Coup d’œil sur l’expo Bethlehem Reborn au CESCM

Le weekend du 14 et 15 octobre, dans le cadre de la Fête de la science, et à l’issue d’une journée d’études sur les graffitis médiévaux de Marmande à Bethléem, le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers a eu l’honneur d’accueillir l’exposition unique sur le processus de restauration de la basilique de la Nativité à Bethleem en 2013–2020 « Bethleem Reborn : les merveilles de la Nativité » créée par l’entreprise de restauration italienne Piacenti S.p.A. et organisée à Poitiers avec l’aide de l’équipe Graph-East.

Au cours des mois précédents, elle a été montrée à Florence, à Paris (au siège de l’UNESCO), à Vienne (à l’office de l’ONU), à Genève (au siège du Conseil œcuménique des Églises). Elle est actuellement à Washington. L’exposition raconte l’histoire de la basilique depuis Constantin jusqu’à aujourd’hui, les étapes de fouilles archéologiques et de restauration, en particulier de ses mosaïques murales et ses colonnes réalisées au cours de la seconde moitié du 12e siècle, au temps du Royaume latin de Jérusalem, et de ses résultats vraiment merveilleux.

Un septième ange a, par exemple, été découvert sur les murs de la nef par les restaurateurs. Les mosaïques actuellement cachées par les planches de bois au sol, réalisées au temps de l’empereur Constantin, n’ont pas été oubliées non plus, et leur superficie totale a été agrandie, car les nouveaux fragments ont été nettoyés. Il faut noter que, uniquement grâce à cette restauration, la basilique de la Nativité a été enlevée de la liste du patrimoine mondial en péril de l’UNESCO en 2019.

L’exposition est richement illustrée tant par les photos et dessins que par les citations des différents pèlerins des pays divers ayant visité la basilique au fil des siècles et ayant décrit les périodes de sa splendeur ainsi que de son déclin. Les visiteurs avaient également la possibilité de regarder une courte vidéo filmée sur place montrant le travail des restaurateurs en action. Lors de l’exposition, les représentants de l’entreprise Piacenti (Marcello Piacenti, responsable du projet ; Alessandro Fichera, archéologue et directeur de l’exposition ; Elisa Frosini, archéologue et restauratrice) étaient présents afin de répondre à toutes les questions possibles et de raconter les histoires différentes, par exemple, comment ils avaient réussi non seulement à restaurer les peintures sur les colonnes de la nef, mais aussi à conserver ses graffitis laissés par les pèlerins médiévaux au niveau inférieur à hauteur d’homme, et comment ils avaient réussi à ne pas inciter les pèlerins contemporains à suivre l’exemple de leurs prédécesseurs ou au moins à ne pas laisser leurs graffitis sur les colonnes, mais sur un tissu spécial.

Quant aux graffitis médiévaux, Clément Dussart, membre de l’équipe Graph-East spécialiste à ce sujet, n’a pas refusé de commenter l’exposition non plus. Au total, pendant deux jours, l’exposition a été visitée par autour d’une centaine de personnes, ce qui est sans doute un succès vu qu’elle a été située loin du Palais des ducs d’Aquitaine où la partie principale de la Fête de la science avait lieu. L’équipe Graph-East souhaite renouveler cette expérience, cette fois pour une période plus étendue, dans un nouveau lieu d’accueil. En attendant, il est possible de voir une version virtuelle de l’exposition sur le site web https://bethlehemreborn.com/ (uniquement disponible en anglais pour le moment).

Clichés : Lisa-Oriane Crosland/CESCM.

Signes graphiques de la basilique de la Nativité de Bethléem au Moyen Âge / Graphic Signs in the Nativity Church of Bethlehem in the Middle Ages

21-23 juin 2022 / June 21-23, 2022

La grande campagne de restauration de l’église de la Nativité de Bethléem, débutée en 2013 et achevée en 2020, et la bibliographie récente dédiée à ce lieu saint[1] permettent de questionner à nouveaux frais les centaines d’inscriptions et graffitis présents sur les mosaïques, les peintures et la pierre des murs de la basilique, bâtie sur le lieu présumé de la naissance du Christ. Véritable symphonie – voire cacophonie – graphique, il a semblé important pour mieux cerner ce phénomène de rassembler et de questionner ensemble les divers signes graphiques c’est-à-dire épigraphiques, héraldiques, emblématiques etc., réalisés au cours du Moyen Âge par les pèlerins et voyageurs tout comme par les autorités du Royaume latin de Jérusalem, alors qu’ils ont jusque-là été étudiés séparément et partiellement. Cet isolement lié à la typologie (les catégories « inscriptions » vs « graffitis »), au type d’alphabet (latin, grec, arabe, arménien etc.) et aux langues, est certes le corollaire de l’histoire même du lieu : jalonnée par les tutelles différentes, avec des moments-clés à l’instar de la vaste d’entreprise de rénovation et d’embellissement menée conjointement par le roi Amaury et l’empereur byzantin Manuel Comnène ; mais il est tout autant le fait du cloisonnement des disciplines et d’une vision de l’écriture épigraphique imperméable à son environnement.

