Au coeur de la recherche avec GRAPH-EAST

Billet rédigé par Amélie Deshayes, stagiaire, Master 1 Mondes Médiévaux au CESCM

À l’occasion de la semaine interdisciplinaire organisée par le Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale à l’Université de Poitiers au mois d’Octobre 2021, le chercheur postdoctoral spécialiste de l’histoire urbaine Sercan Sağlam et l’historienne de l’art post-doctorante, spécialiste de l’art italien et byzantin au Moyen Âge, Maria Villano, ont présenté un projet inédit dans le monde de la recherche épigraphique sur la Méditerranée Orientale au Moyen Âge. Allant de Chypre, de la Grèce à la Turquie, en passant par la Syrie et la Palestine, la Méditerranée Orientale constitue un réel berceau qui reste encore inexploré pour l’étude de l’écriture épigraphique latine dans l’empire byzantin et islamique. La prise de conscience du potentiel que cette aire géographique représente dans la recherche en épigraphie a mené, en 2020, à la création du programme de recherche scientifique GRAPH-EAST par la chercheuse en épigraphie au CESCM à l’Université de Poitiers, Estelle Ingrand-Varenne. D’une très grande envergure, ce projet, qui est soutenu à la fois par l’European Research Council et le CNRS, projette de récolter de 2021 à 2026 près de 2500 inscriptions, qui, pour la grande majorité d’entre elles, n’ont encore jamais suscité d’études sérieuses.

La vaste aire géographique que souhaite recouvrir GRAPH-EAST qu’est la Méditerranée Orientale engage, a posteriori, à impliquer des acteurs internationaux dont les domaines d’études sont différents, en vue de mieux appréhender l’objet épigraphique. L’apport de la philologie, l’histoire de l’art, l’histoire des religions, l’histoire culturelle, l’archéologie, l’histoire des techniques de taille de pierre constitue une force essentielle pour le groupe de recherche, car du fait de leur complémentarité dans l’épigraphie, ceux-ci permettent de mieux entrevoir les inscriptions et paraissent plus qu’essentiels dans l’uniformisation et l’harmonisation du corpus d’inscription latines et de graffitis. Cette pluridisciplinarité que GRAPH-EAST tend à valoriser apporte un enrichissement tant qualitatif que quantitatif pour la récolte de ces inscriptions ainsi que leur analyse. La contribution de chercheurs issus d’horizons différents démontre ainsi l’ampleur du projet tant il enrichit les études sur l’épigraphie latine dans le bassin méditerranéen. C’est donc à l’occasion de cette présentation animée par ces deux chercheurs que l’envie et l’idée de réaliser mon stage de M1 Mondes Médiévaux au sein de ce groupe de recherche pluridisciplinaire me sont venues, m’ont traversé l’esprit. C’est à cette occasion que j’ai pu découvrir le projet GRAPH-EAST et réaliser mon stage au sein du groupe de recherche de fin Janvier 2022 jusqu’au mois de Juillet.

Afin de prendre plus amplement connaissance de ce projet, j’ai pu assister aux réunions GRAPH-EAST qui se sont avérées, pour moi, comme une réelle phase de démarrage de mon stage. Le premier jour de réunion avait vocation à présenter le bilan financier de GRAPH-EAST depuis sa création et, par-delà, d’expliquer la manière dont la totalité des missions du projet étaient financées, incluant les déplacements, les hébergements, les frais alimentaires sans oublier le matériel de recherches de 2021 jusqu’à 2026. Cette présentation financière, animée par Livie Candusso m’a fait prendre conscience de toute l’organisation nécessaire afin de maîtriser la totalité des dépenses prévues nécessaire à la vie de GRAPH-EAST. Un programme de recherche comme celui-ci ne peut échapper à une gestion rigoureuse des coûts, allant de l’estimation du budget de chaque mission au pilotage des coûts qui sont mis en œuvre, faisant apparaître une difficulté qui pourrait nous sembler au premier abord comme un simple détail, mais qui tient tout de même son importance quand il s’agit de justifier au CNRS, pour chaque membre de l’équipe, leurs dépenses réalisées lors de leur déplacement à l’étranger.

