The Graphic Signs in the Church of the Nativity in Bethlehem

2nd International Conference, 21-23 June 2022

Organisers:

Estelle Ingrand-Varenne (estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr),

Clément Dussart (clement.dussart@univ-poitiers.fr)  

On-site: Centre de Recherche Français de Jérusalem (Shimshon street 3) 

 

 

Online Link Zoom: https://us02web.zoom.us/j/89620986239?pwd=bR3nLn6khmskqFDAZK4qIduSmnuAUs.1

ID meeting: 896 2098 6239; Passcode: 987835

Programme:

Tuesday June 21st

9:00     Coffee

9:30     Welcome: Vincent Lemire (Head of the CRFJ)

10:00 Introduction: Estelle Ingrand-Varenne (CNRS CRFJ-CESCM) and Clément Dussart (CESCM, University of Poitiers)

10:30-12:30   1st session, moderator: Maria Villano (ERC GRAPH-EAST, CESCM)

  • “Towards a Periodisation of Graffiti between Antiquity and the Middle Ages” Carlo Tedeschi (Università degli Studi “G. d’Annunzio” Chieti Pescara)
  • “The Tree of Abraham in the Nativity Church and its epigraphic exegesis”  Estelle Ingrand-Varenne (CNRS CRFJ-CESCM)

Lunch at the CRFJ

14:30-18:00     2nd session, moderator: Sercan Saglam (ERC GRAPH-EAST, CESCM)

  • “Scratch, Incise, Engrave: Technical Study of the Lapidary Graffiti of the Nativity” Thierry Grégor (CESCM, University of Poitiers)
  • “The discovery and the conservation of Graffiti on the columns of the Church of the Nativity”  Marcello Piacenti (Piacenti SpA Centro Restauri) [visio]

 Coffee Break

  • “Apposer son emblème. La mise en signe des espaces sacrés au Moyen Âge. L’exemple de l’église de la Nativité de Bethléem en perspective”  Laurent Hablot (EPHE, SAPRAT) [visio]

Dinner

 Wednesday June 22nd

 9:00   Coffee

9:30-12:00    3rd session, moderator: Gil Fishhof (University of Haifa)

  • “Portraits, graffiti, and tattoos: pilgrims and the appropriation of Bethlehem’s sanctity” Michele Bacci (Freiburg University)
  • “Quotation and Glorification: Bethlehem’s Conciliar Texts in Local Context” Megan Boomer (Columbia University)

Lunch at the CRFJ

13:00   Departure to the Nativity Church, Bethlehem

14:00-17:00  Epigraphic tour of the basilica, and the cave of St. Jerome and the chapel of St. Joseph

18:00    Return to Jerusalem

Dinner

Thursday June 23rd

9:00   Coffee

9h30-12:30    4th session, moderator: Yana Tchekhanovets (Ben-Gurion University of the Neguev)

  • “The Armenian Inscriptions and Graffiti of the Church of the Nativity in Bethlehem”  Khachik A. Harutyunyan (Scientific Research Center of the Historical and Cultural Heritage, Matenadaran)
  • “The Arabic inscriptions of the Basilica of the Nativity: inventory and research perspectives”  Anna Lagaron-Khalifa (ERC Horn-East, Iremam Aix-Marseille Université) [visio
  • “Recent discoveries of Latin graffiti and signs in the Nativity Church: new contributions to the history of a holy place and to pilgrimage practices (9th-16th )”  Clément Dussart (CESCM, University of Poitiers)

Lunch at the CRFJ

13:45   Departure to the Custody

14:00-16:00    Visit of the Treasure of Bethlehem at the Custody of the Holy Land, with fr. Stéphane Milovitch (ofm, Director of the Cultural Heritage Office)

 

18:00    Public Conference of Michele Bacci at the École biblique et archéologique française: “The Nativity Church in Bethlehem: New Approaches and Discoveries”

 

Closing Dinner

 

 

Conference_ERC_GRAPHEAST_21-23.06.2022_Programme

Retour en images sur le workshop Epigraphic Writing

Un grand merci à Robert Kool (IAA) pour la co-organisation de ces deux journées d’études,  l’une au CRFJ l’autre sur le terrain dans la vieille ville de Jérusalem, à Clément Dussart pour la visite de l’église du Saint-Sépulcre à travers ses graffitis de pèlerins à la fin du Moyen Âge, au père Pol Vonck pour avoir ouvert les portes des réserves lapidaires de Sainte-Anne, au père Eugenio Alliata (ofm) pour avoir sorti des réserves du Terra Sancta Museum l’inscription de Lambert, tanneur d’Acre au XIIe siècle, aux collègues et étudiants qui ont nourri les riches discussions.

Many thanks to Robert Kool (IAA) for the co-organisation of these two study days, one at the CRFJ and the other in the field in the old city of Jerusalem, to Clément Dussart for the visit of the Church of the Holy Sepulchre through its pilgrims’ graffiti at the end of the Middle Ages, to Father Pol Vonck for having opened the doors of the storage room of Sainte-Anne, to Father Eugenio Alliata (ofm) for having brought out from the storage of the Terra Sancta Museum the inscription of Lambert, tanner of Acre in the 12th century, to the colleagues and students who nourished the rich discussions.

