Le film “GRAPH-EAST en Chypre” au Festival du film archéologique d’Amiens

Moment majeur de la médiation archéologique, le festival du film d’archéologie d’Amiens tiendra sa 16e édition du 28 mars au 2 avril 2022:  [bande annonce

Après une séance d’inauguration consacrée à la Préhistoire et plus particulièrement au rôle des femmes, c’est plus de 70 documentaires qui seront projetés afin d’offrir un vaste panorama géographique des découvertes et des problématiques archéologiques
récentes. Parmi eux, le film sur la mission de terrain à Chypre, réalisé par Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern,  qui se sont immergés dans l’univers de GraphEast pour en faire ressortir le son et les images. Le film sera présenté le samedi 2 avril. 

Lancée en 1990 par le Centre interdisciplinaire de recherches archéologiques de la Somme (CIRAS), cette rencontre a pour but de faire découvrir au public le plus large, le déroulement et les étapes de la recherche archéologique de la fouille à la reconstitution en passant par les travaux de laboratoire. Chercheurs et archéologues, réalisateurs et producteurs s’y côtoient et donnent une vision nouvelle et attrayante de l’étude du passé.

Le festival est aussi l’occasion de récompenser les meilleures productions à travers quatre prix :

  • le Grand Prix du Festival,  attribué au meilleur film du Festival,
  • le Prix de la DRAC des Hauts-de-France, attribué au meilleur film consacré à l’archéologie métropolitaine,
  • le Prix Jules Verne, attribué au film faisant ressortir le mieux l’aspect aventure humaine de l’archéologie
  • le Prix Boucher de Perthes récompensant le meilleur court métrage.

Pour en savoir plus, retrouvez le dossier de présentation et le programme complet : programme    dossier de présentation V11

Pour retrouver la série GraphEast  et le podcast épisode 1  

Webinar “Epigraphic Transmissions”

The SEMPER seminar on writing outside the manuscript world resumes this year as a transversal webinar, bringing together all the epigraphy research projects linked to the CESCM (the CIFM/Titulus, CARMECA, IGAMA, the ERC GRAPH-EAST), in partnership with the CRFJ Jerusalem. Nine sessions will take place between October 2021 and June 2022, one per month, around the theme “Epigraphic Transmissions”.

“Transmitting a message to the widest possible audience” is one of the functions of inscription. But what does this transmission consist of? What is it about and what does it involve? To speak of “epigraphic transmissions” makes it possible to question the idea not of permanence, which erases the relationship to time, but of continuity, which integrates the upheavals of history, the variations of interpretations, the transformations of the support. The continuous use of writing forms such as the capital (understood in the sense of a large letter placed in a bilinear system), the recurrence of certain funerary formulas that cross the Middle Ages and are still used in our modern languages, or the intentional material replacement of a stone inscribed in a wall, are three of the most obvious examples of the duration conveyed by the inscription. This continuity takes place through the passing on (trans-); it is inscribed in a temporal and/or spatial chain. It implies a movement, as shown by the cartography of epigraphic formulas in Europe or the transfers between East and West. It also puts forward the intermediaries who participate in this mesh, even this spiral.

Beyond the content and form of a message, the epigraphic text is also a trajectory, an itinerary in time, that of the history of its transmission on other media than its own support. Since the Middle Ages, inscriptions have been copied into manuscripts; in the 16th-17th centuries, printers redoubled their originality in order to faithfully reproduce and display these monumental texts; drawings, stamping, the first photographs in the mid-19th century, up to photogrammetry today, are all part of this transmission work. The work of publishing – because the publisher is a “passer” – must also be questioned.

This webinar will therefore be an opportunity, through this transversal theme, to collectively question the object of “inscription” as much as the history of the discipline of epigraphy itself, the staging of the work of history as a methodology in action, to borrow an expression from Étienne Anheim (Le travail de l’histoire).

