Plongée dans l’univers pictural d’Abu Gosh

Située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem, l’église fut construite par les Hospitaliers quand ils obtinrent le terrain en 1141 (selon l’opinion la plus partagée) sur le lieu baptisé Fontenoid. Cette église de pèlerinage commémorant l’apparition du Christ à Emmaüs, relatée dans l’évangile de Luc, 24, 13-35, a été bâtie en surélevant les parois d’une citerne romaine sur deux niveaux superposés : une église basse (sorte de crypte incluse dans le réservoir lui-même) et une église haute qui comporte trois nefs voûtées d’arêtes se terminant vers l’est par une abside flanquée de deux absidioles, toutes les trois voûtées en cul-de-four.

L’église conserve l’ensemble de peintures murales le plus complet qui ait subsisté du Royaume latin de Jérusalem. Commande passée par les Hospitaliers à des artistes byzantins (sans doute au nombre de deux), ces peintures ont dû être réalisées dans les deux dernières décennies du règne de Manuel Ier Comnène (1143-1180). De nombreux rapprochements ont été établis entre ces peintures et celles de l’église Saint-Pantéleimon de Nérézi en Macédoine, fondée en 1164 par Alexis Ange Comnène, petit-fils de l’empereur Alexis Ier. À Abu Gosh, les peintures prennent place dans la moitié orientale, sur les parois, les voûtes et les piliers, et utilisent largement la technique picturale « à fresque » avec des finitions à sec.

Le programme iconographique fait montre d’une grande originalité. Le thème commun à l’ensemble est la résurrection du Christ, qui fait référence à l’apparition de Jésus vivant à Emmaüs, mais aussi à la volonté de l’Ordre de l’Hôpital de resserrer la proximité avec la figure du Christ ressuscité, tout en s’adressant également aux chrétiens locaux qui fréquentaient l’édifice paroissial. L’ensemble épigraphique est riche de 17 inscriptions, essentiellement sur les peintures murales, où le grec alterne avec le latin à l’instar des ensembles bilingues de la Nativité de Bethléem et du Saint-Sépulcre à Jérusalem, mais aussi sur pierre, notamment avec un graffiti arabe récemment découvert.

Avec la prise de Jérusalem par Saladin en 1187, l’église fut abandonnée aux musulmans, puis revint sans doute aux Francs entre 1229 et 1244. Sept siècles plus tard, l’empire ottoman en fit cadeau à la France, elle devint domaine national français en 1873. Il s’agit aujourd’hui d’un monastère bénédictin sous le vocable Sainte-Marie-de-la-Résurrection. De nombreuses restaurations furent entreprises au cours des deux derniers siècles (1902-1907, 1950, 1995, 2000-2001).

Pour avoir un petit aperçu du riche ensemble épigraphique d’Abu Gosh, en attendant la parution du corpus des inscriptions du Royaume latin de Jérusalem :

Pour aller plus loin :

Une étude magistrale dirigée par Jean-Baptiste Delzant fait désormais le point sur les fresques de l’église et 850 ans d’histoire du site : Delzant Jean-Baptiste dir., L’église d’Abu Gosh : 850 ans de regards sur les fresques d’une église franque en Terre sainte, Paris : Tohubohu éditions/Archimbaud éditeur, 2018.

Deux nouveaux articles, parus après cet ouvrage, peuvent également être signalés :

  • Rachel Ouizemann, « Between conservation and restoration : the wall paintings in the church of the Crusaders in Abu Gosh and the authentication of the site as Emmaus », Byzantinische Zeitschrift, vol. 112, n. 3, 2019, p. 935-958.
  •  Gil Fishhof, « The Meanings of Byzantium: The Church of Abu-Ghosh (Emmaus) and the Meanings of Byzantine Pictorial Language in the Latin Kingdom of Jerusalem », Convivium, 2020, vol. 7, iss. 2, p. 15-34.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.