L’Elucidatio élucidée, une enquête typographique dans les archives du musée Plantin-Moretus

Les yeux rebondissent du pavé glissant et détrempé à l’écran du téléphone indiquant le chemin à emprunter dans le dédale de ruelles organiques. Il faut suivre les embranchements d’une topographie lointaine, tissu urbain depuis le VIIe siècle, lever haut le regard sur le prestige de la façade flamande, pignons à gradins sur patience de cariatide et empilement de fenêtres en ogives élancées sur la hauteur. Elle est étroite et haute, elle est inconnue. Grand berceau de l’humanisme, encore glorieuse de son rôle international au XVIe siècle que répercute joueur le diamant clinquant du coin de la rue en sortant de la gare. Elle cache des maisons de maîtres, peintres virtuoses, génies avenants des conquêtes muséales dont l’œuvre renverse le cou du touriste de passage. Il faut un peu repousser la ville pour trouver l’eau, escorter les siècles calfeutrés pour découvrir le ciel plus grand, sculpté par les portiques et les éoliennes, les chemins de halage en marge de mer, le grand port, embouchure sur le monde. 

Je suis arrivée à Anvers il est 9h27. Je marche vers le musée Plantin-Moretus. 

La salle de lecture est située sur le côté droit de l’entrée du musée sur Heilige Geeststraat qui s’éloigne de la place du vendredi en direction de l’Escaut. Accolée aux bâtisses d’origine acquises par Christophe Plantin en 1576, elle se situe dans un agrandissement récent, boisé, mécanique de cadres, d’arêtes larges pour former bais, façades, cloisons, étendre à l’échelle du bâti la métaphore de la casse de caractères. Au-dessus du pas de la porte, l’enseigne en métal sombre est suspendue discrète. On lit dans la matière extrudée ‘Laborare et constantia’

Les exemplaires de l’Historica, theologica et moralis Terræ Sanctæ elucidatio patientent, ouverts en leur centre sur des coussins recouverts de feutrine grise pour préserver la reliure. Les archives du musée conservent à ce jour trois exemplaires de l’Elucidatio, six livres, chaque édition admettant deux volumes, le premier comptant 1064 pages et le second 1140. Le livre est un ouvrage de valeur mais n’est pas rare et d’autres bibliothèques en Belgique, en France, à la Custodie de Jérusalem et ailleurs conservent des exemplaires. La bibliothèque Hendrick Conscience, bibliothèque patrimoniale et dépositaire de la ville d’Anvers, possède par exemple une édition avec une reliure précieuse et une dorure à chaud, don de l’imprimerie à la ville d’Anvers. 

Continue reading “L’Elucidatio élucidée, une enquête typographique dans les archives du musée Plantin-Moretus”

Webinaire 23/06: Préparer la mission de terrain

Qu’on soit épigraphiste, archéologue, ou archéographe, “l’appel du terrain” se fait entendre encore plus fortement en cette année de confinement et restrictions. Une mission de terrain se prépare bien en amont : les objectifs, les acteurs, la liste du matériel, la gestion des données mais aussi la gestion de groupe, sans compter les éléments administratifs (autorisations etc.) et logistiques ; et elle doit aussi inclure la “post-mission” permettant de ne pas perdre d’informations. Cependant, c’est un sujet sur lequel les chercheurs échangent peu, un travail qu’on apprend sur le tas, au fil des années, parfois sans vraiment le questionner, ni le croiser avec les pratiques d’autres disciplines, alors qu’il est souvent similaire. 

Cet atelier, qui aura lieu en ligne mercredi 23 juin, 14h-16h30, propose un retour d’expérience de plusieurs chercheurs, d’horizon divers, sur l’organisation de mission et l’après terrain. Le but est de partager nos méthodes et protocoles, les réussites et les difficultés, échanger nos conseils et astuces, mais aussi nous questionner sur les données produites (fiches de terrain, croquis, photos) et leur devenir (transformation, archivage, propriété etc.).

N’hésitez pas à venir avec vos réflexions et vos questions ! 

Intervenants:

  • Manon Durier (CESCM, GRAPH-EAST)
  • Bertrand Riba (archéologue, chercheur associé à l’IFPO)
  • Carolina Sarrade (archéographe CESCM)
  • et l’équipe GRAPH-EAST

Animatrice : Estelle Ingrand-Varenne (CNRS, CRFJ)

Lien de connexion:
https://us02web.zoom.us/j/84949445157?pwd=WGo5RHltSzJVYWNySVJLdDZnVER4dz09

ID de réunion : 849 4944 5157
Code secret : 456583

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search