Le but de ce workshop est donc de rassembler des épigraphistes issus de différentes spécialités, ainsi que des historiens, des historiens d’art et des restaurateurs pour interroger ces signes sous divers angles. Quelles typologies de signes graphiques sont présentes et faut-il en finir avec la dualité « graffitis » et « inscriptions » ? Quelles sont leurs fonctions ? Quelles langues et écritures sont employées ? Dans quelles matières et avec quelles techniques sont-ils réalisés ? Où ces signes graphiques sont-ils placés dans la basilique ? Peut-on dégager à la fois des strates situées dans le temps et une cartographie générale ? Qui dirige et a accès à ces espaces en fonction des périodes ? Quels sont donc les auteurs/commanditaires et les lecteurs ? Peut-on distinguer une hiérarchie des écritures ? Y a-t-il des interactions entre ces différents signes graphiques ? Comment ces signes ont-ils été reçus et transmis depuis leur production ? Cette liste de questions, qui n’est pas exhaustive, montre la variété des pistes qui pourront être abordées.

Ce workshop est pensé comme un atelier de travail avec un petit groupe, privilégiant la discussion, en deux temps au CRFJ à Jérusalem et dans la basilique, à Bethléem. Des conférences ouvertes au grand public seront également proposées. Il est organisé dans le cadre du projet ERC Starting Grant GRAPH-EAST, financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne dans le cadre de la convention de subvention n° 948390.

***

The major restoration campaign of the Nativity Church of Bethlehem (2013-2020) and the recent bibliography dedicated to this holy site[2] let us question hundreds of inscriptions and graffiti figuring on mosaics, paintings, and on the walls of the Church built in the presumed Christ birthplace. As the site exhibits a real graphic symphony, if not cacophony, it necessarily implies to collect and to question the multiple graphic signs altogether, i.e. the epigraphic, heraldic and emblematic signs (etc.) that were made in the Middle Age by pilgrims and travellers as well as authorities from the Latin Kingdom of Jerusalem. Yet, to date, they have been studied separately and partially. This partition related to the typology (“inscriptions” versus “graffiti”), to the type of alphabet (Latin, Greek, Arabic, Armenians etc.) and to the various languages is the result of the history of the site itself. Throughout its history, the Nativity Church was indeed under different authorities and went through key historical moments such as the extensive renovation and embellishment initiated jointly by the King Amaury and the Byzantine Emperor Manuel Comnenus. This dissociation stems as well from the traditional discipline boundaries and from an approach of epigraphic writing elaborated outside of his environmental context.

              The objective of this workshop is therefore to bring together epigraphists from different backgrounds, as well as historians, art historians and conservators to question those signs under different angles. Which typologies of graphic signs are uncovered and can we escape from the labels “graffiti” and “inscriptions”? What purpose do they serve? Which languages and writing are used? In which material and with which techniques are they realized? In which place are they located in the Church? Can we shed light to the strata located in time and the overall cartography? Who’s leading and has access to those places depending on which historical period? Who are the authors/the sponsors and the readers? Is there a hierarchy between the writings? Are there interactions between the different graphic signs? How were those signs received and communicated since their creation? This list of questions is not exhaustive and shows how various are the avenues that could be explored.

This workshop is designed as a small group discussion with two main phases, one in the CRFJ in Jerusalem, and the second in the Nativity Church in Bethlehem. Conferences opened to the wider public will be offered. The workshop is organized in the frame of the ERC Starting Grant project GRAPH-EAST, funded by the European Union research and innovation program Horizon 2020 in the framework of the Grant Agreement n° 948390.

Comité scientifique :

Comité d’organisation :


[1] Pour ne citer que les publications des 5 dernières années : Emérico Vicente Juhász, Pinturas y graffitos. BasÍlica de la Natividad en Belén, Introducción y edición a cargo de Michele Bacci, 2021 ; Lucy-Anne Hunt, “Melkite-Latin artistic interaction at the Church of the Nativity, Bethlehem, and in the Melisende psalter : art, liturgy and politics between Antioch and the Latin kingdom of Jerusalem in the twelfth century”, Aram Periodical, 2019, vol. 31, p. 233-316 ; Bianca and Gustav Kühnel, The Church of the Nativity in Bethlehem. The Crusader Lining of an Early Christian Basilica, Regensburg : Schnell & Steiner, 2019 ; Michele Bacci, The mystic cave : a history of the Nativity Church in Bethlehem, Brno : Masaryk University ; Roma : Viella, March 2017.

[2] To mention only the publications of the last 5 years: Emérico Vicente Juhász, Pinturas y graffitos. BasÍlica de la Natividad en Belén, Introducción y edición a cargo de Michele Bacci, 2021 ; Lucy-Anne Hunt, “Melkite-Latin artistic interaction at the Church of the Nativity, Bethlehem, and in the Melisende psalter : art, liturgy and politics between Antioch and the Latin kingdom of Jerusalem in the twelfth century”, Aram Periodical, 2019, vol. 31, p. 233-316 ; Bianca and Gustav Kühnel, The Church of the Nativity in Bethlehem. The Crusader Lining of an Early Christian Basilica, Regensburg : Schnell & Steiner, 2019 ; Michele Bacci, The mystic cave : a history of the Nativity Church in Bethlehem, Brno : Masaryk University ; Roma : Viella, March 2017.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search