L’Elucidatio élucidée, une enquête typographique dans les archives du musée Plantin-Moretus

Les yeux rebondissent du pavé glissant et détrempé à l’écran du téléphone indiquant le chemin à emprunter dans le dédale de ruelles organiques. Il faut suivre les embranchements d’une topographie lointaine, tissu urbain depuis le VIIe siècle, lever haut le regard sur le prestige de la façade flamande, pignons à gradins sur patience de cariatide et empilement de fenêtres en ogives élancées sur la hauteur. Elle est étroite et haute, elle est inconnue. Grand berceau de l’humanisme, encore glorieuse de son rôle international au XVIe siècle que répercute joueur le diamant clinquant du coin de la rue en sortant de la gare. Elle cache des maisons de maîtres, peintres virtuoses, génies avenants des conquêtes muséales dont l’œuvre renverse le cou du touriste de passage. Il faut un peu repousser la ville pour trouver l’eau, escorter les siècles calfeutrés pour découvrir le ciel plus grand, sculpté par les portiques et les éoliennes, les chemins de halage en marge de mer, le grand port, embouchure sur le monde. 

Je suis arrivée à Anvers il est 9h27. Je marche vers le musée Plantin-Moretus. 

La salle de lecture est située sur le côté droit de l’entrée du musée sur Heilige Geeststraat qui s’éloigne de la place du vendredi en direction de l’Escaut. Accolée aux bâtisses d’origine acquises par Christophe Plantin en 1576, elle se situe dans un agrandissement récent, boisé, mécanique de cadres, d’arêtes larges pour former bais, façades, cloisons, étendre à l’échelle du bâti la métaphore de la casse de caractères. Au-dessus du pas de la porte, l’enseigne en métal sombre est suspendue discrète. On lit dans la matière extrudée ‘Laborare et constantia’

Les exemplaires de l’Historica, theologica et moralis Terræ Sanctæ elucidatio patientent, ouverts en leur centre sur des coussins recouverts de feutrine grise pour préserver la reliure. Les archives du musée conservent à ce jour trois exemplaires de l’Elucidatio, six livres, chaque édition admettant deux volumes, le premier comptant 1064 pages et le second 1140. Le livre est un ouvrage de valeur mais n’est pas rare et d’autres bibliothèques en Belgique, en France, à la Custodie de Jérusalem et ailleurs conservent des exemplaires. La bibliothèque Hendrick Conscience, bibliothèque patrimoniale et dépositaire de la ville d’Anvers, possède par exemple une édition avec une reliure précieuse et une dorure à chaud, don de l’imprimerie à la ville d’Anvers. 

Continue reading “L’Elucidatio élucidée, une enquête typographique dans les archives du musée Plantin-Moretus”

GRAPH-EAST en Ethiopie

Une RENCONTRE INTER-UMIFRE à Lalibela

Le projet Graph-East a été présenté lors d’une rencontre inter-UMIFRE entre le Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ) et le Centre français des études éthiopiennes (CFEE), à Lalibela en juin 2023.

La rencontre a débuté le samedi 3 juin avec l’inauguration de l’exposition “Lalibela Carving the faith”, au Centre culturel de Lalibela, suivie le lendemain de la visite du site. Onze églises médiévales monolithiques ont été creusées dans la roche volcanique. Leur construction est attribuée au roi Lalibela qui, au XIIe siècle, entreprit de construire une « Nouvelle Jérusalem » après que les conquêtes  musulmanes eurent mis un terme aux pèlerinages chrétiens en Terre Sainte. 

L’exposition fait partie d’un projet lancé en 2021 sous le nom “Sustainable Lalibela”, en faveur de la préservation du patrimoine en Ethiopie, avec le soutien financier de l’Agence Française de Développement et de la Fondation ALIPH.  Ce projet comporte cinq composantes : -Une campagne de restauration d’urgence des églises pour sécuriser les zones les plus instables et fragiles ; -  La restauration et conservation préventive des peintures, sculptures et manuscrits de Lalibela ; -  Un programme complet de formation aux métiers du patrimoine ; -Des fouilles archéologiques, dont les découvertes seront révélées dans un parcours touristique sur l’histoire du site et de la région ; -  La mise en place d’un centre de ressources numériques sur le patrimoine éthiopien.

