Les pratiques épigraphiques byzantines et latines au Congrès de Venise

C’est à Venise et Padoue, et non plus Istanbul, que s’est tenu le XXIVe congrès international des études byzantines, du 22 au 26 août 2022. Cinq ans après le dernier congrès qui avait lieu à Belgrade, le thème choisi était « Bridge between worlds ». Le très grand nombre de participants et la multiplicité des thèmes abordés ont clairement montré l’élargissement croissant du concept même d’ “études byzantines” et l’interdisciplinarité de méthode comme de contenu. Le théâtre de la Fenice a accueilli la conférence inaugurale de Paul Magdalino, « Byzantium : Bridge or Destination » qui a finement analysé toutes les implications (et limites) du terme de “pont”: barrières, séparation, connexion, passage, circulation, et les enjeux pour l’histoire politique, religieuse, culturelle et artistique du monde byzantin (texte en ligne). Les sessions plénières et parallèles se sont ensuite égrainées, mettant en lumière les thématiques qui animent la recherche actuelle (programme). Pour ne citer que trois exemples : la session consacrée aux enjeux climatiques et leurs impacts ;  la création d’une nouvelle section “Patrimoine” portant sur les questions de patrimoine matériel et de l’histoire de l’art byzantin, montrant les collaborations fructueuses entre chercheurs et conservateurs de musées ; enfin, le numérique avec Digital Byzantinum, regroupement de projets tant pour les chercheurs que le grand public, issus d’institutions en Turquie et en Italie et qui offrent des représentations virtuelles de Byzance, dépassant les frontières spatiales et temporelles grâce à la combinaison de l’archéologie, l’art, l’histoire, la littérature, les traditions folkloriques et les études savantes. 

Hasard du programme, la première après-midi a débuté avec deux sessions consacrées à l’épigraphie byzantine de Constantinople organisées par Ida Toth and Andreas Rhoby (“the inscriptional habits of the city from Anitquity to the Ottoman Period”) tandis que, comme en écho, la dernière après-midi portait sur l’épigraphie latine dans l’Orient médiéval en contact avec le monde byzantin, avec GraphEast.

La première session a mis en valeur les nouvelles découvertes archéologiques (Mustafa H. Sayar, “The Epigraphy of Byzantion and Early Byzantine Constantinople: Old Habits and New Finds”; Andrey Vinogradov, “Justinianic” Brick Inscription From Hagia Sophia in the Light of New Findings”), mais également la nouvelle vision et la resémantisation des anciennes statues antiques avec le concept d’ “Epigraphic Plasticity” développé par Anna Sitz; celle-ci a démontré que, loin d’être une négligence, l’absence fréquente d’inscription était une stratégie intentionnelle visant à permettre aux statues de remplir diverses niches sociales. Paweł Nowakowski s’est, ensuite, concentré sur les questions d’identité épigraphique (“Keeping One’s Identity in the City of Many Cultures: The Evidence of Constantinopolitan Epitaphs), qui est un pan de son projet EPIDENTITY (projet d’épigraphie comparative interlinguistique, explorant les raisons et l’impact du choix de la langue dans les inscriptions sur pierre et en mosaïque de la Syrie, de la Phénicie, de la Palestine et de l’Arabie de l’Antiquité tardive). Puis Ida Toth  a expliqué comment les empereurs des VIIIe et IXe s. avaient utilisé les inscriptions pour se promouvoir et promouvoir leurs politiques (“Imperial Epigraphies in Constantinople’s Dark Ages”), tandis que Nicholas Melvani (“Protecting the City: Monumental Epigraphic Apotropeia”) s’est concentré sur le temps long, en retraçant la transformation des habitudes épigraphiques sur les murs défensifs de Constantinople, de Constantin aux Paléologues. 

Après une pause, la deuxième session, a évoqué les rapports entre Byzance et l’Occident. A partir des sources littéraires latines racontant le pillage des reliques à Constantinople, Brad Hostetler a analysé avec une grande finesse la perception/réception/transmission des inscriptions grecques (“Greek Inscriptions in the Eyes of Crusaders”). Dans le prolongement de ses recherches de thèse, Desi Marangon, a expliqué comment la reprise des formes de caractères grecs participait à l’appropriation de l’héritage byzantin par Venise et à la légitimation de son pouvoir politique et commercial (“Quasi Alterum Byzantium: The Role of Byzantine Epigraphy in Building the Myth of Venice”). En écho, Estelle Ingrand-Varenne a montré le corpus épigraphique de l’Empire latin de Constantinople (1204-1261), faible en nombre (moins de dix) mais symbolique (reprise de structure byzantine, recherche d’Union des Eglises) (“Latin Epigraphic Testimonies in 13th-Century Constantinople”). Nektarios Zarras a ensuite décrit comment, au Monastère de Chora, les inscriptions des images employaient différentes techniques narratives inspirées de la littérature mariologique et homilétique, et rhétoriques pour renforcer la relation entre la peinture et l’Évangile (“The Epigraphy of Narrative Compositions in the Chora Monastery”). Questionnant l‘utilisation des spolia inscrits au cours des deux derniers siècles de Constantinople comme capitale des Romains, Georgios Pallis a montré les essais d’adaptation et de conservation, la complexité du rapport au passé, entre motif pratique et remploi symbolique (“Spoliation and Reimaginings: The Use of Inscribed Spolia in Palaiologan Constantinople”). Prolongeant la période, Andreas Rhoby  a mis en lumière la continuité des traditions culturelles et littéraires byzantines après 1453, visible dans les inscriptions grecques, et donc la coexistence d’inscriptions composées dans le style “byzantin” et celles dans le style délibérément antiquaire dans les églises de Constantinople au XVIIIe-XIXe s. (“Post-Byzantine Epigraphy and the Cultural Memories of Byzantium”). 

