Coup d’œil sur l’expo Bethlehem Reborn au CESCM

Le weekend du 14 et 15 octobre, dans le cadre de la Fête de la science, et à l’issue d’une journée d’études sur les graffitis médiévaux de Marmande à Bethléem, le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers a eu l’honneur d’accueillir l’exposition unique sur le processus de restauration de la basilique de la Nativité à Bethleem en 2013–2020 « Bethleem Reborn : les merveilles de la Nativité » créée par l’entreprise de restauration italienne Piacenti S.p.A. et organisée à Poitiers avec l’aide de l’équipe Graph-East.

Au cours des mois précédents, elle a été montrée à Florence, à Paris (au siège de l’UNESCO), à Vienne (à l’office de l’ONU), à Genève (au siège du Conseil œcuménique des Églises). Elle est actuellement à Washington. L’exposition raconte l’histoire de la basilique depuis Constantin jusqu’à aujourd’hui, les étapes de fouilles archéologiques et de restauration, en particulier de ses mosaïques murales et ses colonnes réalisées au cours de la seconde moitié du 12e siècle, au temps du Royaume latin de Jérusalem, et de ses résultats vraiment merveilleux.

Un septième ange a, par exemple, été découvert sur les murs de la nef par les restaurateurs. Les mosaïques actuellement cachées par les planches de bois au sol, réalisées au temps de l’empereur Constantin, n’ont pas été oubliées non plus, et leur superficie totale a été agrandie, car les nouveaux fragments ont été nettoyés. Il faut noter que, uniquement grâce à cette restauration, la basilique de la Nativité a été enlevée de la liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO en 2019.

L’exposition est richement illustrée tant par les photos et dessins que par les citations des différents pèlerins des pays divers ayant visité la basilique au fil des siècles et ayant décrit les périodes de sa splendeur ainsi que de son déclin. Les visiteurs avaient également la possibilité de regarder une courte vidéo filmée sur place montrant le travail des restaurateurs en action. Lors de l’exposition, les représentants de l’entreprise Piacenti (Marcello Piacenti, responsable du projet ; Alessandro Fichera, archéologue et directeur de l’exposition ; Elisa Frosini, archéologue et restauratrice) étaient présents afin de répondre à toutes les questions possibles et de raconter les histoires différentes, par exemple, comment ils avaient réussi non seulement à restaurer les peintures sur les colonnes de la nef, mais aussi à conserver ses graffitis laissés par les pèlerins médiévaux au niveau inférieur à hauteur d’homme, et comment ils avaient réussi à ne pas inciter les pèlerins contemporains à suivre l’exemple de leurs prédécesseurs ou au moins à ne pas laisser leurs graffitis sur les colonnes, mais sur un tissu spécial.

Quant aux graffitis médiévaux, Clément Dussart, membre de l’équipe Graph-East spécialiste à ce sujet, n’a pas refusé de commenter l’exposition non plus. Au total, pendant deux jours, l’exposition a été visitée par autour d’une centaine de personnes, ce qui est sans doute un succès vu qu’elle a été située loin du Palais des ducs d’Aquitaine où la partie principale de la Fête de la science avait lieu. L’équipe Graph-East souhaite renouveler cette expérience, cette fois pour une période plus étendue, dans un nouveau lieu d’accueil. En attendant, il est possible de voir une version virtuelle de l’exposition sur le site web https://bethlehemreborn.com/ (uniquement disponible en anglais pour le moment).

Clichés : Lisa-Oriane Crosland/CESCM.



Cite this blog post
yaroslavstadnichenko (2023, November 11). Coup d’œil sur l’expo Bethlehem Reborn au CESCM. ERC GRAPH-EAST. Retrieved February 28, 2024, from https://doi.org/10.58079/5r3

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search