Retour sur le colloque Signes graphiques à la Nativité de Bethléem

Seize mois après le lancement de GraphEast, ce colloque sur les Signes graphiques de l’église de la Nativité de Bethléem au Moyen Âge a constitué une étape importante du projet. Ce sanctuaire construit sur le lieu présumé de la naissance du Christ est un site épigraphique unique, en termes de richesse et de complexité, sur les dix pays de la Méditerranée orientale étudiés. Il fournit un laboratoire pour réfléchir aux signes graphiques médiévaux dans les lieux saints

Cette complexité est le fruit de son histoire, de sa longévité et de sa conservation. La basilique est en effet le seul bâtiment religieux pré-musulman à avoir survécu intact, avec sa forme du VIe siècle, en Palestine jusqu’à aujourd’hui. Si des zones significatives de la décoration du XIIe siècle ont survécu, ce sont les restaurations menées de 2013 à 2020, après l’inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012 et son classement en urgence sur la liste du patrimoine en péril, qui ont permis de révéler la beauté exceptionnelle du décor intérieur. Les travaux de restauration, allant du sol au plafond, ont même pris en compte les graffitis, quoique de justesse. Ils ont également relancé les recherches sur ce lieu saint :

Avec au moins 55 inscriptions en caractères latins conservées ou connues par les récits de pèlerinage et de voyageurs, ainsi que des centaines de graffitis depuis le VIe siècle en plusieurs langues et écritures, ce sanctuaire offre à la vue et la réflexion un enchevêtrement graphique resté inexploré. Nombre de graffitis sont encore inédits, leur connaissance est très partielle et aucune vision globale n’était à ce jour envisageable. C’était le défi de ces trois jours de colloque que de lancer les premiers jalons d’une collaboration internationale. Ainsi, deux des objectifs de GraphEast étaient mis à l’épreuve : 1) réunir inscriptions et graffitis pour proposer une histoire graphique au long cours, dépassant les catégories et les cloisonnements ; 2) proposer une histoire connectée des épigraphies, latine, grecque, syriaque, arabe, arménienne etc., ce qui suppose un vocabulaire et une méthodologie commune. 

L’expression générale “signes graphiques” a permis de questionner à nouveaux frais les appellations quelque peu “fourre-tout” d’inscriptions et de graffitis, grâce à Carlo Tedeschi. Celui-ci a notamment montré les deux grandes tendances de la pratique du graffiti au Moyen Âge, tant sur le plan chronologique que typologique. Si du VII au XIIe s., les graffitis à fonction cultuelle, liturgique, nécrologique, funéraire forment l’essentiel de ce type d’écrits dans les lieux de culte, au XIIIe s. se produit un changement profond qui touche la langue et la fonction mémorielle du texte. Le changement dans la réalisation et la perception de ces messages graphiques a également été illustré par la présentation de Marcello Piacenti sur les restaurations de la Nativité. Lors du lancement du projet en 2012, les graffitis n’avaient pas été pris en compte, car ils n’étaient pas considérés comme faisant partie de l’église. Une prise de conscience a eu lieu au moment de nettoyer les colonnes; la restauration de graffitis est un vrai changement de mentalités, qui doit désormais être diffusé dans les écoles de restauration.

Parler de “signes graphiques” n’était cependant pas une simple stratégie d’évitement, mais avait pour but d’intégrer dans la réflexion les signes héraldiques, emblématiques, avec l’intervention de Laurent Hablot, et les signes iconographiques, souvent inséparables des traces alphabétiques.  La Nativité de Bethléem est un exemple de l’emblématisation de l’espace sacré observée en Occident à travers la prééminence et les marquages votifs dans la seconde moitié du Moyen Âge. Ces signes étaient faits pour être apposés plus que pour être exposés; si certains peuvent marquer un lignage, une famille, donc un collectif, les cimiers monumentaux étaient des marques personnelles, très attachées à un individu en particulier.  

Comment étaient réalisés ces signes emblématiques et alphabétiques ? A partir des graffitis lapidaires en latin, arabe et arménien de la basilique, Thierry Grégor a analysé les types d’outils, de techniques et de compétences requis. Certains textes gravés dans la pierre, comme d’autres en peintures ou réalisés à l’aide de charbon et d’hématite montrent l’intervention de professionnels. Ce qui pose la question du statut de ces textes, de l’intervention d’intermédiaires, de la permission de réaliser ce geste dans ce lieu saint sous pouvoir mamelouk et ottoman. Peut-on imaginer des graveurs communs, pouvant réaliser des textes à la demande en des langues différentes ? Seule une analyse fine avec des datations précises permettra de faire ces comparaisons techniques. 