The 9 sessions from October 2021 to June 2022 will take place with the same link Zoom below :

https://us02web.zoom.us/j/89842541808?pwd=c0hyQ1o4OVR6OXFuZ0hHOU1vQmRKQT09

(ID de réunion : 898 4254 1808 ; Code secret : 013157)

Program until the end of 2021

  • Thursday, October 14, 10am-12pm: Elisabetta Scirocco (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome)« Dinamiche di ‘trasmissione epigrafica’ nella badia benedettina di Cava de’ Tirreni (Salerno): tradizione e creazione di una memoria monumentale ». Moderator: Maria Villano.
  • Thursday, November 25, 2-4pmJean-Baptiste Javel (IRAMAT CRP2A, Université Bordeaux Montaigne) et Thierry Grégor (CESCM, Université de Poitiers), « La basilique Saint-Eutrope de Saintes : Étude technique de deux inscriptions inédites »
  • Thursday, December 16, 2-4pm: Michele Bacci (Université de Friburg, Suisse), « Les graffitis de la Nativité de Bethléem, l’édition du manuscrit de Emérico Vicente Juhász, Pinturas y grafitos. Basílica de la Natividad en Belén (Milan: Edizioni Terra Santa, 2021) ». Moderators: Clément Dussart and Estelle Ingrand-Varenne.
  • Thursday, January 13, 10am-12pm: Antonino Tranchina (Bibliotheca Hertziana – Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte, Rome), « Ways of Indexicality. Graffiti and the Staging of the Sacred across the Norman South »
  • Thursday, February 17, 10am-12pm: Cécile Treffort (CESCM, Université de Poitiers), « La transmission manuscrite de la poésie épigraphique carolingienne »
  • Thursday, March 17, 10am-12pm: Vincent Debiais (EHESS, Paris), « Transmettre l’inscription par l’inscription : copier, refaire, augmenter les textes funéraires (Espagne, Empire, XIIIe-XVIe siècle) »
  • Thursday, April 7, 10am-12pm: Morgane Uberti (Universidad Complutense, Madrid), « Transmettre le temps : la date inscrite, entre temporalité et figure de l’histoire (Antiquité tardive, Moyen Âge) »
  • Thursday, May 19, 10am-12pm: Susanne Thürigen (GERMANISCHES NATIONALMUSEUM- Leibniz-Forschungsmuseum für Kulturgeschichte)
    « Objects that talk. Inscriptions on early modern table clocks »
    Moderator: Rachel Carslile (PhD candidate, Department of Art History, Florida State University)
  • Thursday, June 9, 10am-12pm: Rafał Quirini-Popławski (Jagiellonian University in Kraków), « Mission impossible between an inscription, a coat of arms and an ornament. The issue of assigning a “cultural identity” to the stone slabs in the late medieval Crimea »
    Moderator: Sercan Saglam (Post-doc member of Graph-East)

For more information: estelle.ingrand.varenne@univ-poitiers.fr 

La série documentaire

Parce que le travail de l’historien et de l’historienne est aussi de transmettre à un large public le fruit de ses découvertes, l’équipe GRAPH-EAST a été suivie sur le terrain par deux vidéastes, Stéphane Kowalczyk et Philippe Kern, lors de la mission en Chypre en juillet 2021. La série documentaire peut être visionnée sur la chaîne YouTube du projet, n’hésitez pas à vous abonner :

Emmener le spectateur sur le terrain, c’est vulgariser l’histoire comme recherche, au moment où les hypothèses se construisent, où les expertises se confrontent, où les doutes surgissent également. C’est donc moins un résultat qui est proposé dans cette série documentaire qu’un processus : la recherche épigraphique à l’œuvre.

Au fil des épisodes et des dix jours de mission, l’équipe se construit, grâce aux compétences diverses et complémentaires de chacun, la méthodologie fait ses preuves, chaque inscription – sur pierre essentiellement – est étudiée sous toutes ses coutures, mesurée, photographiée, dessinée, transcrite… De Nicosie à Larnaca, en passant par Limassol, Kiti, Kivisili et Pyrga, les contacts avec les chercheurs locaux se nouent, les échanges avec les gardiens des clés et le clergé sur place enrichissent les perspectives. Enfin, les acteurs se livrent aussi sur leur métier, leur passion, leur rapport au travail et à la recherche, qu’on soit chercheur, doctorant, postdoc ou photographe. Bref, une petite tranche de vie du projet GRAPH-EAST qui n’en est qu’à ses débuts.

Le spectateur est lui-même invité à devenir acteur, en prenant conscience de ce patrimoine, souvent fragile comme les graffitis dans les châteaux et les églises, conservé dans de médiocres conditions par l’exposition aux intempéries, parfois en péril réel. En changeant le regard et en faisant parler les pierres inscrites, il s’agit de sensibiliser pour mieux protéger.   

Les acteurs par ordre alphabétique : Vladimir Agrigoroaei, Eva Avril, Clément Dussart, Thierry Gregor, Estelle Ingrand-Varenne, Savvas Mavromatidis, Maria Villano.  

Et la voix et l’œil derrière les images :  Philippe Kern et Stéphane Kowalczyk.