Les lundi 5 et mardi 6 juin, quatre tables rondes consacrées aux relations entre le Levant-Sud (Israël, Palestine, Jérusalem) et la Corne de l’Afrique (Éthiopie, Djibouti, Somaliland, Somalie, Érythrée), suivant les 4 axes structurants des laboratoires (archéologie, histoire, mondes contemporains, expériences et gestions de la recherche), ont permis de faire dialoguer les chercheurs des deux terrains, de faire partager leurs parcours, les enjeux de leurs recherches, leurs méthodes et leurs résultats.

Pour Graph-East, ce fut l’occasion de présenter “la gravure sur pierre dans l’Orient latin: techniques, outils et artisans”, et de partager les questions générales du projet, à savoir : Quel était le mode opératoire pour graver ? Les techniques et les outils de la taille de pierre et de la gravure étaient-ils les mêmes dans l’Orient latin et dans l’Occident ? Qui étaient les artisans/artistes ? Peut-on discerner des ateliers ? Et une division du travail entre artisans spécialisés ? Peut-on trouver des sources iconographiques, diplomatiques ou narratives en Méditerranée orientale ? Comment ces inscriptions lapidaires ont-elles été conservées et transmises ? Ces interrogations et la méthodologie développée rejoignaient particulièrement les réflexions de Sylvain Bauvais sur l’économie du fer pendant la période franque, ou encore Antoine Garric, tailleur de pierre et photogrammètre, qui participe aux travaux de restauration, de conservation et de mise en valeur des églises rupestres du site de Lalibela et d’autres sites rupestres et mégalithiques éthiopiens. 

CFEE-CRFJ Workshop Program

Une seconde rencontre aura lieu en 2024 à Jérusalem et sera consacrée aux pistes de valorisation de ces tables rondes via notamment des publications en OpenEdition.

Rhodes and the Knights Hospitaller – my internship with GRAPH-EAST

As it is rare for Master’s students to get the chance to contribute to research, I was happy to hear about the possibility to do an internship with the team of the ERC project GRAPH-EAST, which they announced during a presentation of their work to first year students of Medieval Studies in Poitiers. I was interested to learn how an international project of this scale is managed and to discover more about medieval epigraphy, a field that I had not yet explored before coming to Poitiers for my ERASMUS studies. Thus, I got in contact with Estelle Ingrand-Varenne and my internship was scheduled for five weeks in May and June 2023. It presented an instructive end to my studies in Poitiers, before returning to my home university in Heidelberg, Germany.

My work was centred around the medieval inscriptions in the Latin alphabet on Rhodes. From 1309 onwards, Rhodes was the main base of the Knights Hospitaller Order, until the island was conquered by the Ottoman Empire in 1522. Over the two centuries of their presence, the Knights left many archaeological and epigraphic traces around the town that are still visible today. My task was to register the inscriptions in the HEURIST database of the project, based on the information that I gathered from already published works.

Continue reading “Rhodes and the Knights Hospitaller – my internship with GRAPH-EAST”

Séminaire annuel d’épigraphie : les indéchiffrables

Le séminaire SEMPER sur l’écriture en dehors du monde manuscrit reprend cette année 2022-23 sous forme de séminaire/webinaire transversal, réunissant tous les projets de recherche en épigraphie liés au CESCM. Il aura lieu une fois par mois sous une forme hybride, alternant les webinaires de 2h en ligne et les séminaires d’une journée au CESCM de Poitiers. Le thème choisi cette année est : indéchiffrables.

Continue reading “Séminaire annuel d’épigraphie : les indéchiffrables”

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search