Le travail sur les graffitis de la Nativité, quelle que soit l’écriture, doit d’abord passer par une identification et un inventaire exhaustif de toutes les formes graphiques, qui pour l’heure n’est pas encore totalement réalisé. C’est à ce prix que se fera la compréhension de ce phénomène dans toute sa complexité et qu’un éclairage nouveau sur la “vie” de l’édifice pourra être apporté. C’est le but de la thèse de Clément Dussart sur les signes en alphabet latin, qu’il croise avec les récits de pèlerinage de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne. 

Si quelques noms ont été retrouvés dès l’époque carolingienne, l’étude attentive des colonnes, une par une, des murs du cloître et des grottes, montre que le tournant quantitatif se situe au XIVe s. avec la réinstallation des Franciscains et la relance du voyage de dévotion et de curiosité en Terre Sainte. Le dossier arménien a été présenté par Khachik Harutyunyan : 61 textes épigraphiques au statut divers ont été recensés à Bethléem du XIIIe au XVIIIe s., le plus ancien étant gravé sur les portes en bois de l’entrée en 1227. Les frontières et les catégories d’inscriptions et graffitis ont également été remises en question, car le second terme n’existe pas en arménien. Enfin, l’écriture arabe a été abordée par Anna Lagaron, à travers une dizaine d’inscriptions/graffitis, s’appuyant sur le travail de Moshe Sharon et de Michael Stone (Rock Inscription Project). La difficulté est parfois de différencier graffiti islamique et chrétien dans ce lieu saint partagé, les formules et les noms n’étant pas toujours suffisants pour identifier l’auteur.

Les inscriptions “officielles” réalisées au cours du XIIe s. ont été également discutées : les textes des conciles sur les mosaïques de la nef par Megan Boomer, en montrant qu’ils étaient le produit et la réponse à une “habitude épigraphique” locale, notamment avec la découverte de nouvelles sources manuscrites arabes ; l’arbre de Jessé à la contre-façade mais aujourd’hui disparu et la généalogie du Christ dans les mosaïques de la nef par Estelle Ingrand-Varenne, avec la mise en perspective liturgique des noms des ancêtres et des citations prophétiques. Enfin, Michele Bacci a proposé de réfléchir sur les différentes manières dont les portraits, les inscriptions, les armoiries et les offrandes votives fonctionnaient comme des substituts physiques de personnes individuelles, en les comparant avec l’usage à partir du XVIe siècle d’utiliser le corps du pèlerin lui-même comme porteur de signes permettant une incorporation symbolique de la sainteté du site.

 Le colloque n’est pas resté une discussion abstraite entre experts, mais s’est accompagné de visites de terrain, pour être au contact de ces signes et pour les appréhender dans leur contexte. Grâce à Michele Bacci, Marcello Piacenti et Khachik Harutyunyan, des secteurs peu connus de la basilique et des bâtiments environnants ont pu être accessibles. Les graffitis médiévaux et modernes sur les colonnes, à l’entrée et à la sortie de la grotte mais aussi à l’intérieur, et dans la grotte de saint Jérôme ont été étudiés sur place. 

A la Custodie de Terre Sainte à Jérusalem, ce sont les objets liturgiques provenant du “Trésor de Bethléem” (tuyaux d’orgue et cloches avec leur note de musique ou le texte Vox Domini, chandeliers avec inscriptions de malédiction, bassins de saint Thomas) découverts enfouis à la fin du XIXe et au début du XXe s., qui ont pu être observés grâce à l’aide précieuse du fr. Stéphane Milovitch.

    

Pour clôturer ce colloque, une conférence grand public sur les restaurations et les récentes découvertes de la basilique a été donnée par Michele Bacci à l’Ecole biblique et archéologique française ; elle est accessible en ligne sur YouTube : https://youtu.be/svzNcFjlHEQ

Le travail et la réflexion collective continuent avec la prévision de la publication des actes et l’ajout de textes inscrits dans d’autres écritures. 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search