La richesse des questionnements de ce deux sessions a montré la vitalité de l’épigraphie byzantine et la source d’inspiration qu’elle pouvait représenter. Andreas Rhoby et Ida Toth ont également annoncé la création de la nouvelle collection “Studies in Byzantine Epigraphy” chez Brepols dont le premier volume sortira le 30 septembre 2022.

Après ce focus sur la ville de Constantinople, la session GraphEast a proposé un élargissement à l’ensemble de la Méditerranée orientale et au monde des graffitis, en partageant les recherches en cours:

Les trois premiers intervenants se sont concentrés sur le cas de Chypre. Travaillant sur les monuments funéraires sous les Lusignan, Savvas Mavromatidis s’est penché sur la typologie et les fonctions performatives des inscriptions funéraires, au sein de la société mixte chypriote (Francs, Syriens, Grecs), abordant les questions de transculturation, de coexistence et d’interaction entre les groupes ethniques (“The Funerary Inscriptions in Cyprus During the Lusignan Period (1192–1474/89): Typology and Functions”). Ce sont ces mêmes dalles funéraires – à partir d’une étude de terrain – que Thierry Gregor a analysée pour comprendre les transferts techniques de taille de pierre et de gravure dans une région-carrefour de personnes, de savoir-faire, de méthodes et de procédés (“The Stone Cutting Techniques of the Latin and Byzantine Inscriptions in Cyprus During the Frankish Occupation”). Mia Trentin a également insisté sur la notion de carrefour en explorant les marques, griffées ou tracées sur les murs des bâtiments historiques de Chypre, comme un aperçu original de la vie quotidienne, et des modèles et habitudes graphiques de chaque communauté (“Exploring Cypriot Socio-Cultural Interactions Through the Island’s Medieval Graffiti”).

Les communications suivantes ont permis de voyager en Grèce, en Crète et en Turquie et en Mer Noire. Se concentrant sur un cas d’étude – un vase en pierre avec une inscription bilingue – Maria Aimé Villano a suivi la piste d’une formule de mauvais payeur qui l’a menée de l’Orient à divers pays d’Occident (“Cras dabor non hodie: The Case of a Mysterious Inscribed Vessel from the Musée du Louvre”). Nikiforos Tsougarakis s’est penché sur les problèmes d’interprétation posés par les graffitis dans les églises rurales de Crète entre XIVe et XVIIe s. (“Latin Graffiti in the Churches of Venetian Crete: The Problems of an Ambiguous Source”) :  Comment identifier les acteurs et leur relation avec ces églises ? Que nous apprend la présence de graffitis latins dans les églises grecques sur la fonction de ces églises dans la société religieusement mixte de la Crète vénitienne ? Constatant le petit nombre d’inscriptions en Morée franque,  Vladimir Agrigoroaei a émis l’hypothèse d’une damnatio memoriae de l’écriture latine (“The Ambiguous Scarcity of Medieval Moreote Inscriptions in Latin Alphabet”). Revenant à Constantinople, mais dans la colonie génoise de Pera (1267-1453), Hasan Sercan Sağlam a étudié plus d’une centaine de pierres tombales et d’inscriptions murales avec des armoiries, et examiné de manière critique ce processus d’information (erronée) pour présenter de nouvelles interprétations (“The Epigraphic Inventory of Galata (Pera) as an Intercultural Urban Memory”). Enfin, Dmitri Valkov a clos la séance en avançant de nouvelles pistes sur le but de la présence de matériel épigraphique génois dans les zones connexes de la Gazaria et de la Roumanie génoise, en s’appuyant sur la typologie des monuments, la forme et de l’héraldique en usage, la composition et l’ornementation en relation avec les traditions locales non latines (“L’epigrafia genovese tra la Gazaria e la Romania negli anni 1300-1400: Modalità di funzionamento nell’Oltremare”).

A noter également la parution en juin 2022 du livre sur les graffitis de Venise, I graffiti di Venezia, sous la plume de Alberto Toso Fei et Desi Marangon.



Cite this blog post
Estelle Ingrand-Varenne (2022, September 6). Les pratiques épigraphiques byzantines et latines au Congrès de Venise. ERC GRAPH-EAST. Retrieved May 23, 2024, from https://doi.org/10.58079/5qn

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search