Jérusalem et les traces graphiques des croisés et pèlerins : les dernières recherches présentées au colloque de l’IAA

Les 19-20 octobre 2022 s’est tenu le 15e congrès annuel sur les nouvelles études archéologiques sur Jérusalem et sa région, organisé par l’Autorité des Antiquités Israéliennes (IAA). Pour la période médiévale, la part belle a été faite aux questions (épi)graphiques. Trois communications se sont attachées à remettre en question certains poncifs tant par l’utilisation de technologie de pointe que par la réinterprétation de certaines sources bien connues (programme : כנס ירושלים 2022 תכנייה למייל (5) (1)).

Les monuments funéraires tels qu’ils apparaissent dans les publications du XVIIe au XIXe s.: A) Cotwyck (1619); B. C. D.) Horn (1724-44); E.) de Vogüé (1860); F.) Smith and Howitt (1857).

Pendant plus de sept cents ans, les monuments des huit premiers dirigeants du Royaume latin de Jérusalem ont trôné dans la nécropole royale qu’était devenu le Saint-Sépulcre au XIIe siècle. Godefroy de Bouillon, mort en 1100, Baudouin Ier en 1118, les deux fondateurs du Royaume et les six autres rois qui leur ont succédé, reposaient au pied du calvaire, derrière l’entrée principale de l’église. Au fil des siècles, ces tombes ont subi plusieurs destructions qui peuvent être résumées par trois jalons chronologiques : le sac de l’église du Saint-Sépulcre par les Khwarezmiens en 1244, le grand incendie de 1808, et les travaux de rénovation et de construction à l’intérieur de l’église au XXe siècle. Mais en quoi ont réellement consisté les dommages ? Qu’est-ce qui a été détruit et quel a été le degré de destruction à chaque étape ? Que reste-t-il aujourd’hui ? Les sources narratives, archéologiques et épigraphiques peuvent sembler contradictoires, tout comme les récits occidentaux et orientaux. De plus, quand il est question des monuments funéraires, il y a souvent une confusion entre les différents éléments qui les constituent (la sépulture, la pierre tombale, l’épitaphe etc.). Or chacun de ces éléments a sa propre “vie”, sa propre histoire. Les copies très précises des épitaphes de Godefroy, Baudouin Ier et Baudouin V réalisées par le Franciscain Observant, Quaresmio, dans son œuvre majeure Terrae Sanctae Elucidatio parue en 1639, ainsi que les dessins d’autres érudits au cours des XVIe-XVIIIe s. (Jean Zuallart, Bernardino Amico, Elzéar Horn, Cornelis de Bruyn, Buck Whaley), montrent avec certitude que les épitaphes, bien qu’endommagées et difficiles à lire, existaient encore en 1808. Le sac de l’église par les Khwarezmiens n’a pas été aussi destructeur pour les tombes que les historiens contemporains semblent le suggérer, du moins pour ces monuments. Cela est confirmé par la présence de plus d’une dizaine de tombes scellées de l’époque des Croisés à proximité immédiate du mausolée royal. Les épitaphes ont disparu en 1808, lorsque les monuments ont été enlevés, leurs fragments enterrés sous le nouveau sol, emportés dans des réserves ou utilisés comme spolia dans la structure rénovée de l’église. L’histoire de ces tombes n’est cependant pas terminée et il faut espérer que les travaux en cours de restauration du pavement de la basilique apporteront plus de lumière sur les tombes royales.

=> Pour lire l’ensemble de l’article: “Surviving Three Cycles of Destruction: The Graves of the Crusader Kings in the Church of the Holy Sepulchre”, Amit Re’em, Estelle Ingrand-Varenne and Ilya Berkovich [en ligne]

Le visiteur qui descend l’escalier pour se rendre à la chapelle Sainte-Hélène (relevant des Arméniens) dans l’église du Saint-Sépulcre est frappé par les centaines de petites gravées sur chaque bloc de pierre. Celles-ci, souvent qualifiées de “graffitis”, ont longtemps été attribuées à des pèlerins croisés.

Photo tirée de la collection d’archives britanniques du musée Rockefeller. L’ancien autel de l’abside sud recouvert de croix gravées.