La seconde journée avait pour objectif de se focaliser non plus sur l’aspect financier du projet, mais essentiellement sur l’avancée des projets en cours de l’ensemble des chercheurs GRAPH-EAST. Le but étant, pour chaque chercheur, d’exposer l’avancée de leur recherche, leur corpus d’inscriptions et/ou de graffitis, leurs résultats, leurs interprétations qu’ils se font de leurs sources, de retracer leurs méthodes, mais aussi de présenter les difficultés rencontrées pouvant se heurter à l’avancée de leur recherche. Ces présentations m’ont appris davantage sur les sujets de recherche des membres de l’équipe, les objectifs vers lesquels ils tendaient ainsi que le type de questionnements qu’ils pouvaient se poser comme celle de la méthodologie pour l’analyse des inscriptions et des graffitis. En guise de réponse à ces questionnements, les échanges de conseils constructifs entre les chercheurs participaient à la création d’un certain dynamisme dans la réunion. Réunion dans laquelle le désir de partager et la convivialité se ressentaient vivement, mettant en évidence la dimension humaine de ce projet.

Suite à cette phase de démarrage dont l’immersion dans l’univers GRAPH-EAST a été très nette, les missions qui m’ont été proposées par Mme Ingrand-Varenne ont été de nature variée et ludiques afin que je puisse, au mieux, découvrir les différents domaines sur lesquels travaille GRAPH-EAST, comme ce qui est le cas de la communication, primordiale dans le processus de valorisation d’un projet de recherche. Le principal levier sur lequel le projet doit jouer est celui de la communication sur les différents réseaux sociaux existant tels qu’Instagram, Facebook, Twitter et Youtube, en vue de faire connaître dans un premier temps, le programme de recherche épigraphique et, dans un second temps, l’avancement des recherches de l’équipe GRAPH-EAST à un plus grand nombre de personnes. En vue de la sélection d’un documentaire suivant l’équipe GRAPH-EAST lors d’une mission en Chypre, qui a été réalisé en 2021 par Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk, à un festival international, ma première mission s’est articulée autour de la création de sous-titres français, afin que ceux-ci soient par la suite traduits en anglais, mais aussi de me pencher sur la traduction de l’ensemble des vidéos GRAPH-EAST.

Ces vidéos, archives à part entière des aventures de GRAPH-EAST, nous font suivre l’équipe GRAPH-EAST dans leur quotidien qu’est la recherche. Retraçant leurs péripéties et leurs découvertes, ces vidéos nous font découvrir non seulement les aspects techniques de leur méthodologie de recherche, c’est-à-dire les outils qu’ils utilisent pour reporter les inscriptions, les différents plans adoptés par la photographe afin de réaliser une photographie scientifique, mais aussi toute la dimension humaine arborant le projet et devenant quasiment palpable lorsque les chercheurs échangent avec les locaux, nous partagent leur vision de l’épigraphie, leur relation presque intime qu’ils entretiennent avec l’Histoire, leur parcours professionnel et, leur goût pour la recherche.

Ce goût pour la recherche a toujours été présent chez le jeune doctorant Clément Dussart, comme il nous l’explique dans l’interview qu’il nous avait accordée avec l’association JANUA. L’interview, malheureusement perdue, faisait partie intégrante de ma mission sur la communication et visait avant tout à sensibiliser les étudiants à la recherche, à l’épigraphie grâce à GRAPH-EAST ainsi qu’à faire connaître l’organisation de la vie d’un doctorant. L’interview aurait ainsi permis d’expliquer l’intégration du jeune chercheur dans le projet de recherche, de nous faire découvrir son sujet d’étude sur les graffitis et les écrits laissés par les pèlerins et les voyageurs en Terre Sainte du XIe au XVIe siècle et aussi sur sa méthodologie de recherche. Mon stage a également été rythmé par le suivie, tout au long de ces 5 mois, de séminaires organisés par l’EHESS et le CESCM, qui m’ont permis d’en apprendre davantage sur l’épigraphie.