     

Plongée dans l’univers pictural d’Abu Gosh

Située à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem, l’église fut construite par les Hospitaliers quand ils obtinrent le terrain en 1141 (selon l’opinion la plus partagée) sur le lieu baptisé Fontenoid. Cette église de pèlerinage commémorant l’apparition du Christ à Emmaüs, relatée dans l’évangile de Luc, 24, 13-35, a été bâtie en surélevant les parois d’une citerne romaine sur deux niveaux superposés : une église basse (sorte de crypte incluse dans le réservoir lui-même) et une église haute qui comporte trois nefs voûtées d’arêtes se terminant vers l’est par une abside flanquée de deux absidioles, toutes les trois voûtées en cul-de-four.

L’église conserve l’ensemble de peintures murales le plus complet qui ait subsisté du Royaume latin de Jérusalem. Commande passée par les Hospitaliers à des artistes byzantins (sans doute au nombre de deux), ces peintures ont dû être réalisées dans les deux dernières décennies du règne de Manuel Ier Comnène (1143-1180). De nombreux rapprochements ont été établis entre ces peintures et celles de l’église Saint-Pantéleimon de Nérézi en Macédoine, fondée en 1164 par Alexis Ange Comnène, petit-fils de l’empereur Alexis Ier. À Abu Gosh, les peintures prennent place dans la moitié orientale, sur les parois, les voûtes et les piliers, et utilisent largement la technique picturale « à fresque » avec des finitions à sec.

Le programme iconographique fait montre d’une grande originalité. Le thème commun à l’ensemble est la résurrection du Christ, qui fait référence à l’apparition de Jésus vivant à Emmaüs, mais aussi à la volonté de l’Ordre de l’Hôpital de resserrer la proximité avec la figure du Christ ressuscité, tout en s’adressant également aux chrétiens locaux qui fréquentaient l’édifice paroissial. L’ensemble épigraphique est riche de 17 inscriptions, essentiellement sur les peintures murales, où le grec alterne avec le latin à l’instar des ensembles bilingues de la Nativité de Bethléem et du Saint-Sépulcre à Jérusalem, mais aussi sur pierre, notamment avec un graffiti arabe récemment découvert.

Avec la prise de Jérusalem par Saladin en 1187, l’église fut abandonnée aux musulmans, puis revint sans doute aux Francs entre 1229 et 1244. Sept siècles plus tard, l’empire ottoman en fit cadeau à la France, elle devint domaine national français en 1873. Il s’agit aujourd’hui d’un monastère bénédictin sous le vocable Sainte-Marie-de-la-Résurrection. De nombreuses restaurations furent entreprises au cours des deux derniers siècles (1902-1907, 1950, 1995, 2000-2001).

Pour avoir un petit aperçu du riche ensemble épigraphique d’Abu Gosh, en attendant la parution du corpus des inscriptions du Royaume latin de Jérusalem :

Pour aller plus loin :

Une étude magistrale dirigée par Jean-Baptiste Delzant fait désormais le point sur les fresques de l’église et 850 ans d’histoire du site : Delzant Jean-Baptiste dir., L’église d’Abu Gosh : 850 ans de regards sur les fresques d’une église franque en Terre sainte, Paris : Tohubohu éditions/Archimbaud éditeur, 2018.

Deux nouveaux articles, parus après cet ouvrage, peuvent également être signalés :

  • Rachel Ouizemann, « Between conservation and restoration : the wall paintings in the church of the Crusaders in Abu Gosh and the authentication of the site as Emmaus », Byzantinische Zeitschrift, vol. 112, n. 3, 2019, p. 935-958.
  •  Gil Fishhof, « The Meanings of Byzantium: The Church of Abu-Ghosh (Emmaus) and the Meanings of Byzantine Pictorial Language in the Latin Kingdom of Jerusalem », Convivium, 2020, vol. 7, iss. 2, p. 15-34.

Webinaire 19/05 : Lire une inscription: du support à la lettre

L’ERC GRAPH-EAST met en place un atelier de réflexion régulier sur les éléments fondamentaux de l’inscription. Le but général des premières séances est de réfléchir aux méthodes de travail de l’épigraphiste et d’établir un vocabulaire commun, compréhensible et utilisé par tous, en premier lieu au sein de l’équipe. Comment décrire une inscription, lire une pierre, préparer une mission, telles sont les questions qui seront abordées.

Après une première séance en petit comité, ce deuxième atelier est ouvert à tous, sous forme de webinaire d’une heure. Thierry Grégor nous expliquera comment observer les pierres (du calcaire au marbre en passant par le granit), exercer son œil pour reconnaître les traces laissées par les différents outils des lapicides, tant pour préparer le support que pour graver la lettre :

Rendez-vous mercredi 19 mai, de 13h30 à 14h30.

Lien Zoom pour se connecter :https://us02web.zoom.us/j/81622663553?pwd=YnRHaUNLamRENCtzbktrdlAzOElPZz09

ID de réunion : 816 2266 3553
Code secret : 416642

Notez déjà la troisième séance qui aura lieu en ligne mercredi 23 juin (13h30-16h30) et proposera une table ronde sur la mission de terrain : la préparation (acteurs de la mission, matériel nécessaire, fiche de terrain, autorisation nécessaire etc.) et la post-mission (comment ne pas perdre d’informations).

A l’issue des ces séances, qui se prolongeront en 2021-2022 (notamment pour l’établissement d’un glossaire bilingue français-anglais sur le vocabulaire de l’épigraphie médiévale), les documents produits seront mis en ligne sur le carnet. 

Contact : estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr thierry.gregor@univ-poitiers.fr