Les récentes restaurations (mai 2019) de la chapelle ont pu donner accès au mur de l’abside, lui aussi couvert de croix, et permis l’utilisation de technologies d’imagerie diverses et complémentaires :  la photographie 2Dpanoramique à haute résolution de type gigapixel, la photogrammétrie 3D, la stéréophotographie photométrique, la RTI notamment. Le relevé a mis en évidence l’uniformité des croix, la régularité de leur forme et dimension, l’homogénéité de leur technique; il a également permis de découvrir plusieurs inscriptions latines accompagnées d’armoiries datant des XVe et XVIe s. et une trentaine d’inscriptions arméniennes. La chronologie, la typologie et la stratigraphie des incisions ont pu être établies et démontrent que l’ensemble date des derniers siècles du Moyen Âge voire pour certaines des XVIIe et XVIIIe s. Les croix n’ont pas été réalisées au hasard par différents pèlerins, mais relevaient d’une action rituelle et d’une pratique institutionnelle établie sous le contrôle du clergé arménien local, sans doute en lien avec la tradition de la découverte de la Vraie Croix tout près. Si les signes graphiques de la chapelle Sainte-Hélène contrastent fortement avec les graffitis personnels incontrôlés et désordonnés réalisés par les pèlerins à la façade par exemple, ils participent du même désir de laisser une trace physique sur les murs des lieux saints, et peut-être d’une “industrie des souvenirs de pèlerins” comme le propose W. Purkis.

=> L’article Historical Archaeology of Medieval Pilgrimage: Dating the “Walls of the Crosses” in the Holy Sepulchre Chapel of St. Helena“, d’Amit Re’em, Moshe Caine, Doron Altaraz and Yana Tchekhanovets, est disponible  en ligne.

Photo de la salle du Cénacle réalisée au début du XXe s. par l’American Colony (Jerusalem). G. Eric et Edith Matson Photograph Collection; en ligne.

Le dernier focus épigraphique portait sur les inscriptions et symboles héraldiques du Cénacle, identifié comme le lieu de la dernière Cène. Un des rares vestiges de l’église Sainte-Marie du Mont Sion, l’un des plus importants sanctuaires du Royaume latin, la salle supérieure fut construite dans la seconde moitié du XIIe s. en style gothique.

Sous le plâtre qui recouvrait les murs jusqu’aux restaurations menées en 1995, une quarantaine de graffitis en différentes langues ont été découverts. L’ensemble des parois a été photographié en RTI et les traces graphiques, qu’elles soient gravées, peintes ou tracées au charbon, analysées. La majorité des graffitis date de la période ottomane et non de l’époque mamelouke, durant laquelle les Franciscains occupaient les lieux ; ceux-ci arrivèrent en 1332 et furent chassés en 1534. L’écriture latine est présente avec les mentions de pèlerins suisse (tel Adrian Ier ou II von Bubenberg au XVe s.), tchèque, d’Espagne, d’Italie ou encore de Malte, mais elle n’est pas majoritaire on relève aussi des traces de voyageurs des Balkans (grecs orthodoxes) et des Arméniens, et surtout des graffitis arabes. Ceux-ci sont essentiellement le fait de chrétiens locaux (41%), les graffitis islamiques représentant moins de 10%.

=> “Inscriptions and Heraldic Symbols from the Cenacle on Mount Zion: Material Evidence of Christian Pilgrimage in Mamluk Jerusalem”, Michael Chernin, Shai Halevi, Samvel Grigoryan and Arsen Harutyanyan [en hébreu, en ligne]

Ce rapide compte-rendu montre la place nouvelle acquise par les “graffitis” aux yeux de l’archéologie, la conscience de leur intérêt comme source historique, et l’urgence de leur sauvegarde sur un plan patrimonial. En devenant “objet archéologique” de plein droit, quatre nouvelles questions se posent : l’exhaustivité des relevés (et non plus les plus belles traces), les moyens techniques avancés pour faire ces relevés, leur restauration et leur conservation. Si les deux premières sont bien développées comme le montrent les recherches menées par l’IAA à Jérusalem, les deux dernières sont plus difficiles à mettre en place et sont le vœu conclusif de chacun des articles.

[Image en tête: Photo des travaux de restauration au Saint-Sépulcre, entre 1934 et 1939, faite par l’American Colony (Jerusalem). G. Eric et Edith Matson Photograph Collection. En ligne]



Cite this blog post
Estelle Ingrand-Varenne (2022, October 23). Jérusalem et les traces graphiques des croisés et pèlerins : les dernières recherches présentées au colloque de l’IAA. ERC GRAPH-EAST. Retrieved February 28, 2024, from https://doi.org/10.58079/5qs

One Reply to “Jérusalem et les traces graphiques des croisés et pèlerins : les dernières recherches présentées au colloque de l’IAA”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search