.

A chaque étape, des outils différents, et par chaque outil, des gestes et postures adaptées : 

  • Les outils à percussion lancée : le pic ou smille, le têtu, le taillant, la polka, la bretture, la boucharde et la patente.
  • Les outils à percussion posée avec percuteur : le ciseau, la gradine, le ciseau grain d’orge, le ciseau bout-rond, le ciseau langue de serpent,  la chasse, la broche, la gouge, le ciseau boucharde et les percuteurs : le maillet et la massette.
  • Les outils à percussion posée sans percuteur : la scie, la sciotte, le racloir, la ripe, la râpe, l’abrasif, le foret.

Chaque outil est unique : d’une part, parce qu’il n’y a pas de fabrication en série au Moyen Âge, mais aussi parce qu’il s’use différemment. Il peut ainsi imprimer ses propres marques d’usure sur la pierre, qui deviennent sa signature.

Les types de gravure sont également variés, suivant le matériau (notamment sa dureté), la mode, les compétences du lapicide ou d’autres facteurs externes. Chacune a des intérêts précis et va entraîner des jeux d’ombre et de lumière différents. On peut en relever au moins 4 :

  • la gravure en creux carrée, par exemple avec un foret, comme sur les voussures de l’église d’Argenton-Château (CIFM I-3, p. 125-126);
  • la gravure en creux et en V : réalisée par une incision profonde ou par percussion latérale, dite “stabbing” ;
  • la gravure en creux par points : ils peuvent reliés entre eux, comme on peut l’observer sur les inscriptions obituaires de l’église de Plaimpied-Givaudins (CIFM 26, n°164: inscription pour Arnoul ci-contre); mais les points peuvent aussi être faits avec un outil pointu percuté.
  • la gravure en relief, comme dans les inscriptions du XVe siècle, dans la crypte de l’église Saint-Eutrope à Saintes.

Références bibliographiques : 

  • R. Grasby, Letter cutting in stone (Oswerty, 1989) ;
  • T. Perkins, The art of letter carving in stone (Ramsbury, 2007) ;
  • A.J. Hibberd, Letter carving, techniques and projects to hone your skills (East Sussex, 2015) ;
  • P. Shaw, The eternal letter: two millennia of the classical roman capital (Cambridge, 2015).
    • Pour l’étude des techniques de taille de pierre : 
  • É. Cunrath, Pierre de taille (Tours, 2007) ;
  • Taille de la pierre. Guide pratique (Paris, 1999) ; Taille de pierre, savoir-faire et techniques (ouvrage collectif des Compagnons du devoir du tour de France) (Paris, 2005) ;
  • V. Aladenise, Technologie de la pierre de taille (Paris, 1991) ;
  • P. Noel, Technologie de la pierre de taille (Paris, 1994) ;
  • Encyclopédie des métiers : la maçonnerie et la taille de pierre (Compagnons du devoir du tour de France) (Paris, 2012), 8 vol.
    • Pour tout ce qui concerne l’outillage de taille de pierre :
  • J.-C. Bessac, L’outillage traditionnel du tailleur de pierre (Paris, 1987).

Vidéo: Thierry Grégor, “Les techniques de sculpture dans l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge”, extrait du colloque “Classique et Barabe”. La sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècles). Du corpus aux humanités numériques

Quelques pistes de travail pour l’ERC: 

Certes, la grande majorité des inscriptions sont en pierre; cependant, un tel travail serait à mener pour chacun des matériaux épigraphiques : la sculpture sur bois, sur os, la peinture murale (pour laquelle en général l’inscription est mise sur la dernière couche), la mosaïque, l’orfèvrerie, l’émaillerie, le vitrail, la broderie/tapisserie etc. La connaissance des procédés/processus techniques de production d’une inscription éclairerait de beaucoup le travail des épigraphistes ; et des rencontres – voire des études en commun – avec les professionnels et les restaurateurs de ces différents secteurs sont à souhaiter.    


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.