Création de la base de données GRAPH-EAST

Le réseau international d’épigraphistes rassemblé par GRAPH-EAST pourra bientôt compter sur un outil commun, capable de faire converger les observations de terrain et les analyses historiques. Le premier mois d’avril du projet est en effet consacré à la conception d’une base de données ambitieuse. Voici ses principaux enjeux.  

Le choix logiciel

Les principes de pérennité et d’accessibilité FAIR sont aux fondements du projet GRAPH-EAST. Le choix d’un système de gestion de base de données reposant sur des technologies libres était donc important pour nous et Heurist s’est imposé comme une évidence.

Heurist est un environnement de base de données développé à l’université de Sydney et hébergée, pour les projets français, sur les serveurs d’Huma-Num. L’objectif de son directeur Ian Johnson est d’aider les chercheurs en sciences humaines de créer leur base de données, personnelle ou collaborative, sans l’intermédiaire d’un informaticien. Il permet ainsi de développer une base de données MySQL sans jamais voir une ligne de code. Mais Heurist est plus qu’une solution de facilité et va bien au-delà des systèmes de gestion de données libres ou propriétaires habituels. Pensé spécifiquement pour les SHS, il propose des modules qui permettent de gérer en quelques secondes des besoins complexes récurrents comme la géolocalisation avec OpenStreetMap ou l’import de références bibliographiques avec Zotero. Il intègre également des outils de visualisation des données, que ce soit en carte, en réseau ou en frise chronologique. Si ces premières analyses ne suffisent pas, Heurist favorise également l’export vers des logiciels spécifiques avec plusieurs formats (.CSV, .XML, .JSON, .GeoJSON, .KML et .GHEPHI). Enfin, Heurist prévoit la possibilité de publier sa base de données dans un site internet créé automatiquement et que l’on peut ensuite améliorer manuellement. Nous avons donc à faire à un outil de gestion et d’analyse des données extrêmement complet et bien pensé pour les sciences humaines.

Interface d’Heurist : l’onglet de conception de la structure de la base et son manuel intégré.

Lancée en 2021, la version 6 d’Heurist devrait permettre une large diffusion de cet outil déjà éprouvé sur des centaines de projets. Plusieurs programmes ERC, dont certains en épigraphie comme DHARMA, l’utilisent déjà. Une communauté francophone d’utilisateurs et de développeurs est en train de se mettre en place, avec notamment une liste de diffusion. Il ne manque plus que la mise en ligne des tutoriels actuellement en cours de préparation.

La création d’un outil sur mesures

La création du modèle de données de l’outil GRAPH-EAST se fait à partir d’un précédent projet de l’équipe d’épigraphie du CESCM. L’inscription est l’entité (aussi appelée « table » dans la majorité des systèmes de gestion de bases de données relationnelles) autour de laquelle gravite les informations de contextualisation qui la complète.

Modèle de la base de données à l’origine de celui de GRAPH-EAST.

Le cœur de la base est constitué par les données d’inventaire. Elles sont essentielles car en grande partie inédites. De ce fait, nous la construisons en parallèle du modèle des fiches descriptives de terrain, pour qu’aucune information nécessaire à l’analyse des inscriptions ne soit oubliée sur place, puis qu’aucune information collectée ne se perde faute de catégorie appropriée. La localisation actuelle ainsi que les éventuelles localisations successives, le contexte archéologique, l’état de conservation, l’identification du support et de la technique d’écriture, le texte inscrit (transcription, édition, traduction), la documentation iconographique (photographies, relevés, estampages…) et textuelle (sources manuscrites, sources éditées, bibliographie) sont ainsi soigneusement consignées.

Néanmoins, le projet GRAPH-EAST ne se limite pas à un vaste inventaire. La base doit donc permettre de répondre aux axes de recherche du projet en centralisant de manière normalisée les données nécessaires à de nombreuses analyses détaillées. La difficulté d’un tel objectif, comme pour toute base de donnée scientifique, est d’assurer un équilibre entre le temps de saisie des informations et les possibilités d’explorations ultérieures des données. L’enjeu est ici augmenté par le nombre conséquent d’inscriptions à renseigner (estimé à environ 2 500) et la multiplicité des acteurs impliqués, puisque la base doit devenir l’outil de référence de doctorants, de post-doctorants et de chercheurs permanents, auxquels s’ajoute un réseau international d’épigraphistes. Une réflexion collective a déjà permis d’aboutir à une proposition concrète, qui sera implémentée dans Heurist dans les prochains jours pour être testée.

Un prochain billet présentera plus en détail les choix qui ont été faits ainsi que l’interface de saisie.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.