Élaborer sa propre méthodologie de recherche est également ce que j’ai pu expérimenter lors d’une mission qui m’a été confiée par Sercan Sağlam. Celle-ci avait pour objectif de transcrire un corpus d’inscriptions rassemblé par des érudits. Ces inscriptions, issues de la tour d’Angleterre, situé dans la ville de Bodrum en Turquie, n’avaient jamais été transcrite pour la grande majorité d’entre elles. A l’aide de deux reproductions de ce corpus, le premier en blanc réalisé par l’archéologue Amedeo Maiurl au début de XXe siècle et, le second, d’un auteur inconnu, j’ai pu comparer les inscriptions entre elle, construire un tableau rassemblant les transcriptions de l’ensemble des inscriptions, émettre des hypothèses et tirer mes propres conclusions, ainsi que d’étoffer la base de données Heurist, qui a fait l’objet de ma dernière mission.

La base de données Heurist, dédiée spécialement pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, est un logiciel utilisé par l’équipe de recherche qui a pour fonction de recueillir et de trier des données scientifiques. L’objet de ma dernière mission qui allait clore mon stage a été de réaliser un logiciel ludique sur un onglet bien précis, l’onglet Explore. Rechercher, trier et classer ses sources est plus que fondamental afin de retrouver ses recherches et de les manipuler à notre guise. Il m’a fallu dans un premier temps explorer ce logiciel et comprendre les multiples options que pouvaient proposer l’onglet Explore, et m’a conduite à me renseigner sur la manière dont pouvait se créer un logiciel. Simple et efficace devaient être les mots qui allaient qualifier ce tutoriel. Pour cela, il m’a fallu imaginer et simuler des recherches perspicaces que les chercheurs auraient pu effectuer pour leur propre recherche comme chercher tout simplement son propre corpus de données ou bien faire des recherches bien plus complexe en croisant certaines données.

Les missions que j’ai pu réaliser tout au long de mon stage étaient, de par leur variété, très formatrices, et m’ont permis de me faire une idée plus précise sur ce qu’était un programme de recherche scientifique ainsi que sur la manière dont celui était mené par l’équipe GRAPH-EAST. Les réunions de GRAPH EAST m’ont énormément apprises sur la manière dont doit être gérée financièrement et administrativement un projet d’une telle envergure. J’ai pu également prendre conscience de la force de cette équipe pluridisciplinaire où la communication interne et la convivialité figurent comme les pièces maîtresses pour la bonne gestion du projet.

La communication, ayant occupée une place prépondérante dans mon stage, m’a permis avant tout de comprendre l’importance de la valorisation d’un projet. Ceci m’a également permis de découvrir les aspects techniques allant de la réalisation des sous-titres, à la préparation d’une vidéo et les angles à adopter pour mettre en valeur l’interlocuteur. L’exercice d’interprétation des inscriptions, qui m’a été légué par Sercan, a été l’occasion pour moi de me mettre à la place d’un épigraphiste en transcrivant des inscriptions et en émettant des hypothèses. La dernière mission, qui a clôt mon stage, m’a aidé à comprendre une base de données de recherche scientifique. Celle-ci m’a été bénéfique car j’ai pu, en créant des propositions de recherche, me mettre encore une fois à la place d’un chercheur et mieux appréhender les difficultés auxquelles il doit faire face, des difficultés concernant par exemple les différentes alternatives de recherche ou encore la multitude d’options qu’offre la base de données scientifique afin de resserrer ses proches recherches.

Finalement, participer au projet GRAPH-EAST a été une expérience très enrichissante et m’a permis de prendre conscience de la valeur que je pouvais ajouter au sein d’un groupe de recherche. Travailler avec une équipe pluridisciplinaire sur des missions variées a éclairci la vision que je me faisais d’un programme de recherche scientifique, mais aussi sur la manière dont pouvait se structurer un projet comme celui-ci, m’ayant permis de mieux appréhender les inscriptions épigraphiques latines, ainsi que les différents enjeux que celles-ci revêtent dans la Méditerranée Orientale. Je tiens à remercier finalement toute l’équipe GRAPH-EAST qui m’a accueillie chaleureusement au sein du CESCM, qui m’a accompagnée tant dans la découverte de ce projet que dans la réalisation de mes missions.



Cite this blog post
Estelle Ingrand-Varenne (2022, July 28). Au coeur de la recherche avec GRAPH-EAST. ERC GRAPH-EAST. Retrieved May 23, 2024, from https://doi.org/10.58079/5qm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search